Menu
RSS
A+ A A-

L'Iran fait nettement rebondir le pétrole

prix du petrole New YorkNew York: Après un début de semaine morose, les cours du pétrole ont fortement monté mercredi, les investisseurs s'autorisant à croire à des mesures concertées entre grands pays producteurs pour limiter leur offre, à la suite de propos jugés encourageants de l'Iran.
Au lendemain d'une baisse d'environ un demi-dollar, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars a pris 1,62 dollar à 30,66 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril a monté de 2,32 dollars à 34,50 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Déjà en hausse à l'ouverture new-yorkaise, le marché pétrolier a accéléré après des propos de l'Iran, membre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui s'est dit prêt à soutenir toute mesure visant à stabiliser le marché, au lendemain d'un accord de gel de la production entre les deux plus gros producteurs mondiaux, l'Arabie saoudite et la Russie.

"Le marché récompense l'OPEP de parvenir à se rassembler un minimum, même si l'on ne sait toujours pas ce que l'Iran va accepter de faire", a jugé John Kilduff, d'Again Capital.

Bijan Namadar Zanganeh, ministre iranien du Pétrole, a tenu ces propos à l'occasion d'une réunion à Téhéran avec ses homologues irakiens, vénézuélien et qatari, au moment où les doutes règnent sur l'attitude que va prendre la République islamique face à l'accord de mardi, également conclu par Caracas et Doha.

"Le simple fait qu'il puisse y avoir cette réunion, cela ouvre la voie à un accord plus ambitieux à l'avenir", a commenté M. Kilduff. "C'est pourquoi on a assisté à ce rebond même si, pour le moment, on ne voit pas de vraie réponse à la surabondance de pétrole".

Le niveau élevé de la production, aux Etats-Unis, au sein de l'Opep dominée par l'Arabie saoudite, ou en Russie, a contribué à faire baisser les cours de deux tiers depuis la mi-2014 pour les faire récemment tomber au plus bas depuis 2003.

La position de l'Iran est cruciale, car le pays, rival régional de l'Arabie, a peu de raisons d'accepter de geler - sans parler de réduire - sa production au moment où il s'apprête à faire son retour sur le marché pétrolier international après la levée de sanctions sur son programme nucléaire.


- Troubles géopolitiques

Plus que les propos de M. Zanganeh, ce sont des déclarations faites auparavant par Mehdi Asali, représentant de l'Iran au sein de l'Opep, qui semblent appropriées à la situation, a jugé Tim Evans de Citi.

Il rapportait que le responsable iranien avait déclaré que son pays ne devait pas participer à un processus de réduction de l'offre, puisqu'il n'avait pas participé à la surabondance actuelle.
Et sans engagement de l'Iran à maintenir sa production au niveau actuel, rien ne laisse attendre des changements qui soutiendraient les cours, a prévenu M. Evans.

Les cours rebondissent peut-être aujourd'hui, mais cela ressemble plus à une reprise technique d'un marché parvenu à un plancher qu'à un mouvement lié à une amélioration de la situation réelle du marché, faisait-il valoir.

Les investisseurs s'étaient d'ailleurs gardés de réagir mardi avec enthousiasme au pacte quadripartite sur le gel de la production, depuis rejoint par le Koweit, comme l'a noté Matt Smith, de ClipperData.

La monarchie a déclaré qu'elle saluait l'accord et dit qu'elle va geler sa production à 3 millions de barils par jour (bj), a-t-il précisé.

M. Smith relativisait cet engagement en remarquant que, si l'on se base sur les sources secondaires citées par le dernier rapport de l'Opep, cela laisse encore une marge de 9% au Koweit par rapport à son niveau actuel de production.

Dans le reste de l'actualité, les cours ont profité de quelques inquiétudes géopolitiques, a estimé M. Kilduff, citant un attentat meurtrier à Ankara, capitale turque, et des menaces sur l'oléaduc de Ceyhan, dans le nord de l'Irak.

Désormais, le marché va se concentrer sur les chiffres hebdomadaires sur les stocks américains, avec d'abord les estimations privées de la fédération American Petroleum Institute (API), mercredi après la clôture, puis, jeudi, les chiffres officiels du département américain de l'Energie (DoE).

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 septembre 2018 à 22:11

Canada: le gouvernement veut relancer un projet d'oléoduc co…

Ottawa: Le gouvernement canadien a ordonné vendredi au régulateur du secteur de l'énergie de revoir l'évaluation environnementale d'un projet d'élargissement d'un oléoduc...

vendredi 21 septembre 2018 à 21:56

Le pétrole termine en hausse à l'approche d'une réunion de l…

NYC/Cours de clôture: Après avoir flirté avec le seuil symbolique des 80 dollars le baril, le pétrole londonien a terminé en modeste...

vendredi 21 septembre 2018 à 17:51

Autriche: un oléoduc utilisé pour produire de l'électricité

Vienne: Un oléoduc traversant les Alpes a été équipé d'une turbine lui permettant de produire de l'électricité pour l'équivalent de 3.000 foyers...

vendredi 21 septembre 2018 à 16:24

Le pétrole remonte, le marché hésite après le tweet de Trump

Londres: Les cours du pétrole rebondissaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché volatil après un tweet de Trum…

Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 07:38

Le pétrole sans direction claire en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions opposées, dans la foulée de critiques du président américain Donald Trump contre...

jeudi 20 septembre 2018 à 21:08

Le pétrole lesté par les critiques de Trump contre l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, affectés entre autres par les critiques du président américain Donald...

jeudi 20 septembre 2018 à 17:37

Pétrole: les américains Chevron et Exxon rejoignent une init…

Paris: Les géants pétroliers américains Chevron et ExxonMobil ont rejoint jeudi une initiative d'entreprises du secteur pour lutter contre le changement climatique.

jeudi 20 septembre 2018 à 16:07

Le pétrole recule, Trump tempête contre l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a repris ses critiques...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite