Menu
A+ A A-

Le pétrole baisse faute d'avancées sur les niveaux trop élevés de l'offre

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole baissaient jeudi en fin d'échanges européens, ne parvenant pas à consolider leurs gains de la veille dans un marché toujours déprimé faute de signes laissant espérer un tassement de la surabondance de l'offre.
Vers 17H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 34,16 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 25 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance perdait 51 cents à 31,64 dollars.

En dépit d'un rebond technique effectué la veille, le cours du pétrole reste fragilisé par le point mort des négociations concernant un gel de production entre pays membres de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole), commentait Yoav Nizard, analyste chez FXCM.

Les prix du pétrole avaient passé l'essentiel de la séance de mercredi à la baisse, Les cours avaient ainsi tenté de se reprendre mercredi, et il semblait que les cours pourraient enregistrer leur deuxième jour consécutif de baisse, car le Brent et le WTI perdaient plus de 3% quand ils sont brutalement repartis à la hausse, rappelaient les analystes de Commerzbank.

Les cours étaient en effet repartis en légère hausse mercredi suite à la publication des données sur les réserves américaines de pétrole publiées par le département américain de l'Énergie (DoE) pour la semaine achevée le 19 février.

Même si ces données ont montré que les stocks de brut ont monté de 3,5 millions de barils pour atteindre un nouveau record à 507,6 millions de barils, la hausse était moitié moindre que ce qui avait été constaté par l'API (la fédération professionnelle du secteur pétrolier American Petroleum Institute, ndlr) le jour précédent, expliquaient les experts de Commerzbank.

Le léger regain d'optimisme des investisseurs avait de plus été soutenu par la baisse des stocks américains d'essence tout comme de la production nationale.

Mais les inquiétudes sur l'excès d'offre, qui a fait dégringoler les cours de près de 70% depuis juin 2014, ont vite repris le dessus.

En effet, les espoirs de voir un tassement de la production mondiale et ainsi une réduction de l'offre par rapport à la demande semblent s'amenuiser de jour en jour.

Le chef de file de l'OPEP, l'Arabie saoudite, et la Russie - les deux premiers producteurs mondiaux de brut - avaient proposé il y a une semaine, au terme d'une réunion à Doha avec le Qatar et le Venezuela, que tous les pays producteurs gèlent leur niveau de production à celui de janvier pour soutenir les prix.

Mais l'Iran a de son côté rejeté l'idée même d'un gel de sa production, la qualifiant de plaisanterie.

La diminution des attentes d'une baisse de l'offre a créé un environnement d'échanges ultra sensible qui implique des réactions excessives au peu de bonnes nouvelles, comme les stocks américains, expliquait Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Pour lui, les cours du WTI restent fortement baissiers et comme aucune réunion d'urgence n'est à l'horizon malgré les palabres sur une diminution de production imaginaire, le WTI pourrait tomber à 25 dollars et même plus bas, prévenait M. Otunuga.

(c) AFP


Commenter Le pétrole baisse faute d'avancées sur les niveaux trop élevés de l'offre


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 11 décembre 2019 à 11:55

    Aramco, la plus grosse introduction en Bourse, longtemps att…

    Ryad: Le géant pétrolier saoudien Aramco a réalisé mercredi à Ryad la plus grosse entrée en Bourse de l'histoire après quatre ans...

    mercredi 11 décembre 2019 à 11:54

    Le pétrole sous pression, inquiétudes sur le commerce

    Londres: Les prix du pétrole baissaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens, pénalisés par les inquiétudes du marché concernant les tensions sino-américaines...

    mercredi 11 décembre 2019 à 09:52

    Aramco s'envole de 10% pour ses débuts historiques en Bourse

    Ryad: L'action du géant pétrolier saoudien Aramco s'est envolée de 10% pour ses débuts en Bourse mercredi sur la place financière de...

    mercredi 11 décembre 2019 à 09:01

    L'action Saudi Aramco bondit pour ses débuts, après la plus …

    Dubai: L'action Saudi Aramco a bondi mercredi de 10% pour ses débuts à la Bourse de Ryad, la plus importante introduction en...

    mercredi 11 décembre 2019 à 06:56

    Chevron dévalue ses gisements face à l'abondance de pétrole

    New York: Le géant pétrolier américain Chevron a annoncé mardi une dépréciation de la valeur de ses actifs, notamment dans le gaz...

    mercredi 11 décembre 2019 à 01:15

    Chevron annonce des dépréciations d'actifs de 10 à 11 millia…

    New York: Le géant pétrolier américain Chevron a annoncé mardi des dépréciations de ses actifs, notamment dans le gaz de schiste, de...

    mardi 10 décembre 2019 à 19:14

    ExxonMobil exonérée après accusations de tromperie sur le ch…

    New York: Un juge new-yorkais a débouté mardi l'Etat de New York, qui accusait le géant pétrolier américain ExxonMobil d'avoir trompé les...

    mardi 10 décembre 2019 à 12:05

    Le pétrole se stabilise, le marché surveille les discussions…

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient mardi en cours d'échanges européens, dans un marché digérant l'accord de l'Opep+ mais restant prudent...

    lundi 09 décembre 2019 à 12:41

    Les prix des carburants toujours à la hausse en France

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont encore évolué à la hausse sur la semaine dernière, selon des chiffres...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 4 décembre 2019 Les stocks commerciaux de pétrole des États-Unis ont baissé d'environ -4,9 millions de barils, selon des données publiées par l'EIA.
    Les analystes tablaient, eux, sur une baisse plus modeste, de l'ordre de -1,7 million de barils.

    Les stocks de pétrole s'établissent ainsi à 447,1 millions de barils.

    En octobre 2019, le prix du pétrole se replie

    Le lundi 25 novembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2019, le prix du pétrole en euros se replie (-5,4 % après +7,6 % en septembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) diminuent également (−1,0 % après +0,4 %) sous l’effet notamment des matières premières industrielles (−2,8 % après +1,8 %). Le prix du pétrole se redresse En octobre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se replie (-5,4 % après +7,6 %), à 54 € en moyenne par baril.En dollars, la baisse des prix est moins ample (-5,0 % après +6,4 %)...

    Lire la suite

    En septembre 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le mardi 22 octobre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 % en août). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,4 % après −6,4 %) à l’instar des matières premières industrielles (+1,8 % après −10,8 %). Le prix du pétrole se redresse En septembre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 %), à 57,1 € en moyenne par baril, après les attaques visant deux sites pétroliers saoudiens.La hausse est moins marquée...

    Lire la suite

    Un nouveau choc pétrolier est-il envisageable ?

    Le samedi 21 septembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    New York: La soudaine flambée des prix du baril de pétrole cette semaine a fait vaguement resurgir le spectre de la pénurie d'or noir. La probabilité d'un nouveau choc pétrolier forçant les automobilistes à faire la queue aux stations-essence reste toutefois ténue, selon plusieurs analystes.

    Lire la suite