Menu
A+ A A-

Le pétrole en légère baisse après des déclarations de l'Iran

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole baissaient légèrement lundi en cours d'échanges européens, dans un marché fébrile sur les perspectives de rééquilibrage après le refus répété de l'Iran de participer à tout accord sur un gel de la production.
Vers 11H40 GMT (12H40 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 39,59 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 80 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en avril perdait 90 cents à 37,60 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui avaient clôturé en hausse vendredi dans le sillage du dernier rapport de l'Agence internationale de l'Énergie (AIE) prévoyant un resserrement de l'offre dès fin 2016, ont accusé le coup lundi après des déclarations de Téhéran laissant entendre qu'il n'était pas prêt à geler sa production.

"L'Iran a clairement indiqué durant le week-end qu'il n'avait l'intention de s'engager à limiter sa production de pétrole qu'une fois qu'il aurait atteint un niveau de production de 4 millions de barils par jour", relevaient les analystes de Commerzbank.

Alors qu'on lui demandait si le ministre russe de l'Énergie, Alexandre Novak, avait des chances de le convaincre d'accepter un gel de la production, le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namadar Zanganeh, a déclaré dimanche que "jusqu'à ce que l'Iran atteigne 4 millions de barils par jour, (il fallait) laisser l'Iran tranquille", et qu'ensuite Téhéran serait prêt à travailler avec les autres producteurs, selon des propos rapportés par l'agence de presse Shana du ministère du Pétrole.

La perspective d'une entente concertée entre membres de l'OPEP et hors-OPEP pour limiter les excédents pesant sur le marché et parvenir à stabiliser les prix semblait ainsi de plus en plus compromise, d'autant que le Koweït par exemple a fait de la participation de l'Iran à un gel de la production une condition préalable à son propre engagement.

"Si l'on ajoute à cela des informations selon lesquelles les niveaux de production de l'Arabie saoudite en février étaient proches de leurs records historiques, les suggestions de la semaine dernière selon lesquelles le pétrole a atteint un plancher pourraient être un peu prématurées", commentait Connor Campbell, analyste chez Spreadex.

Après être tombés à des plus bas en près de 13 ans, les cours ont amorcé une nette reprise le mois dernier suite à l'annonce d'un gel de production par les deux plus grands producteurs au monde, l'Arabie Saoudite et la Russie, suivis également par le Qatar et le Venezuela.

Les prix avaient en outre bénéficié vendredi de prévisions optimistes de l'AIE, laquelle note dans son dernier rapport que "les prix bas et la baisse des investissements ont clairement commencé à avoir un impact sur la production de pétrole dans les pays non membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole", à commencer par les États-Unis, où l'Agence s'attend à une baisse de la production de 530.000 barils par jour (b/j) cette année.

"Des éléments montrent que les prix pourraient avoir atteint un point bas", souligne aussi l'Agence, qui précise que fin 2016, le surplus d'offre devrait être ramené à 0,2 million de barils par jour (mbj), contre encore 1,9 mbj au premier trimestre, ce qui devrait permettre d'achever le rééquilibrage en 2017.

Des prévisions confortées vendredi par la société de services pétroliers Baker Hughes, qui a annoncé une nouvelle baisse, de 6 unités, du nombre de puits en activité aux États-Unis, confirmant les espoirs de repli de la production dans le pays.

Plusieurs analystes estimaient toutefois que la reprise actuelle des cours pouvait retarder le rééquilibrage du marché dans la mesure où un pétrole parvenant à se stabiliser au-dessus du seuil de 40 dollars le baril pourrait encourager les producteurs américains à reprendre leurs activités.

(c) AFP

Commenter Le pétrole en légère baisse après des déclarations de l'Iran


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    lundi 18 février 2019 à 12:18

    Les prix du pétrole divergent, proches de leur plus haut en …

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts niveaux depuis novembre, dopés...

    lundi 18 février 2019 à 04:27

    Le pétrole orienté en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, lundi en Asie, toujours portés par l'élan d'optimisme de la semaine passée.

    vendredi 15 février 2019 à 20:52

    Le pétrole au plus haut depuis trois mois, entre efforts de …

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont hissés vendredi à leur sommet depuis novembre alors que la production de l'Organisation...

    vendredi 15 février 2019 à 13:51

    Total va déplacer des activités de Londres à Paris et Genève

    Paris: Le géant pétrolier Total va déplacer certaines de ses activités de Londres vers Paris et Genève, mais a insisté dans un...

    vendredi 15 février 2019 à 12:27

    Le pétrole a dépassé 65 dollars, entre efforts de l'Opep et …

    Londres: Le prix du pétrole de Brent, référence internationale du brut, a dépassé son plus haut de l'année avec les baisses de...

    vendredi 15 février 2019 à 10:12

    Eni: bénéfice net ajusté presque doublé en 2018

    Rome: Le géant pétrolier et gazier italien Eni, porté par la hausse du prix du brut, a annoncé vendredi un bond de...

    vendredi 15 février 2019 à 05:01

    Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper vendredi en Asie, aidés par la réduction de la production de l'Opep, les espoirs...

    jeudi 14 février 2019 à 21:55

    Le pétrole monte, scrutant toujours les négociations sino-am…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse pour la troisième séance de suite jeudi, profitant de l'optimisme des...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 15 février 2019 Le cours du baril de Brent a franchi le seuil des 65 dollars pour culminer à 65,10 dollars, son plus haut depuis presque 3 mois.

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite