Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole ploie sous le poids des inquiétudes liées à la surabondance d'offre

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole s'enfonçaient nettement dans le rouge mardi en fin d'échanges européens, sous l'effet conjugué de prises de bénéfices et de craintes de voir une nouvelle forte hausse des stocks de brut enregistrée aux États-Unis.
Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 39,06 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 1,21 dollar par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance lâchait 1,23 dollar à 38,16 dollars.

Orientés à la baisse depuis lundi, les cours du Brent et du WTI ont accentué leur dégringolade mardi, annulant ainsi la quasi-totalité des gains enregistrés depuis la mi-mars.

"Le marché effectue clairement un mouvement de consolidation en direction des 35 dollars le baril qui est notre cible de cours pour le deuxième trimestre. Depuis le point haut atteint la semaine passée, la baisse est d'environ 10%", commentait Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Selon ce dernier, la baisse des cours prouve ainsi que le mouvement haussier des dernières semaines n'était pas solide et, du moins, qu'il reposait en grande partie sur des espoirs infondés, notamment celui d'un gel global de la production.

Or, la frilosité risque de s'accentuer à l'approche d'une réunion à la mi-avril entre la majeure partie des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et des producteurs extérieurs, en premier lieu la Russie, car certains investisseurs craignent que le marché soit déçu si cette rencontre n'aboutit qu'à un gel de l'offre à des niveaux déjà élevés, d'autant qu'Iran et Libye ont ouvertement fait savoir qu'ils ne participeraient pas à un tel accord.

"L'Iran a de nouveau réaffirmé (mardi) son intention de ne pas geler sa production mais, petite différence par rapport aux propos précédents, le pays sera représenté lors de la réunion de Doha du 17 avril prochain. Au fur et à mesure qu'approche cette date, le marché doute de plus en plus que les pays présents puissent parvenir à un accord crédible. Cet aspect explique certainement le mouvement de vente observé récemment, qui pourrait toutefois se stabiliser à court terme", estimait M. Dembik.

Mais le marché s'inquiétait également de voir le niveau des réserves américaines de brut bondir à nouveau, après une précédente hausse de près de 10 millions de barils la semaine dernière.

Les investisseurs prendront connaissance mercredi des nouveaux chiffres hebdomadaires du département américain de l'Énergie (DoE) sur la question, mais, comme chaque mardi, ils en auront un avant-goût après la clôture des échanges aux États-Unis avec les estimations de la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API).

Par ailleurs, "on s'inquiète de ce que Janet Yellen", présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed), "va dire" ce mardi, notait Phil Flynn, analyste chez Price Futures Group.

"Le marché craint qu'elle prenne un ton offensif sur le resserrement monétaire et cela met les cours sous pression", précisait M. Flynn, alors que la présidente de la Fed devait s'exprimer à la mi-journée à New York.

Une nouvelle hausse des taux d'intérêt de la banque centrale américaine, dont la prochaine réunion est prévue en avril, bénéficierait en effet au dollar en le rendant plus rémunérateur et donc plus attractif, ce qui pèse à l'inverse sur les achats d'or noir, libellés en monnaie américaine et donc rendus plus onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 septembre 2018 à 22:11

Canada: le gouvernement veut relancer un projet d'oléoduc co…

Ottawa: Le gouvernement canadien a ordonné vendredi au régulateur du secteur de l'énergie de revoir l'évaluation environnementale d'un projet d'élargissement d'un oléoduc...

vendredi 21 septembre 2018 à 21:56

Le pétrole termine en hausse à l'approche d'une réunion de l…

NYC/Cours de clôture: Après avoir flirté avec le seuil symbolique des 80 dollars le baril, le pétrole londonien a terminé en modeste...

vendredi 21 septembre 2018 à 17:51

Autriche: un oléoduc utilisé pour produire de l'électricité

Vienne: Un oléoduc traversant les Alpes a été équipé d'une turbine lui permettant de produire de l'électricité pour l'équivalent de 3.000 foyers...

vendredi 21 septembre 2018 à 16:24

Le pétrole remonte, le marché hésite après le tweet de Trump

Londres: Les cours du pétrole rebondissaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché volatil après un tweet de Trum…

Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 07:38

Le pétrole sans direction claire en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions opposées, dans la foulée de critiques du président américain Donald Trump contre...

jeudi 20 septembre 2018 à 21:08

Le pétrole lesté par les critiques de Trump contre l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, affectés entre autres par les critiques du président américain Donald...

jeudi 20 septembre 2018 à 17:37

Pétrole: les américains Chevron et Exxon rejoignent une init…

Paris: Les géants pétroliers américains Chevron et ExxonMobil ont rejoint jeudi une initiative d'entreprises du secteur pour lutter contre le changement climatique.

jeudi 20 septembre 2018 à 16:07

Le pétrole recule, Trump tempête contre l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a repris ses critiques...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite