Menu
A+ A A-

Le pétrole continue d'avancer coûte que coûte avec Doha en ligne de mire

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole continuaient leur marche en avant mardi en cours d'échanges européens, déterminés à gagner du terrain à moins d'une semaine de la réunion entre grands producteurs prévue dimanche à Doha.
Vers 10H25 GMT (12H25 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 43,27 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 44 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mai gagnait 27 cents à 40,63 dollars.

"Le Brent a débuté la journée légèrement dans le rouge après avoir engrangé des gains supplémentaires lundi", avant de rapidement repartir à la hausse au début des échanges européens mardi, jusqu'à atteindre de nouveaux plus hauts depuis début décembre, notait Craig Erlam, analyste chez Oanda.

Le cours du Brent est en effet monté mardi vers 10H00 GMT jusqu'à 43,58 dollars, au plus haut en près de quatre mois et demi, tandis que le WTI a atteint au même moment 40,91 dollars, un maximum en trois semaines.

Après un léger accès de faiblesse dû à des prises de bénéfices, les cours ont donc renoué avec la tendance haussière observée ces derniers jours, même si plusieurs analystes soulignaient qu'il n'y avait pas de réel catalyseur à même de justifier pleinement l'optimisme du marché, en dehors d'un affaiblissement du dollar de nature à soutenir les prix.

"Les nouvelles concernant le pétrole ont été rares (lundi). L'oléoduc de Keystone (entre le Canada et les États-Unis, ndlr) a redémarré à basse pression" et "il n'y a eu aucun commentaires d'un ministre du Pétrole concernant la réunion de Doha à méditer", ont relevé les analystes de PVM.

Même un rapport de Goldman Sachs soulignant qu'un gel de la production à l'occasion de la rencontre entre pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et hors OPEP le 17 avril "n'accélérera pas le rééquilibrage du marché" n'a pas été suffisant pour éroder la confiance du marché.

L'attention des investisseurs est en effet largement focalisée ces derniers jours sur la réunion entre une quinzaine de grands producteurs qui aura lieu dimanche au Qatar et qui cristallise leurs espoirs de voir actées des mesures pour résorber les excédents de brut.

Ce sommet réunira notamment l'Arabie saoudite, membre dominant de l'OPEP, et la Russie, gros producteur extérieur au cartel, qui avaient conclu en février un accord de gel de la production, que les investisseurs aimeraient désormais voir étendu à tous les participants.

En outre, les dernières données disponibles concernant la production américaine étaient également de nature à entretenir l'enthousiasme du marché.

Non seulement le nombre de puits en activité aux États-Unis a de nouveau décliné la semaine dernière pour ressortir désormais à son plus bas niveau depuis novembre 2009, mais selon les experts de Commerzbank, l'Energy Information Administration (EIA, une antenne du département américain de l'Énergie) a publié de nouvelles estimations tablant sur un déclin de 114.000 barils par jour de la production américaine de pétrole de schiste en mai.

Un chiffre à relativiser toutefois car il n'est que légèrement en dessous des prévisions faites par l'EIA pour le mois d'avril et pour le mois de février, ce qui montre que la production américaine de pétrole de schiste ne baisse qu'à un rythme particulièrement lent, précisaient les analystes de Commerzbank.

Dans ce contexte, les investisseurs seront particulièrement attentifs à la publication mardi des estimations de l'association professionnelle American Petroleum Institute (API) sur l'état des réserves américaines de brut, avant les chiffres officiels attendus mercredi.

"Le mouvement de hausse (initié) la semaine dernière a été provoqué au départ par le déclin surprise des réserves hebdomadaires de brut (aux États-Unis) comme rapporté par l'API et si nous assistons à une répétition de cela cette semaine", les prix pourraient être encore davantage tirés à la hausse, concluait Craig Erlam.

