Menu
A+ A A-

Le pétrole débute la semaine dans le rouge, plombé par l'Iran et des perspectives de demande ternes

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole creusaient leurs pertes lundi en fin d'échanges européens, lestés par des doutes croissants sur l'élaboration d'un consensus entre grands producteurs pour limiter l'offre et par un rapport en demi-teinte de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).
Vers 17H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 39,12 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 1,27 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en avril perdait 1,71 dollar à 36,79 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui avaient bénéficié vendredi des prévisions plutôt optimistes de l'Agence internationale de l'Énergie (AIE), étaient de nouveau orientés à la baisse lundi, plombés par de nouvelles déclarations de l'Iran et de la Russie et une révision à la baisse des prévisions de demande de pétrole de l'OPEP pour 2016.

La baisse des cours est due en réalité à une combinaison de facteurs: les commentaires du ministre iranien du Pétrole, l'OPEP prévoyant un surplus d'offre plus important, des données sur le production industrielle chinoise plus faibles et un dollar qui rebondit, détaillait Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

Sur le front de l'offre, la possibilité d'une entente coordonnée entre producteurs de l'OPEP et hors-OPEP pour stabiliser les prix semblait en effet de plus en plus incertaine alors même que cette perspective avait permis aux cours de nettement rebondir depuis la mi-février, quand l'Arabie saoudite et la Russie, de concert avec le Qatar et le Venezuela, avaient annoncé un accord sur un gel de la production.

Le ministre russe de l'Énergie, Alexandre Novak, a en effet indiqué lundi qu'une réunion des pays producteurs de pétrole pour décider d'un éventuel gel de leur niveau de production n'aurait probablement lieu qu'en avril, tout en confirmant que l'Iran n'était pas prêt pour l'instant à une telle mesure.

Au début du mois, M. Novak avait indiqué qu'une telle réunion entre pays membres de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) et non membres comme la Russie pourrait avoir lieu entre le 20 mars et le 1er avril.

Téhéran a en effet répété dimanche par la voix de son ministre du Pétrole, Bijan Namadar Zanganeh, qu'il n'envisagerait aucun gel de sa production avant d'être revenu à un niveau de quatre millions de barils par jour (bj), alors que l'Iran ne produit actuellement que trois millions bj.

Le ministre iranien soutient la coordination entre pays producteurs et l'idée d'un gel. La position de l'Iran est qu'il doit d'abord rétablir ses volumes de production d'avant les sanctions, dans le cadre des quotas de l'OPEP. Après il pourra se joindre à un gel, a confirmé M. Novak.

Du côté de la demande, les dernières prévisions de l'OPEP n'étaient pas non plus de bon augure pour les cours alors que le cartel a revu à la baisse (de 100.000 bj) ses prévisions concernant la demande qui lui sera adressée cette année, à 31,52 mbj, contre 29,74 mbj l'an passé.

En outre, concernant la réduction de production de 700.000 bj affectant les pays non-OPEP qu'il anticipe, le cartel estime que sa prévision est davantage incertaine qu'au mois précédent, du fait de baisses des coûts de production, principalement aux États-Unis, et en raison du choix de certains exploitants de produire à perte.

Dans son rapport publié le 11 mars, l'Agence internationale de l'Énergie avait pour sa part entrevu une baisse de 750.000 bj pour les pays non-OPEP en 2016.

Connor Campbell, analyste chez Spreadex, estimait toutefois que le fait que la production de brut de l'OPEP ait baissé en février avait permis de limiter la chute du Brent, le maintenant au-dessus des 39 dollars le baril.

Les prix étaient également sous pression en raison de l'essoufflement de la production industrielle chinoise, qui a progressé à son plus faible rythme de croissance depuis sept ans en janvier et février, laissant craindre pour la demande du deuxième consommateur de brut au monde après les États-Unis.

(c) AFP

Commenter Le pétrole débute la semaine dans le rouge, plombé par l'Iran et des perspectives de demande ternes


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:15

    USA: les stocks de brut plongent, les exportations bondissen…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont chuté de manière inattendue la semaine dernière, selon les chiffres publiés mercredi...

    mercredi 20 mars 2019 à 12:23

    Le pétrole recule avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens alors que le marché peine à prendre de l'élan, à quelques...

    mercredi 20 mars 2019 à 05:14

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, en raison des incertitudes qui se prolongent quant à...

    mardi 19 mars 2019 à 20:19

    Le pétrole finit sans direction, les réductions de l'Opep en…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé sans direction mardi alors que les investisseurs ont continué à évaluer les conséquences...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite