Menu
A+ A A-

Le pétrole replonge, rattrapé par les excédents

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole baissaient fortement en fin d'échanges européens vendredi, annulant la quasi-totalité de leurs gains depuis deux jours, dans un marché s'inquiétant à nouveau de la surabondance persistante d'offre.
Vers 17H40 GMT (18H40 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 33,05 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 1,23 dollar par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars lâchait 1,20 dollar à 29,57 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui avaient amorcé en début de semaine un net rebond, portés par l'espoir de voir le gel de production annoncé mardi par l'Arabie saoudite et la Russie réduire les excédents pesant sur le marché, ont essuyé une nouvelle douche froide jeudi après la publication des chiffres hebdomadaires sur les stocks américains de brut.

"Une nouvelle hausse des stocks américains hebdomadaires (de brut) a ravivé les craintes d'une offre surabondante lors des deux dernières séances d'échanges", relevait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

L'annonce mercredi par le département de l'Énergie (DoE) d'une nouvelle hausse hebdomadaire des stocks américains de brut, qui ont atteint un niveau sans précédent depuis plus de 85 ans, a en effet porté un coup d'arrêt au rebond des cours du brut.

Ce dernier avait été nourri depuis le début de semaine par un accord de gel du niveau de la production entre plusieurs grands producteurs de pétrole, dont l'Arabie saoudite, chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et la Russie, qui ne fait pas partie du cartel.

Ainsi, selon M. Lawler, même si la situation apparaît à première vue meilleure sur les marchés de l'énergie après l'annonce mardi à Doha de cet accord de gel, bientôt soutenu par l'Iran, "on peut sans doute considérer que l'accord a été discrédité alors qu'à la fois les ministres de la Russie et de l'Arabie saoudite ont dit ensuite qu'ils ne prévoyaient pas de réduction de production".

De même, Bjarne Schieldrop, analyste chez Seb, considérait qu'il était aisé pour la plupart des membres de l'OPEP ainsi que pour la Russie de proposer un gel de leur production à ses niveaux de janvier, où elle a atteint des volumes records.

Aussi tous les yeux sont-ils tournés vers le seul membre du cartel encore susceptible d'augmenter sa production cette année, à savoir l'Iran, fraîchement débarrassé des sanctions occidentales qui pesaient depuis 2012 sur ses exportations d'or noir.

"Il est très difficile d'imaginer que l'Iran va accepter de geler sa production et ses exportations à leurs niveaux de janvier" alors même qu'il vient de faire son grand retour sur le marché pétrolier, poursuivait M. Schieldrop.

Aussi, d'après l'analyste, les discussions sur un gel du niveau de la production cherchent davantage à éviter un effondrement des prix à court terme que de forcer ces derniers à remonter, une perspective peu probable en l'absence de réductions de production.

Aussi le marché va prendre connaissance avec intérêt du décompte hebdomadaire des puits de pétrole en activité aux États-Unis, établi par le groupe de services pétroliers Baker Hughes, dont la chute persistante laisse espérer à certains observateurs une franche baisse de la production américaine.

(c) AFP

Commenter Le pétrole replonge, rattrapé par les excédents


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 18 mai 2019 à 03:00

    L'Argentine attribue 18 zones maritimes à l'exploration de g…

    Buenos aires: Le gouvernement argentin a attribué 18 zones maritimes à de grandes entreprises pour qu'elles en explorent les éventuelles ressources pétrolières...

    vendredi 17 mai 2019 à 12:11

    Le pétrole dopé sur la semaine par les tensions géopolitique…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, en nette hausse sur la semaine alors que les tensions géopolitiques...

    vendredi 17 mai 2019 à 05:49

    Le pétrole continue de flamber en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de flamber, vendredi en Asie, en raison de l'escalade entre Washington et Téhéran, alors que l'Iran...

    jeudi 16 mai 2019 à 22:14

    Le pétrole monte, la tension grimpe au Moyen-Orient

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont grimpé jeudi avant une réunion de suivi de l'accord de l'Opep et de ses...

    jeudi 16 mai 2019 à 12:21

    Le pétrole grimpe, situation tendue avant une réunion de sui…

    Londres: Les prix du pétrole montaient jeudi en cours d'échanges européens à l'avant-veille d'une réunion de suivi de l'accord de l'Opep et...

    jeudi 16 mai 2019 à 06:01

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse jeudi en Asie, en raison des tensions aux Moyen-Orient.

    mercredi 15 mai 2019 à 22:14

    Le pétrole monte avec des stocks américains de brut moins él…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé mercredi dans le sillage d'une hausse des stocks américains moins forte que des...

    mercredi 15 mai 2019 à 17:10

    USA: les stocks et les exportations de pétrole brut bondisse…

    New York: Les stocks ainsi que les exportations de pétrole brut ont fortement augmenté la semaine dernière aux Etats-Unis, selon les chiffres...

    mercredi 15 mai 2019 à 15:02

    Le marché du pétrole s'inquiète des tensions dans le Golfe

    Londres: Les prix de l'or noir pourraient flamber en cas d'embrasement de la situation dans le Golfe et de perturbations dans le...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 1 mai 2019 Le secteur pétrolier a flanché du fait d'un net recul des cours du pétrole dans la foulée de la publication d'un bond des stocks américains. BP a perdu 1,25% et Royal Dutch Shell 1,44%.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite