Menu
A+ A A-

Le pétrole dans le rouge sur fond d'offre toujours excédentaire et de regain de vigueur du dollar

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole s'affichaient en baisse jeudi en fin d'échanges européens, dans un marché regagné par les craintes entourant la surabondance d'offre alors que les stocks américains de brut se sont fortement appréciés la semaine dernière.
Vers 17H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 40,10 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 37 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance perdait 65 cents à 39,14 dollars.

Les cours du pétrole ont fortement chuté jeudi, perdant du terrain pour un troisième jour (consécutif) après qu'une hausse plus importante que prévu des stocks américains de brut a vu les réserves de pétrole atteindre un nouveau record aux États-Unis, notait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Le ministère américain de l'Énergie (DoE) a annoncé mercredi une hausse des stocks de brut très supérieure aux attentes, à 9,4 millions de barils, soit un chiffre encore plus important que celui anticipé par la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API), qui avait annoncé mardi tabler sur une progression de 8,8 millions de barils.

En outre, les chiffres officiels américains ont montré une forte augmentation (691.000 barils par jour) des importations de pétrole brut, alors que de son côté la production nationale s'affichait une nouvelle fois en baisse (-30.000 barils par jour).

Les cours limitaient toutefois leurs pertes en fin de séance, leur déclin semblant freiné par les derniers développements concernant la réunion entre grands producteurs le mois prochain au Qatar et par un dollar ralentissant un peu la cadence.

Les cours du brut avaient été soutenus jusqu'ici par l'annonce d'une réunion prévue le 17 avril à Doha entre pays producteurs membres et non membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) afin de discuter d'un gel coordonné de production.

Cette possibilité d'une limitation de l'offre a été intégrée dans les prix du marché mais il semble qu'on soit encore loin d'une réduction (de la production), commentait M. Lawler.

Le ministre de l'Énergie russe a dit qu'il était +techniquement possible+ que la Russie réduise sa production de 5%. Que la Russie +ait la capacité de+ réduire sa production peut paraître évident mais le climat rigoureux de la Sibérie limite la rapidité avec laquelle cela peut être fait, poursuivait l'analyste.

En outre, la nette appréciation du dollar, qui bénéficie depuis ce week-end des propos rassurants de plusieurs dirigeants de la Réserve fédérale américaine (Fed) sur la normalisation de la politique monétaire des États-Unis, a accentué la pression à la baisse sur les prix du pétrole.

Tout renforcement du billet vert pèse en effet sur les prix du pétrole, dont les échanges sont libellés en dollars, en pénalisant les investisseurs munis d'autres devises.

Les prix du pétrole pourraient facilement rebondir alors que les réactions aux dernières remarques volontaristes (des responsables de) la Fed pourraient simplement être surestimées, jugeait toutefois Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

En outre, ajoutait l'analyste, les dernières données sur les stocks américains de brut ne sont pas si mauvaises dans le détail avec une chute des réserves de brut au terminal de Cushing (Oklahoma, centre-sud) ainsi que des réserves d'essence, qui ont décliné de 4,6 millions de barils.

Clairement, la demande d'essence est forte et elle peut augmenter davantage jusqu'à la saison des déplacements estivaux. (Par ailleurs), à cette époque de l'année, les raffineries réalisent leurs travaux de maintenance, donc les stocks ont tendance à augmenter de toute façon, tempérait M. Razaqzada.

(c) AFP

Commenter Le pétrole dans le rouge sur fond d'offre toujours excédentaire et de regain de vigueur du dollar


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 17 juillet 2019 à 10:36

    Le pétrole remonte un peu après sa chute de mardi et avant l…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient légèrement mercredi au début des échanges européens après leur chute de mardi sur fond de signaux...

    mardi 16 juillet 2019 à 22:35

    L'Iran dit avoir porté secours à un pétrolier dans le Golfe

    Dubai: Plusieurs bâtiments de la marine iranienne sont venus porter assistance à un pétrolier étranger en panne dans le Golfe, a déclaré...

    mardi 16 juillet 2019 à 21:29

    Le pétrole en net recul avec l'espoir d'une détente entre Et…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en forte baisse mardi, reculant après des signaux d'apaisement entre les Etats-Unis et...

    mardi 16 juillet 2019 à 12:30

    Léger rebond du pétrole après sa baisse de la veille

    Londres: Les prix du pétrole rebondissaient légèrement mardi après leur baisse de la veille et alors que la production dans le Golfe...

    lundi 15 juillet 2019 à 21:47

    Le pétrole recule un peu alors que la tempête Barry s'éloign…

    New York:  Les prix du pétrole ont terminé en baisse lundi alors que la tempête tropicale Barry s'éloignait, sans avoir fait trop...

    lundi 15 juillet 2019 à 12:41

    Les prix des carburants repartent à la hausse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont progressé dans leur ensemble la semaine dernière, avec une hausse plus marquée...

    lundi 15 juillet 2019 à 11:32

    Le pétrole monte dans un marché prudent

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu lundi, dans un marché prudent et qui restait inquiet face aux surplus attendus.

    samedi 13 juillet 2019 à 18:43

    Londres relâchera le pétrolier iranien s'il ne va pas en Syr…

    Londres: Le chef de la diplomatie britannique a informé samedi son homologue iranien que Londres laisserait repartir le pétrolier Grace 1 arraisonné...

    vendredi 12 juillet 2019 à 21:16

    Entre Iran et tempête tropicale, le pétrole termine la semai…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en petite hausse vendredi à la fin d'une semaine marquée par des tensions...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 10 juillet 2019 Lors de la semaine achevée le 5 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 9,5 millions de barils pour s'établir à 459,00 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli de 2,9 millions de barils.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite