Menu
A+ A A-

Après l'accord pétrolier Arabie-Russie, la méfiance persiste

prix du petrole RyadRyad: La décision de Ryad et de Moscou de geler sous conditions la production de brut est dictée par leurs difficultés économiques, mais le royaume saoudien reste déterminé à défendre ses parts de marché, selon des analystes.
L'Arabie saoudite et la Russie, les deux premiers producteurs de brut au monde, ont annoncé au terme d'une réunion mardi à Doha avec le Qatar et le Venezuela, être prêts à geler leur production de pétrole à ses niveaux de janvier si les autres grands producteurs font de même.

Le Koweït et les Emirats arabes unis, des monarchies du Golfe membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), ont soutenu cette mesure. L'Irak, deuxième grand producteur du cartel, s'est dit aussi prêt à coopérer.

L'Iran, juste sorti d'un embargo pétrolier, a indiqué soutenir l'accord de Doha, mais sans aller jusqu'à s'engager à une limitation de sa production.

Depuis la décision prise en novembre 2014 par l'OPEP, sous la pression de Ryad, de ne pas réduire l'offre pour soutenir les prix, la défense des parts de marché reste une priorité absolue dans un environnement toujours concurrentiel.

Mais la chute des cours du brut à un plus bas en 13 ans a durement affecté les économies de Ryad, de Moscou et des autres grands producteurs.

Les Saoudiens ont noté que l'effondrement des cours est allé trop loin. Ils ont évidemment ressenti son douloureux impact, notamment la compression budgétaire en cours, souligne Jason Tuvey de Capital Economics.


- Austérité

Après un déficit budgétaire record de 98 milliards de dollars en 2015 et un nouveau déficit prévu de 87 mds cette année, Ryada été contraint de prendre des mesures d'austérité, incluant une réduction des subventions sur les carburants et l'électricité notamment.

Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la baisse ses prévisions de croissance en Arabie saoudite à 1,25% en 2016, un plus bas en 7 ans, alors que Standard and Poor's a abaissé d'un cran la note du royaume pour la deuxième fois depuis octobre.

L'Arabie saoudite et les autres pays du Golfe ont certainement souffert des bas prix, mais ils ont de solides marges de manoeuvre financières, estime l'économiste Abdelwahab Abou Dahesh.

Ils ont besoin de recettes pétrolières plus élevées pour réduire la pression sur les monnaies, les consommateurs et les dépenses publiques, ajoute-t-il.

Le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Nouaïmi, dont le pays à des réserves en devises de plus de 600 mds de dollars, a cependant affirmé après l'accord de Doha que l'effondrement des prix pétroliers ne posait pas un problème pour son pays qui peut s'y adapter.

La Russie a vu sa récession économique empirer avec la chute des cours, qui a lourdement affecté des pays de l'OPEP, comme le Venezuela, le Nigeria et l'Algérie.


- Méfiance

Mais l'Iran a accusé les plus lourdes pertes en raison des sanctions qui l'ont privé pendant de nombreuses années d'importants marchés dans le monde.

Les énormes déficits budgétaires et les réductions des subventions qui ont suivi ont encouragé la conclusion d'un accord, explique l'expert pétrolier Jean-François Seznec de Georgetown University.

Le fait que la Russie et l'Arabie saoudite se parlent est un grand pas pour les prix pétroliers qui ont progressé de 20% depuis l'annonce de Doha, dit-il.

La méfiance et la bataille pour les parts de marché demeurent néanmoins de sérieux obstacles à un accord durable et efficace.

L'Arabie saoudite n'a tout simplement pas confiance en la Russie, ni en l'Iran. Moscou avait, dans le passé, failli à ses promesses et les Saoudiens doutent encore de leur engagement, note M. Abou Dahesh.

Le royaume est allé à Doha par courtoisie pour les autres membres de l'OPEP, sachant que l'Iran et la Russie ne se conformeront pas à une quelconque décision, estime-t-il, soulignant que la lutte pour les parts de marché va s'intensifier.

L'Arabie et ses alliés du Golfe combattent la Russie et l'Iran, directement ou indirectement, en Syrie et au Yémen, une situation qui minerait un accord pétrolier, poursuit-il.

Mais, pour M. Seznec, un accord est possible du moment que toutes les parties ont besoin d'argent. (Ils) peuvent réduire la production, accroître les revenus et continuer à se battre. Un vrai accord (pétrolier) pourrait faciliter un dialogue pour une solution en Syrie.

(c) AFP

Commenter Après l'accord pétrolier Arabie-Russie, la méfiance persiste


    Le pétrole en Russie

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Russie

    lundi 18 mars 2019

    L'Opep et ses partenaires font le point sur leur stratégie

    Bakou: Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et dix Etats alliés menés par la Russie se réunissent lundi...

    mercredi 13 mars 2019

    L'Opep et la Russie: une alliance efficace à l'avenir incert…

    Moscou: C'est une alliance qui a fait ses preuves: ensemble, Russie et Opep sont parvenus à reprendre le contrôle d'un marché du...

    vendredi 01 mars 2019

    Maduro déménage le bureau européen de la compagnie pétrolièr…

    Moscou: Nicolas Maduro a ordonné le transfert du bureau européen de la société pétrolière de l'état du Venezuela PDVSA à Moscou, a...

    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    jeudi 14 février 2019

    Total devient la première grande compagnie pétrolière à inve…

    Paris: Le groupe français Total est le premier grand groupe pétrolier international à investir sur le marché de la vente au détail...

    jeudi 24 janvier 2019

    Les États-Unis vont pomper plus de pétrole que la Russie et …

    Selon le rapport de Rystad, les États-Unis devraient produire plus de pétrole que la Russie et l'Arabie saoudite réunies d'ici 2025.

    jeudi 24 janvier 2019

    Arabie Saoudite: "Nous pomperons le dernier baril de pé…

    Ryad: L’Arabie saoudite n’achète pas le récit du pic de la demande maximale de pétrole. Le plus gros producteur de l’OPEP continue...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:15

    USA: les stocks de brut plongent, les exportations bondissen…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont chuté de manière inattendue la semaine dernière, selon les chiffres publiés mercredi...

    mercredi 20 mars 2019 à 12:23

    Le pétrole recule avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens alors que le marché peine à prendre de l'élan, à quelques...

    mercredi 20 mars 2019 à 05:14

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, en raison des incertitudes qui se prolongent quant à...

    mardi 19 mars 2019 à 20:19

    Le pétrole finit sans direction, les réductions de l'Opep en…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé sans direction mardi alors que les investisseurs ont continué à évaluer les conséquences...

    mardi 19 mars 2019 à 16:14

    Le pétrole recule mais reste proche de ses plus hauts en qua…

    Londres: Les cours du pétrole perdaient un peu de terrain mardi en cours d'échanges européens après avoir atteint leurs plus hauts en...

    mardi 19 mars 2019 à 12:39

    Le pétrole monte, profitant des promesses de l'Opep

    Londres: Les prix du pétrole montaient mardi en cours d'échanges européens, continuant de profiter d'une réunion de suivi de l'accord qui unit...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 18 mars 2019 En février 2019, la production de pétrole en Russie a augmenté de 3,5% et celle de gaz naturel de 4.7% sur un an.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite