Menu
A+ A A-

Le pétrole poursuit sa hausse à New York avant les stocks aux USA

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont ouvert en hausse jeudi à New York, poursuivant sur la lancée d'un net rebond la veille après des propos jugés encourageants de l'Iran, dans un marché optimiste avant la publication de chiffres hebdomadaires sur l'offre américaine.
Vers 14H05 GMT, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars prenait 1,08 dollar à 31,74 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), au lendemain d'une hausse de plus d'un dollar et demi.

"On va voir ce que va annoncer le département de l'Energie (DoE)" des Etats-Unis, a mis en avant Kyle Cooper, de IAF Advisors.

Le DoE publiera à 16H00 GMT ses chiffres sur l'état hebdomadaire des réserves et de la production américaines de pétrole, toujours très surveillés dans le contexte actuel de surabondance et de déprime des cours.

Pour l'heure, la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API), qui publie ses propres estimations avant le DoE, a donné un coup de pouce au marché en tablant sur un déclin de plus de trois millions de barils des stocks de brut.

"Les chiffres de l'API se sont révélés surprenants mais je pense que c'est à cause d'importations peu élevées", ce qui serait moins encourageant qu'une baisse de la production, a relativisé M. Cooper.

Les analystes interrogés par l'agence Bloomberg se montrent de leur côté moins optimistes en estimant, selon leur prévision médiane, que les stocks de brut se sont étoffés de 3,5 millions de barils. Ils prévoient en outre une hausse de 400.000 barils des réserves d'essence, mais une baisse de 1,5 million de ceux de produits distillés (dont le diesel et le fioul de chauffage).

Pour le reste, le marché continue à bénéficier des propos tenus la veille par l'Iran, qui a manifesté sa bonne volonté à stabiliser les prix au lendemain d'un accord sur un gel de la production entre d'autres grands producteurs, dont l'Arabie saoudite et la Russie.

"Tout ce que l'Iran a dit, c'est qu'il serait heureux d'assister à un gel chez les autres... Mais pas qu'il compte y participer", a nuancé M. Cooper, exprimant un scepticisme largement répandu chez les observateurs.

Depuis la mi-2014, les cours ont chuté de deux tiers, en grande partie à cause du niveau élevé de l'offre, aux Etats-Unis, dans l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont sont membres l'Arabie saoudite et l'Iran, et en Russie.

Plus récemment, "il suffit de regarder les fluctuations quotidiennes des cours pour voir que, depuis la fin décembre, il n'y a pas eu une seule séance pendant laquelle ils ont bougé de moins de 3,5%", ont souligné les experts de Commerzbank.

"Cette instabilité élevée témoigne des incertitudes considérables quant aux évolutions futures des cours".

(c) AFP

Commenter Le pétrole poursuit sa hausse à New York avant les stocks aux USA


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 24 janvier 2019 à 11:07

    Arabie Saoudite: "Nous pomperons le dernier baril de pé…

    Ryad: L’Arabie saoudite n’achète pas le récit du "peak oil" (demande maximale de pétrole). Le plus gros producteur de l’OPEP continue de...

    jeudi 24 janvier 2019 à 05:28

    Le pétrole recule en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole reculaient en Asie jeudi, plombés par les inquiétudes sur un ralentissement de la demande mondiale et des...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:30

    Le pétrole lesté par la prudence des investisseurs

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse mercredi dans un marché empreint de prudence alors que persistent les...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:29

    Une guerre des prix du pétrole avec les États-Unis nuirait à…

    Davos: La Russie ne devrait pas essayer de réduire la production américaine de schiste avec une guerre des prix du pétrole, car...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:14

    La compagnie chinoise CNOOC prévoit ses plus fortes dépenses…

    Singapour: CNOOC, le plus grand producteur de pétrole offshore de Chine, prévoit que ses dépenses en capital pour 2019 seront les plus...

    mercredi 23 janvier 2019 à 17:03

    Les compagnies pétrolières US disent à l'Opep que leur prod…

    New York: Les compagnies pétrolières américaines ont tenté mercredi d'apaiser les craintes de l'Opep de perdre des parts de marché, expliquant que...

    mercredi 23 janvier 2019 à 15:57

    La compagnie pétrolière Vénézuélienne PDVSA annonce une bais…

    Caracas: La compagnie pétrolière PDVSA appartenant à l’État vénézuélien, a déclaré que sa dette avait diminué de 5% l’an dernier, pour atteindre...

    mercredi 23 janvier 2019 à 12:35

    Le pétrole remonte dans un marché volatil

    Londres: Les prix du pétrole remontaient mercredi en cours d'échanges européens, effaçant une partie de leurs pertes de la veille dans un...

    mercredi 23 janvier 2019 à 04:21

    Le pétrole stable en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient stables, mercredi en Asie, au lendemain d'une baisse provoquée par un regain d'inquiétude quant à l'économie...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 22 janvier 2019 Chine Les raffineries chinoises ont traité en moyenne 12,07 millions de barils de pétrole brut par jour en 2018, en hausse de 6,8% par rapport à l’année précédente.

    7 facteurs qui influenceront les prix du pétrole en 2019

    Le mercredi 23 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    2019: L'année dernière, les prix du pétrole ont atteint leur plus haut niveau en quatre ans, avant de plonger à plus de 30 dollars. De nombreux facteurs ont joué pendant cette période de volatilité, notamment les sanctions iraniennes et la promesse en résultant de l’OPEP + de stimuler la production pour éviter une pénurie d’approvisionnement. La volatilité semble s’être maintenue jusqu’en 2019, l’incertitude régnant dans plusieurs domaines clés des marchés pétroliers de cette année.

    Lire la suite

    En novembre 2018, le prix du pétrole chute

    Le jeudi 20 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2018, le prix du pétrole en euros chute (−19,3 % après +4,3 % en octobre) tandis que les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) sont stables (+0,0% après +4,9%). Le prix du pétrole chute En novembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros chute (−19,3 % après +4,3 %), à 57 € en moyenne par baril. La baisse est presque de la même ampleur en dollars (−20,1 % après +2,7 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 64,7...

    Lire la suite

    Coup de poker sur l'essence

    Le mercredi 19 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Comment et pourquoi le cours du baril de brut s'est effondré entre 2014 et 2016, contre (presque) toute attente. Entre économie et géopolitique, une vertigineuse enquête dans le monde très fermé des rois du pétrole pour comprendre les fluctuations des prix du pétrole. Genre: Documentaire | Date: 12/2018 | Durée: 59 mn | Pays: France

    Lire la suite