(c) AFP

Commenter Le pétrole continue d'avancer coûte que coûte avec Doha en ligne de mire


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 24 janvier 2019 à 12:19

    Le pétrole stable, le marché observe le Venezuela

    Londres: Les cours du pétrole restaient stables jeudi en cours d'échanges européens dans un marché observant de près la situation au Venezuela.

    jeudi 24 janvier 2019 à 11:07

    Arabie Saoudite: "Nous pomperons le dernier baril de pé…

    Ryad: L’Arabie saoudite n’achète pas le récit du "peak oil" (demande maximale de pétrole). Le plus gros producteur de l’OPEP continue de...

    jeudi 24 janvier 2019 à 05:28

    Le pétrole recule en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole reculaient en Asie jeudi, plombés par les inquiétudes sur un ralentissement de la demande mondiale et des...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:30

    Le pétrole lesté par la prudence des investisseurs

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse mercredi dans un marché empreint de prudence alors que persistent les...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:29

    Une guerre des prix du pétrole avec les États-Unis nuirait à…

    Davos: La Russie ne devrait pas essayer de réduire la production américaine de schiste avec une guerre des prix du pétrole, car...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:14

    La compagnie chinoise CNOOC prévoit ses plus fortes dépenses…

    Singapour: CNOOC, le plus grand producteur de pétrole offshore de Chine, prévoit que ses dépenses en capital pour 2019 seront les plus...

    mercredi 23 janvier 2019 à 17:03

    Les compagnies pétrolières US disent à l'Opep que leur prod…

    New York: Les compagnies pétrolières américaines ont tenté mercredi d'apaiser les craintes de l'Opep de perdre des parts de marché, expliquant que...

    mercredi 23 janvier 2019 à 15:57

    La compagnie pétrolière Vénézuélienne PDVSA annonce une bais…

    Caracas: La compagnie pétrolière PDVSA appartenant à l’État vénézuélien, a déclaré que sa dette avait diminué de 5% l’an dernier, pour atteindre...

    mercredi 23 janvier 2019 à 12:35

    Le pétrole remonte dans un marché volatil

    Londres: Les prix du pétrole remontaient mercredi en cours d'échanges européens, effaçant une partie de leurs pertes de la veille dans un...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 22 janvier 2019 Chine Les raffineries chinoises ont traité en moyenne 12,07 millions de barils de pétrole brut par jour en 2018, en hausse de 6,8% par rapport à l’année précédente.

    7 facteurs qui influenceront les prix du pétrole en 2019

    Le mercredi 23 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    2019: L'année dernière, les prix du pétrole ont atteint leur plus haut niveau en quatre ans, avant de plonger à plus de 30 dollars. De nombreux facteurs ont joué pendant cette période de volatilité, notamment les sanctions iraniennes et la promesse en résultant de l’OPEP + de stimuler la production pour éviter une pénurie d’approvisionnement. La volatilité semble s’être maintenue jusqu’en 2019, l’incertitude régnant dans plusieurs domaines clés des marchés pétroliers de cette année.

    Lire la suite

    En novembre 2018, le prix du pétrole chute

    Le jeudi 20 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2018, le prix du pétrole en euros chute (−19,3 % après +4,3 % en octobre) tandis que les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) sont stables (+0,0% après +4,9%). Le prix du pétrole chute En novembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros chute (−19,3 % après +4,3 %), à 57 € en moyenne par baril. La baisse est presque de la même ampleur en dollars (−20,1 % après +2,7 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 64,7...

    Lire la suite

    Coup de poker sur l'essence

    Le mercredi 19 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Comment et pourquoi le cours du baril de brut s'est effondré entre 2014 et 2016, contre (presque) toute attente. Entre économie et géopolitique, une vertigineuse enquête dans le monde très fermé des rois du pétrole pour comprendre les fluctuations des prix du pétrole. Genre: Documentaire | Date: 12/2018 | Durée: 59 mn | Pays: France

    Lire la suite