Menu
A+ A A-

Le pétrole se maintient à l'équilibre malgré la forte hausse des stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole se stabilisaient jeudi en cours d'échanges européens, digérant une hausse plus forte qu'attendu des stocks américains de brut, qui ne les a toutefois pas empêchés de signer mercredi de nouveaux plus hauts en près de deux mois.
Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 36,84 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 9 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en avril gagnait en revanche 1 cent à 34,67 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après avoir hésité sur la marche à suivre la majeure partie de la séance mercredi, ont finalement clôturé en hausse, restant relativement insensibles aux dernières statistiques du département américain de l'Énergie (DoE) sur l'état des réserves de pétrole du premier consommateur d'or noir au monde.

La référence européenne du brut est même montée mercredi jusqu'à 37,40 dollars le baril, un plus haut depuis le 5 janvier, tandis que son homologue américain a atteint le même jour 35,17 dollars, un maximum depuis le 6 janvier.

Dans ses chiffres hebdomadaires, le DoE a pourtant annoncé un bond de plus de dix millions de barils des réserves de brut, qui restent au plus haut depuis plus de 85 ans, et une hausse conséquente des réserves de produits comme le gazole ou le fioul, désormais supérieures de près d'un tiers à leur niveau de la même époque de 2015 face à une demande en berne.

Les discussions continues de différents ministres du Pétrole concernant de nouvelles mesures pour faire face à la surabondance actuelle ont permis d'aider à maintenir un plancher sous les prix, notait aussi Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Le marché, plombé depuis près de deux ans par la surabondance générale, a en effet été relancé depuis la mi-février par un accord sur un gel de la production entre l'Arabie saoudite, le Qatar, le Venezuela - tous trois membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et la Russie, qui lui est extérieur.

Une initiative à laquelle de plus en plus de voix ont apporté ou réitéré leur soutien ces derniers jours, notamment les Émirats arabes unis, autre poids lourd du cartel, et Moscou, qui a fait savoir que les principaux groupes pétroliers russes étaient d'accord pour geler leur production à ses niveaux de janvier.

L'Arabie saoudite, chef de file du cartel, a entretenu la flamme lundi en déclarant qu'elle cherchait à stabiliser les marchés pétroliers et était favorable à toute entreprise de coopération avec les principaux producteurs de pétrole pour tenter de limiter la volatilité des prix.

Pour Jameel Ahmad, analyste chez FXTM, les acheteurs ont montré de vrais signes de résistance en n'abandonnant pas la perspective d'une reprise plus importante des prix, car ceux-ci ont atteint mercredi un plus haut en près de deux mois avant la clôture des échanges américains malgré l'augmentation des stocks de brut aux Etats-Unis.

Les investisseurs ont notamment été réconfortés, dans le rapport du DoE, par la sixième semaine consécutive de baisse de la production américaine, qui a décliné de 25.000 barils par jour supplémentaires, ce qui va dans le sens des observateurs les plus optimistes pour qui la chute persistante de l'activité de forage - évaluée par le nombre hebdomadaire de puits en activité - ne peut que se traduire à terme par un recul notable de la production.

Le fait que le marché prenne ainsi en compte des aspects à plus long terme plutôt que de se focaliser seulement sur les tendances des stocks à court terme suggère que (sa) perception est en train de changer. Il y a quelques semaines seulement, les chiffres publiés (mercredi) auraient exercé une sévère pression sur les prix, relevaient les analystes de Commerzbank.

(c) AFP

Commenter Le pétrole se maintient à l'équilibre malgré la forte hausse des stocks américains


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    lundi 18 février 2019 à 12:18

    Les prix du pétrole divergent, proches de leur plus haut en …

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts niveaux depuis novembre, dopés...

    lundi 18 février 2019 à 04:27

    Le pétrole orienté en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, lundi en Asie, toujours portés par l'élan d'optimisme de la semaine passée.

    vendredi 15 février 2019 à 20:52

    Le pétrole au plus haut depuis trois mois, entre efforts de …

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont hissés vendredi à leur sommet depuis novembre alors que la production de l'Organisation...

    vendredi 15 février 2019 à 13:51

    Total va déplacer des activités de Londres à Paris et Genève

    Paris: Le géant pétrolier Total va déplacer certaines de ses activités de Londres vers Paris et Genève, mais a insisté dans un...

    vendredi 15 février 2019 à 12:27

    Le pétrole a dépassé 65 dollars, entre efforts de l'Opep et …

    Londres: Le prix du pétrole de Brent, référence internationale du brut, a dépassé son plus haut de l'année avec les baisses de...

    vendredi 15 février 2019 à 10:12

    Eni: bénéfice net ajusté presque doublé en 2018

    Rome: Le géant pétrolier et gazier italien Eni, porté par la hausse du prix du brut, a annoncé vendredi un bond de...

    vendredi 15 février 2019 à 05:01

    Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper vendredi en Asie, aidés par la réduction de la production de l'Opep, les espoirs...

    jeudi 14 février 2019 à 21:55

    Le pétrole monte, scrutant toujours les négociations sino-am…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse pour la troisième séance de suite jeudi, profitant de l'optimisme des...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 15 février 2019 Le cours du baril de Brent a franchi le seuil des 65 dollars pour culminer à 65,10 dollars, son plus haut depuis presque 3 mois.

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite