Menu
A+ A A-

Le pétrole en baisse, lesté par l'Arabie saoudite et le dollar

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole déclinaient vendredi en fin d'échanges européens, souffrant notamment de propos de l'Arabie saoudite qui a conditionné sa participation à un gel de la production à l'engagement des autres producteurs, notamment l'Iran.
Vers 16H30 GMT (18H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, valait 38,76 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,57 dollar par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mai perdait 1,41 dollar à 36,93 dollars.

"La suggestion que l'Arabie saoudite ne va pas geler sa production de pétrole si l'Iran ne fait pas de même, couplée à un (léger) renforcement du dollar, a porté un coup aux deux piliers (expliquant) la force récente du marché pétrolier", commentait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Le cours du Brent est même tombé vers 14H00 GMT à 38,55 dollars, au plus bas en quinze jours, tandis que le WTI a atteint vers 13H40 GMT 36,72 dollars, un minimum depuis deux semaines également.

"Si tous les pays sont d'accord pour geler la production, nous sommes prêts", a affirmé vendredi Mohammed Ben Salmane, le vice-prince héritier d'Arabie saoudite, précisant toutefois que "si quelqu'un décidait d'augmenter sa production, nous ne rejetterons alors aucune opportunité qui se présente", selon des propos rapportés par l'agence Bloomberg News.

Ryad, acteur dominant de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a ainsi douché les espoirs qu'une limitation globale de l'offre de brut soit actée lors d'une réunion prévue le 17 avril à Doha entre les principaux membres du cartel et d'autres acteurs comme la Russie.

Également membre du cartel, l'Iran, par ailleurs grand rival régional de l'Arabie saoudite, doit participer à ce sommet mais prévient régulièrement qu'il ne compte pas geler sa production au moment où il fait son retour sur le marché mondial à la suite de la levée de sanctions liées à son programme nucléaire.

"Les commentaires du vice-prince héritier d'Arabie saoudite (soulignent) encore avec la plus grande clarté que sa nation va adopter une ligne vraiment dure à l'égard de l'Iran et l'expansion prévue de sa production", notait M. Lawler.

Selon l'analyste en effet, il devient de plus en plus évident que le désir de l'Arabie saoudite de ne pas abandonner ses parts de marché à l'Iran prend le dessus sur tout désir de coopération avec les autres nations concernant un gel de la production.

Les cours du pétrole étaient par ailleurs affectés par une légère reprise du dollar, qui a bénéficié notamment des bons chiffres sur l'emploi américain au mois de mars.

Plutôt favorables, avec des fortes créations d'emploi le mois dernier, ces données ont en effet permis au dollar de se reprendre face à l'euro, même s'il restait affaibli par les propos tenus mardi par la présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed) Janet Yellen.

Or, tout renforcement du billet vert est de nature à peser sur les cours pétroliers, puisqu'ils sont libellés en monnaie américaine et donc rendus plus onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

(c) AFP

Commenter Le pétrole en baisse, lesté par l'Arabie saoudite et le dollar


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 12 décembre 2018 à 21:48

    Le pétrole finit en baisse, le niveau des stocks américains …

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé mercredi à la clôture, dans le sillage d'un rapport américain montrant une baisse...

    mercredi 12 décembre 2018 à 17:11

    USA: les stocks de pétrole brut reculent moins qu'anticipé

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont reculé moins fortement qu'anticipé par les analystes, selon les chiffres publiés mercredi...

    mercredi 12 décembre 2018 à 16:31

    La baisse du pétrole éclaircit le ciel des transporteurs (Ia…

    Genève: L'Association internationale du transport aérien (Iata) prévoit en 2019 des bénéfices nets au niveau mondial en hausse de 9,91%, soutenus par...

    mercredi 12 décembre 2018 à 16:11

    Le pétrole solide avant les chiffres du gouvernement américa…

    Londres: Les cours du pétrole progressaient mercredi en cours d'échanges européens en attendant les chiffres du gouvernement américain sur les stocks du...

    mercredi 12 décembre 2018 à 14:32

    La production de pétrole de l'Opep recule, tirée à la baisse…

    Paris: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a un peu réduit sa production de brut en novembre, en raison notamment du...

    mercredi 12 décembre 2018 à 13:50

    Les pays du Golfe doivent s'habituer à un pétrole à bas prix

    Dubaï: Les pays arabes du Golfe, qui dépendent fortement du pétrole, doivent s'attendre à des prix bas à long terme et à...

    mercredi 12 décembre 2018 à 12:46

    Réunion d'évaluation des producteurs de pétrole en avril (Em…

    Dubaï: Les pays pétroliers ayant décidé de réduire leur production doivent se réunir en avril pour évaluer l'impact de cette réduction sur...

    mercredi 12 décembre 2018 à 12:20

    Le pétrole progresse en attendant les chiffres officiels sur…

    Londres: Les prix du pétrole progressaient mercredi en cours d'échanges européens, après des chiffres sur la baisse des stocks des États-Unis et...

    mercredi 12 décembre 2018 à 10:55

    Total va verser une prime exceptionnelle de 1.500 euros à se…

    Paris: Le groupe Total va verser une prime exceptionnelle de 1.500 euros à tous ses salariés en France et proposer une augmentation...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit

    Le mardi 20 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit. Le prix du pétrole décélère En octobre 2018, la hausse du prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros est moins vive qu'en septembre (+4,3 % après +7,8 % en septembre), à 70,6 € en moyenne par baril de Brent. Le ralentissement est un peu plus marqué en dollars (+2,7 % après +8,8 %), l'euro s'étant déprécié au mois d'octobre. La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 81 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - octobre 2018

    Lire la suite

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite