Menu
A+ A A-

L'Iran fait nettement rebondir le pétrole

prix du petrole New YorkNew York: Après un début de semaine morose, les cours du pétrole ont fortement monté mercredi, les investisseurs s'autorisant à croire à des mesures concertées entre grands pays producteurs pour limiter leur offre, à la suite de propos jugés encourageants de l'Iran.
Au lendemain d'une baisse d'environ un demi-dollar, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars a pris 1,62 dollar à 30,66 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril a monté de 2,32 dollars à 34,50 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Déjà en hausse à l'ouverture new-yorkaise, le marché pétrolier a accéléré après des propos de l'Iran, membre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui s'est dit prêt à soutenir toute mesure visant à stabiliser le marché, au lendemain d'un accord de gel de la production entre les deux plus gros producteurs mondiaux, l'Arabie saoudite et la Russie.

"Le marché récompense l'OPEP de parvenir à se rassembler un minimum, même si l'on ne sait toujours pas ce que l'Iran va accepter de faire", a jugé John Kilduff, d'Again Capital.

Bijan Namadar Zanganeh, ministre iranien du Pétrole, a tenu ces propos à l'occasion d'une réunion à Téhéran avec ses homologues irakiens, vénézuélien et qatari, au moment où les doutes règnent sur l'attitude que va prendre la République islamique face à l'accord de mardi, également conclu par Caracas et Doha.

"Le simple fait qu'il puisse y avoir cette réunion, cela ouvre la voie à un accord plus ambitieux à l'avenir", a commenté M. Kilduff. "C'est pourquoi on a assisté à ce rebond même si, pour le moment, on ne voit pas de vraie réponse à la surabondance de pétrole".

Le niveau élevé de la production, aux Etats-Unis, au sein de l'Opep dominée par l'Arabie saoudite, ou en Russie, a contribué à faire baisser les cours de deux tiers depuis la mi-2014 pour les faire récemment tomber au plus bas depuis 2003.

La position de l'Iran est cruciale, car le pays, rival régional de l'Arabie, a peu de raisons d'accepter de geler - sans parler de réduire - sa production au moment où il s'apprête à faire son retour sur le marché pétrolier international après la levée de sanctions sur son programme nucléaire.


- Troubles géopolitiques

Plus que les propos de M. Zanganeh, ce sont des déclarations faites auparavant par Mehdi Asali, représentant de l'Iran au sein de l'Opep, qui semblent appropriées à la situation, a jugé Tim Evans de Citi.

Il rapportait que le responsable iranien avait déclaré que son pays ne devait pas participer à un processus de réduction de l'offre, puisqu'il n'avait pas participé à la surabondance actuelle.
Et sans engagement de l'Iran à maintenir sa production au niveau actuel, rien ne laisse attendre des changements qui soutiendraient les cours, a prévenu M. Evans.

Les cours rebondissent peut-être aujourd'hui, mais cela ressemble plus à une reprise technique d'un marché parvenu à un plancher qu'à un mouvement lié à une amélioration de la situation réelle du marché, faisait-il valoir.

Les investisseurs s'étaient d'ailleurs gardés de réagir mardi avec enthousiasme au pacte quadripartite sur le gel de la production, depuis rejoint par le Koweit, comme l'a noté Matt Smith, de ClipperData.

La monarchie a déclaré qu'elle saluait l'accord et dit qu'elle va geler sa production à 3 millions de barils par jour (bj), a-t-il précisé.

M. Smith relativisait cet engagement en remarquant que, si l'on se base sur les sources secondaires citées par le dernier rapport de l'Opep, cela laisse encore une marge de 9% au Koweit par rapport à son niveau actuel de production.

Dans le reste de l'actualité, les cours ont profité de quelques inquiétudes géopolitiques, a estimé M. Kilduff, citant un attentat meurtrier à Ankara, capitale turque, et des menaces sur l'oléaduc de Ceyhan, dans le nord de l'Irak.

Désormais, le marché va se concentrer sur les chiffres hebdomadaires sur les stocks américains, avec d'abord les estimations privées de la fédération American Petroleum Institute (API), mercredi après la clôture, puis, jeudi, les chiffres officiels du département américain de l'Energie (DoE).

(c) AFP

Commenter L'Iran fait nettement rebondir le pétrole


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 24 janvier 2019 à 11:07

    Arabie Saoudite: "Nous pomperons le dernier baril de pé…

    Ryad: L’Arabie saoudite n’achète pas le récit du "peak oil" (demande maximale de pétrole). Le plus gros producteur de l’OPEP continue de...

    jeudi 24 janvier 2019 à 05:28

    Le pétrole recule en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole reculaient en Asie jeudi, plombés par les inquiétudes sur un ralentissement de la demande mondiale et des...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:30

    Le pétrole lesté par la prudence des investisseurs

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse mercredi dans un marché empreint de prudence alors que persistent les...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:29

    Une guerre des prix du pétrole avec les États-Unis nuirait à…

    Davos: La Russie ne devrait pas essayer de réduire la production américaine de schiste avec une guerre des prix du pétrole, car...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:14

    La compagnie chinoise CNOOC prévoit ses plus fortes dépenses…

    Singapour: CNOOC, le plus grand producteur de pétrole offshore de Chine, prévoit que ses dépenses en capital pour 2019 seront les plus...

    mercredi 23 janvier 2019 à 17:03

    Les compagnies pétrolières US disent à l'Opep que leur prod…

    New York: Les compagnies pétrolières américaines ont tenté mercredi d'apaiser les craintes de l'Opep de perdre des parts de marché, expliquant que...

    mercredi 23 janvier 2019 à 15:57

    La compagnie pétrolière Vénézuélienne PDVSA annonce une bais…

    Caracas: La compagnie pétrolière PDVSA appartenant à l’État vénézuélien, a déclaré que sa dette avait diminué de 5% l’an dernier, pour atteindre...

    mercredi 23 janvier 2019 à 12:35

    Le pétrole remonte dans un marché volatil

    Londres: Les prix du pétrole remontaient mercredi en cours d'échanges européens, effaçant une partie de leurs pertes de la veille dans un...

    mercredi 23 janvier 2019 à 04:21

    Le pétrole stable en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient stables, mercredi en Asie, au lendemain d'une baisse provoquée par un regain d'inquiétude quant à l'économie...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 22 janvier 2019 Chine Les raffineries chinoises ont traité en moyenne 12,07 millions de barils de pétrole brut par jour en 2018, en hausse de 6,8% par rapport à l’année précédente.

    7 facteurs qui influenceront les prix du pétrole en 2019

    Le mercredi 23 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    2019: L'année dernière, les prix du pétrole ont atteint leur plus haut niveau en quatre ans, avant de plonger à plus de 30 dollars. De nombreux facteurs ont joué pendant cette période de volatilité, notamment les sanctions iraniennes et la promesse en résultant de l’OPEP + de stimuler la production pour éviter une pénurie d’approvisionnement. La volatilité semble s’être maintenue jusqu’en 2019, l’incertitude régnant dans plusieurs domaines clés des marchés pétroliers de cette année.

    Lire la suite

    En novembre 2018, le prix du pétrole chute

    Le jeudi 20 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2018, le prix du pétrole en euros chute (−19,3 % après +4,3 % en octobre) tandis que les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) sont stables (+0,0% après +4,9%). Le prix du pétrole chute En novembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros chute (−19,3 % après +4,3 %), à 57 € en moyenne par baril. La baisse est presque de la même ampleur en dollars (−20,1 % après +2,7 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 64,7...

    Lire la suite

    Coup de poker sur l'essence

    Le mercredi 19 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Comment et pourquoi le cours du baril de brut s'est effondré entre 2014 et 2016, contre (presque) toute attente. Entre économie et géopolitique, une vertigineuse enquête dans le monde très fermé des rois du pétrole pour comprendre les fluctuations des prix du pétrole. Genre: Documentaire | Date: 12/2018 | Durée: 59 mn | Pays: France

    Lire la suite