Menu
A+ A A-

Le pétrole regagne du terrain grâce aux chiffres de l'API et au Koweït

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole poursuivaient leur rebond mercredi en cours d'échanges européens, après avoir clôturé en légère hausse mardi, galvanisés par des estimations faisant état d'une forte baisse des stocks de brut aux États-Unis et par des propos du Koweït en amont de la réunion entre grands producteurs du 17 avril.
Vers 10H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 38,77 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 90 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mai prenait 1,08 dollar à 36,97 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après avoir clôturé en petite hausse mardi au terme d'une séance très volatile, accroissaient leurs gains mercredi grâce aux chiffres de l'association professionnelle American Petroleum Institute (API) et à des déclarations plutôt optimistes du Koweït concernant la réunion du 17 avril à Doha.

"Les prix du pétrole sont restés agités, se stabilisant tardivement mardi et rebondissant ce (mercredi) après avoir touché des plus bas en un mois", bénéficiant d'une chute de 4,3 millions de barils des stocks de brut aux États-Unis selon les dernières données de l'API, notait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Avant leur reprise, les cours du Brent et du WTI étaient en effet tombés mardi respectivement à 37,27 dollars et 35,24 dollars, un minimum depuis le 4 mars.

Si un chiffre similaire à celui de l'API devait être révélé par le rapport officiel du département américain de l'Énergie (DoE) attendu cet après-midi à 14H30 GMT, ce serait la première baisse des stocks américains de brut observée depuis la semaine qui s'est achevée le 5 février, relevait Angus Nicholson, analyste chez IG.

De leur côté, les analystes interrogés par l'agence Bloomberg s'attendaient, selon une prévision médiane, à ce que les stocks de brut se soient étoffés de 2,85 millions de barils, tandis qu'ils anticipaient une baisse de 1,1 million de barils de ceux d'essence et un déclin de 850.000 barils de ceux de produits distillés (dont le diesel et le fioul de chauffage).

"Étant donné les données de l'API publiées (mardi), les attentes du marché d'une hausse des stocks de 3 millions de barils sont susceptibles d'être corrigées à la baisse, ce qui pourrait apporter un soutien supplémentaire aux prix", commentaient les analystes de Commerzbank.

Selon eux, cela sera d'autant plus le cas si la production américaine de brut s'avère avoir baissé en dessous du seuil des 9 millions de barils par jour la semaine dernière pour la première fois depuis octobre 2014.

"Pour ce faire, il serait nécessaire que (la production américaine) décline de 23.000 barils par jour supplémentaires, ce qui équivaut à la chute hebdomadaire moyenne enregistrée ces huit dernières semaines", poursuivaient les experts de Commerzbank.

En outre, selon M. Hewson, les prix ont également pu profiter à la marge de commentaires de la représentante du Koweït au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), Nawal al-Fuzaia, qui a laissé entendre qu'un accord sur un gel de la production restait possible même sans la participation de l'Iran, quoique l'analyste juge ces déclarations peu crédibles.

Aussi, pour M. Nicholson, la volatilité actuellement à l'oeuvre sur le marché devrait augmenter à mesure que les pays producteurs de pétrole usent de déclarations publiques afin de se positionner stratégiquement avant la réunion de Doha.

"Le tournant fortement négatif pris par les commentaires de l'Arabie saoudite dernièrement rend la conclusion d'un accord improbable, mais il est possible qu'ils aient tactiquement décidé de le faire afin de se ménager de meilleures conditions et qu'ils projettent toujours de voir un quelconque accord acté", poursuivait M. Nicholson.

(c) AFP

Commenter Le pétrole regagne du terrain grâce aux chiffres de l'API et au Koweït


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 22 février 2019 à 22:06

    Les cours du pétrole touchent un pic de trois mois, le comme…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont avancé vendredi dans le sillage d'espoirs d'amélioration des relations commerciales entre les Etats-Unis et...

    vendredi 22 février 2019 à 12:08

    Le pétrole rebondit, pris entre l'Opep et les Etats-Unis

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le marché peinait à trouver un équilibre entre une...

    vendredi 22 février 2019 à 04:38

    Le pétrole continue de reculer en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer vendredi en Asie, plombés par une hausse plus forte que prévue des réserves américaines...

    jeudi 21 février 2019 à 21:32

    Le pétrole recule légèrement, la production américaine à un …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement reculé jeudi, dans le sillage d'un rapport américain montrant que la production a...

    jeudi 21 février 2019 à 17:43

    USA: la production américaine de brut atteint un nouveau rec…

    New York: La production américaine de pétrole brut a atteint un nouveau record à 12 millions de barils par jour, et les...

    jeudi 21 février 2019 à 15:39

    OPEP+ respecte des coupes de production pétrolière à 83% en …

    OPEP: Un Comité technique qui surveille la mise en œuvre des coupes de production OPEP/non-OPEP a constaté que les alliés ont obtenu...

    jeudi 21 février 2019 à 12:31

    Le pétrole en légère hausse avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu jeudi en cours d'échanges européens avant la publication hebdomadaire des réserves américaines, dans un...

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite