Menu
A+ A A-

Le pétrole creuse ses pertes, toujours préoccupé par les excédents

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole déclinaient mardi en cours d'échanges européens, dans un marché de plus en plus sceptique sur une future résorption des excédents et lesté par des prises de bénéfices.
Vers 10H25 GMT (12H25 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 39,51 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 76 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance perdait 61 cents à 38,78 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après avoir débuté la semaine en légère baisse, creusaient leurs pertes mardi dans un marché reprenant une activité normale après le long week-end de Pâques, qui a vu de nombreux investisseurs absents des marchés européens.

Les prix du pétrole débutent la nouvelle semaine d'échanges en baisse après que le Brent a enregistré la semaine dernière son premier déclin hebdomadaire en cinq semaines et que le WTI a clôturé à l'équilibre sur une semaine, relevaient les analystes de Commerzbank.

Plusieurs analystes notaient que les cours souffraient de l'idée que la hausse constatée jusqu'à présent était surtout due aux positions d'investisseurs spéculatifs et que les prises de bénéfices de ces derniers pourraient mettre fin au rebond enregistré par les cours depuis le début de l'année.

Les investisseurs ont certainement de bonnes raisons de faire des bénéfices alors que les prix du pétrole sont en hausse depuis le début de l'année (WTI +5%, Brent +6,5%). Quiconque a acheté au moment des plus bas du pétrole fera même (un bénéfice) de plus de 40% poursuivaient les experts de Commerzbank.

Le cours du Brent était ainsi repassé mardi sous les 40 dollars le baril tandis que le WTI s'échangeait à moins de 39 dollars le baril, faute de nouveaux éléments sur les perspectives d'offre à même de soutenir les prix.

Les investisseurs sont sûrement en train de prendre en compte dans leurs prix une autre forte hausse des stocks américains de brut avant le rapport de (la fédération professionnelle) American Petroleum Institute (API) qui est attendu plus tard ce mardi, soulignaient Mike van Dulken et Augustin Eden, analystes chez Accendo Markets.

Ceci, couplé avec la force du dollar et un manque de soutien fondamental pour le pétrole (la surabondance mondiale demeure, aucun signe irréfutable de gels coordonnés de production...), maintient la pression à la baisse pour l'instant, ajoutaient-ils.

Les cours du pétrole avaient notamment souffert la semaine dernière de l'annonce d'un bond hebdomadaire de près de dix millions de barils des stocks américains de brut, après avoir observé un rebond massif depuis la mi-février.

Cette reprise des cours avait été notamment déclenchée par l'espoir de voir les excédents se résorber après l'annonce d'un accord de gel de l'offre entre l'Arabie saoudite, membre dominant de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et la Russie, extérieure au cartel.

Une réunion entre la plupart des membres de l'OPEP et la Russie est prévue à la mi-avril au Qatar afin d'assurer le suivi de cette première annonce et de tenter d'un préciser les modalités.

La semaine dernière, nous avons appris que ni l'Iran ni la Libye ne participeront à aucun gel (de la production) mais que, selon des sources haut placées au sein de l'OPEP, cela ne compromettrait pas l'accord pour les Saoudiens et les Koweïtiens, rappelait David Hufton, analyste chez PVM.

Selon ce dernier, la supposition du marché est donc que la réunion va porter ses fruits et qu'un gel de la production à environ 32,3 millions de barils par jour sera mis en place, un niveau auquel pourront s'ajouter les hausses de la production de l'Iran et éventuellement de la Libye en temps voulu.

Mais pour M. Hufton, ceci constitue le scénario le plus optimiste, sachant que même sans prendre en compte de barils iraniens supplémentaires, ce niveau de production reste au-dessus des projections d'offre de l'OPEP sur tous les trimestres de 2016 à l'exception du quatrième.

Autrement dit, jugeait-il, la porte est grande ouverte pour une série de déceptions autour de cette réunion, risquant de lester les cours.

(c) AFP

Commenter Le pétrole creuse ses pertes, toujours préoccupé par les excédents


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 20 mai 2019 à 05:59

    Le pétrole grimpe en Asie, après la réunion de l'Opep

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, en raison des tensions au Moyen-Orient et de l'engagement...

    samedi 18 mai 2019 à 03:00

    L'Argentine attribue 18 zones maritimes à l'exploration de g…

    Buenos aires: Le gouvernement argentin a attribué 18 zones maritimes à de grandes entreprises pour qu'elles en explorent les éventuelles ressources pétrolières...

    vendredi 17 mai 2019 à 12:11

    Le pétrole dopé sur la semaine par les tensions géopolitique…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, en nette hausse sur la semaine alors que les tensions géopolitiques...

    vendredi 17 mai 2019 à 05:49

    Le pétrole continue de flamber en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de flamber, vendredi en Asie, en raison de l'escalade entre Washington et Téhéran, alors que l'Iran...

    jeudi 16 mai 2019 à 22:14

    Le pétrole monte, la tension grimpe au Moyen-Orient

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont grimpé jeudi avant une réunion de suivi de l'accord de l'Opep et de ses...

    jeudi 16 mai 2019 à 12:21

    Le pétrole grimpe, situation tendue avant une réunion de sui…

    Londres: Les prix du pétrole montaient jeudi en cours d'échanges européens à l'avant-veille d'une réunion de suivi de l'accord de l'Opep et...

    jeudi 16 mai 2019 à 06:01

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse jeudi en Asie, en raison des tensions aux Moyen-Orient.

    mercredi 15 mai 2019 à 22:14

    Le pétrole monte avec des stocks américains de brut moins él…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé mercredi dans le sillage d'une hausse des stocks américains moins forte que des...

    mercredi 15 mai 2019 à 17:10

    USA: les stocks et les exportations de pétrole brut bondisse…

    New York: Les stocks ainsi que les exportations de pétrole brut ont fortement augmenté la semaine dernière aux Etats-Unis, selon les chiffres...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 1 mai 2019 Le secteur pétrolier a flanché du fait d'un net recul des cours du pétrole dans la foulée de la publication d'un bond des stocks américains. BP a perdu 1,25% et Royal Dutch Shell 1,44%.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite