Menu
A+ A A-

Le pétrole continue à grimper, porté par un dollar faible et la perspective d'une réunion entre producteurs

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole poursuivaient leur marche en avant jeudi en fin d'échanges européens, galvanisés par l'espoir de voir les excédents se résorber et profitant de l'affaiblissement du dollar dans le sillage de la Réserve fédérale américaine (Fed).
Vers 17H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 41,36 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en progression de 1,03 dollar par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en avril gagnait 1,41 dollar à 39,87 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui avaient déjà profité mercredi de l'annonce d'une réunion en avril entre une quinzaine de gros producteurs, jugée comme un premier pas vers une stabilisation d'un marché abreuvé d'offre, bénéficiaient en outre jeudi d'un accès de faiblesse du dollar.

Le prix de la référence européenne du brut est même monté vers 16H25 GMT jusqu'à 41,60 dollars, un plus haut en plus de trois mois tandis que son homologue américain a atteint au même moment 40,08 dollars, un maximum depuis début décembre également.

Le ministre qatari de l'Énergie a annoncé mercredi la tenue d'une réunion entre des pays producteurs de pétrole, membres et non-membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le 17 avril à Doha pour tenter de stabiliser la production et soutenir les prix du brut.

La réunion doit permettre d'avaliser l'accord sur le gel de la production, conclu à la mi-février par la Russie et l'Arabie saoudite, chef de file de l'OPEP, qui avait largement contribué à relancer un marché alors au plus bas depuis 2003, commentaient les experts de Commerzbank.

Apparemment, l'implication de l'Iran n'est plus une condition préalable, ajoutaient-ils, alors que le fait que Téhéran réaffirme dimanche son refus de participer à tout gel de sa production avant d'avoir reconquis ses parts de marché avait fait plonger les cours.

Le ministre russe de l'Énergie, Alexandre Novak, a en effet annoncé mercredi que l'Iran serait présent à la réunion d'avril, même s'il ne comptait pas agréer un plafonnement de sa production.

La possibilité d'un accord entre les pays producteurs de pétrole qui sont membres de l'OPEP et ceux qui ne le sont pas continue d'agiter les investisseurs. Toutefois, rien ne permet d'affirmer aujourd'hui qu'un accord soit possible, tempérait néanmoins Christopher Dembik, analyste chez saxo Banque, pour qui sans la participation de l'Iran, un accord global sur un gel de la production avait peu de chances d'aboutir.

En outre, l'OPEP a parfaitement conscience qu'un relèvement durable du prix du baril au-dessus de 40 dollars ouvrirait un boulevard aux producteurs de pétrole de schiste américains qui pourraient de nouveau accentuer leur production, poursuivait l'analyste, selon lequel le cartel viserait davantage une stabilisation des prix entre 35 et 40 dollars le baril au cours du trimestre à venir.

Le marché profitait surtout jeudi d'autres facteurs que les questions liées à l'offre, dont un affaiblissement du dollar après une décision étonnamment attentiste de la Fed, notaient les experts de Commerzbank.

La vraie bonne nouvelle pour le marché pétrolier, c'est l'affaiblissement du dollar qui résulte des commentaires limpides tenus par (la présidente de la Fed) Janet Yellen hier en faveur d'un taux de change plus bas pour la monnaie américaine, soulignait M. Dembik, précisant que les propos de Mme Yellen avaient eu l'effet d'un détonateur sur le marché pétrolier.

Non seulement la banque centrale s'est abstenue comme prévu de relever ses taux mercredi, dans une décision annoncée peu avant la clôture du marché pétrolier, mais elle a témoigné de sa prudence quant au rythme qu'elle prendra par la suite. Cela a pesé sur le dollar et, en retour, a été favorable aux cours de l'or noir qui sont libellés en monnaie américaine et donc rendus moins onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

Mais après une telle performance (des cours du brut), il faut s'attendre à des prises de bénéfices inévitables à l'approche du week-end, prévenait M. Dembik.

(c) AFP

Commenter Le pétrole continue à grimper, porté par un dollar faible et la perspective d'une réunion entre producteurs


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 26 mars 2019 à 06:02

    Les cours du pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, mais les inquiétudes demeuraient quant au ralentissement économique mondial...

    lundi 25 mars 2019 à 21:13

    Les cours du pétrole restent prudents face au ralentissement…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé en ordre dispersé lundi après une baisse marquée en fin de semaine dernière...

    lundi 25 mars 2019 à 14:14

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers sans direc…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches et les taux des pétroliers ont évolué dans des directions différentes la semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 13:41

    Les prix des carburants montent encore à l'exception du gazo…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter la semaine dernière à l'exception du gazole, alors que le prix du pétrole...

    lundi 25 mars 2019 à 12:30

    Le pétrole creuse un peu ses pertes

    Londres: Les prix du pétrole reculaient encore un peu lundi en cours d'échanges européens après une baisse marquée en fin de semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 05:48

    Le pétrole poursuit sa baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer lundi en Asie, les craintes de ralentissement de la croissance prenant les devants sur...

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 25 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 66,84 dollars à Londres, en baisse de 19 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance cédait 44 cents à 58,60 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite