Menu
A+ A A-

Le pétrole en légère perte de vitesse sur fond de prises de bénéfices

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole repartaient en légère baisse mardi en cours d'échanges européens, lestés par des prises de bénéfices après plus de trois semaines de hausse quasi ininterrompue et une progression des cours de quelque 5% sur la seule séance de lundi.
Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 40,58 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 26 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en avril perdait 36 cents à 37,54 dollars.

Les cours du Brent et du WTI accusaient quelque peu le coup mardi après avoir nettement progressé vendredi et lundi dans le sillage des bons chiffres de l'emploi américain, d'une nouvelle baisse du nombre de puits activité aux États-Unis et des attentes grandissantes de voir les pays producteurs s'entendre pour geler leur production.

La référence européenne du brut est même montée lundi jusqu'à 41,04 dollars le baril, au plus haut en près de trois mois, tandis que son homologue américaine a atteint le même jour 38,11 dollars, un maximum en deux mois.

Le Brent et le WTI sont depuis légèrement redescendus mais continuaient à s'échanger mardi au-dessus de 40 et 37 dollars, alors que, confortés par la baisse de la production américaine, les investisseurs tablent sur un repli du niveau des stocks qui soutiendrait les cours, relevait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

La production américaine a quelque peu décliné au cours des dernières semaines et la chute persistante du nombre de puits en activité aux États-Unis, dont le décompte est actuellement au plus bas depuis décembre 2009, suggère que ce repli de l'extraction va se poursuivre.

En outre, poursuivait M. Hewson, avec des rumeurs d'une réunion de producteurs planifiée plus tard ce mois-ci et un dollar qui s'est affaibli, les cours pourraient bien remonter jusqu'à 45 dollars le baril alors que les paris à la baisse perdent du terrain.

Les cours du brut, qui ont perdu plus de 60% depuis juin 2014 en raison d'une offre largement excédentaire, ont amorcé une nette reprise depuis la mi-février et la proposition faite par l'Arabie saoudite et la Russie - les deux plus gros producteurs de brut au monde -, ainsi que le Qatar et le Venezuela, d'un accord pour geler leur production à ses niveaux de janvier afin d'enrayer la chute des prix.

Depuis, d'autres spéculations se sont faites jour concernant la tenue d'une réunion entre producteurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et hors-OPEP à la fin du mois de mars, même si la date, le lieu et les participants d'une telle rencontre restent à définir.

Dans l'optique d'une modération de l'offre mondiale, des déclarations lundi du ministre de l'Énergie des Émirats arabes unis étaient aussi de bon augure. Le prix actuel (du baril) est en train de pousser tout le monde à geler la production et je pense que ce gel est effectif au moment où je vous parle, a déclaré Suhail al-Mazroui à des journalistes à Abou Dhabi.

Cette reprise (des cours) semble exagérée dans la mesure où l'offre sur les marchés mondiaux se maintient toujours à des niveaux effrayants tandis que le pétrole iranien a atterri en Europe pour la première fois depuis la levée des sanctions, ce qui devrait inquiéter les investisseurs, nuançait Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Par ailleurs, même s'il y a eu des discussions concernant une réunion de l'OPEP en mars, tous les membres n'ont pas convenu d'un accord et le conflit d'intérêts visible à tous les niveaux devrait encourager les investisseurs plus pessimistes à faire repartir les prix à la baisse, mettait en garde l'analyste.

(c) AFP

Commenter Le pétrole en légère perte de vitesse sur fond de prises de bénéfices


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 10 juillet 2020 à 21:55

    Les cours du pétrole se redressent en fin de semaine

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont retrouvé de l'allant vendredi, aidés par les espoirs d'un vaccin contre le Covid-19, un...

    vendredi 10 juillet 2020 à 17:48

    Les cours du pétrole relèvent la tête en fin de semaine

    Londres: Les prix du pétrole retrouvaient de l'allant vendredi, aidés par les espoirs d'un vaccin contre le Covid-19, un léger recul du...

    vendredi 10 juillet 2020 à 13:17

    Les cours du pétrole plombés par la recrudescence des contam…

    Londres: Les prix du pétrole étaient de nouveau orientés à la baisse vendredi, les investisseurs étant préoccupés par la progression du virus...

    vendredi 10 juillet 2020 à 12:45

    Libye: reprise de la production de pétrole après des mois de…

    Tripoli: La Compagnie libyenne nationale de pétrole (NOC) a annoncé vendredi la reprise de la production et des exportations de pétrole en...

    vendredi 10 juillet 2020 à 12:00

    Pétrole: l'AIE voit la production mondiale repartir à la hau…

    Paris: Après avoir atteint son plus bas en neuf ans, la production mondiale de pétrole devrait repartir à la hausse dès juillet...

    jeudi 09 juillet 2020 à 21:28

    Le pétrole flanche face au Covid-19 et une offre amenée à au…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en baisse jeudi devant l'évolution de la pandémie de Covid-19, qui menace la...

    jeudi 09 juillet 2020 à 17:24

    Le pétrole flanche face au Covid-19 et à une offre amenée à …

    Londres: Les prix du pétrole, après s'être maintenus à l'équilibre au cours de la séance européenne, reculaient jeudi devant l'évolution de la...

    jeudi 09 juillet 2020 à 12:01

    Le pétrole plafonne face au Covid-19 et à une offre amenée à…

    Londres: Les prix du pétrole étaient toujours bloqués autour de 40 dollars le baril jeudi, contraints par l'évolution de la pandémie, qui...

    mercredi 08 juillet 2020 à 21:20

    Le pétrole monte à la faveur d'une baisse des stocks américa…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en légère hausse mercredi, soutenus par une baisse marquée des stocks d'essence aux...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 2 juillet 2020 Le panier de référence de l’Opep (ORB), constitué des cours de référence de 13 pétroles bruts, a augmenté significativement mercredi 1 juillet pour atteindre 42,66 dollars.
    Il est constitué des bruts suivants: Saharan Blend (Algérie), Girassol (Angola), Arab Light (Arabie saoudite), Djeno (Congo), Murban (Emirats arabe unis), Rabi Light (Gabon), Zafiro (Guinée), Basra Light (Irak), Iran Heavy (Iran), Kuwait Export (Koweït), Es Sider (Libye), Bonny Light (Nigeria) et le Merey (Venezuela).

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite

    Le prix du pétrole peut-il rester bas pour longtemps ?

    Le jeudi 30 avril 2020 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du pétrole a beaucoup reculé à cause du coronavirus, alors que les efforts des producteurs pour stabiliser le marché sont restés vains. Le cours du pétrole peut-il rester bas longtemps ?

    Lire la suite