Menu
A+ A A-

Le gel de la production de pétrole au niveau de janvier, pas suffisant pour un sursaut des prix

prix du petrole ParisParis: Le gel de la production de pétrole de l'Arabie saoudite et de la Russie au niveau de janvier n'aura que peu d'impact sur les marchés du brut, assommés par la surabondance de l'offre, et où seule une baisse significative de la production pourrait inverser la tendance et rassurer l'économie mondiale.
Les deux plus gros pays producteurs de brut, associés au Qatar et au Venezuela, ont dit qu'ils gèleraient leur production à ses niveaux de janvier, à condition que les autres producteurs leur emboîtent le pas.

Mais cet accord a peu de chances d'entraîner un rebond des prix, selon plusieurs experts interrogés par l'AFP, d'autant que l'Arabie saoudite et l'Iran, un autre gros pays producteurs, sont à couteaux tirés et s'affrontent indirectement au Yemen et en Syrie.

Pour faire remonter les prix, les marchés n'ont pas besoin d'un gel, il leur faut une baisse, et une baisse significative, estime Francis Perrin, président de Stratégies et politiques énergétiques.

Si les cours du brut se sont d'abord redressés à cette annonce avec des hausses entre 40 et 50 cents des principaux indices pétroliers, ils sont ensuite repassés sous leur seuil de clôture de la veille, car sur du plus long terme, cela ne change pas vraiment la donne, on aura toujours cet excès d'offre, note Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Après que l'ensemble des pays producteurs ont largement pompé dans une course effrénée aux parts de marché depuis plus d'un an, ce gel ne change rien aux fondamentaux du marché parce que, parmi les quatre pays, il n'y en a aucun dont on attendait encore une augmentation substantielle de production, ajoute Jean-Marie Chevalier, professeur émérite à l'université Paris-Dauphine et expert du secteur.

Une annonce symbolique donc, selon M. Perrin, mais qui augure peut-être d'actions plus importantes dans les mois qui viennent et qui pourraient, elles, avoir un impact réel sur le marché.

C'est un signe fort, commente Michaël Lafarge, associé du cabinet EY, expert pétrole et gaz. Des pays se sont réunis dans un processus international pour atténuer les fluctuations des cours, ajoute-t-il.

Le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Nouaïmi, a ainsi indiqué qu'il s'agissait du début d'un processus et que d'autres mesures pourraient être envisagées si nécessaire, alors que l'OPEP estime l'excédent d'offre à 2 millions de barils par jour (mbj) en 2015.

On peut espérer que cela crée une dynamique et que d'autres pays producteurs, membres de l'OPEP ou non, disent: +nous aussi on va apporter notre contribution+, avance M. Perrin.

Parmi eux, certains, comme l'Algérie, le Nigeria, l'Angola, souffrent des prix bas du pétrole qui pèsent sur leur budget.

- Iran

Un accord de l'OPEP sur la baisse de la production ferait aussi les affaires des Etats-Unis, devenus arbitre du marché du pétrole grâce au boom des hydrocarbures de schiste. Ce serait une bouffée d'air frais, non seulement pour le secteur pétrolier (...), mais aussi pour les banques américaines qui ont beaucoup prêté au secteur pétrolier, estime M. Dembik.

L'économie mondiale, ajoute-t-il, pourrait également en tirer des bénéfices même au-delà des matières premières, dont les prix ont chuté dans la foulée du pétrole, et notamment en Europe où on s'inquiète de plus en plus du risque de déflation.

Mais si la dynamique (lancée par cet accord) consiste à faire que d'autres pays gèlent leur (niveau de) production, on ne sera pas plus avancés, nuance Francis Perrin.

D'autant que d'autres producteurs, notamment l'Irak et l'Iran, ont affiché ces derniers mois leur ferme volonté d'augmenter leur production.

Dans la foulée de cette annonce, le ministre vénézuélien du Pétrole Eulogio del Pino, doit d'ailleurs rencontrer mercredi à Téhéran ses homologues iranien et irakien.

Pour convaincre de rejoindre le mouvement ? Je doute très clairement que ce soit la volonté de l'Iran, avance Christopher Dembik, alors que le pays, grand rival du royaume saoudien, vient justement de voir levées les sanctions internationales l'empêchant d'exporter son brut.

Les Saoudiens ont augmenté leur production et maintenant que les Iraniens veulent augmenter la leur, ils annoncent un gel, le duel est absolument clair, estime Pierre Terzian, directeur de Petrostratégies.

(c) AFP

Commenter Le gel de la production de pétrole au niveau de janvier, pas suffisant pour un sursaut des prix


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    mardi 14 mai 2019

    La production de pétrole de l'Opep stable en avril malgré un…

    Paris: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a maintenu sa production quasi inchangée le mois dernier, une baisse en Iran ayant...

    mardi 07 mai 2019

    L'EIA relève ses prévisions pour la production américaine de…

    New York: La production américaine de pétrole brut devrait augmenter de 1,49 million de barils par jour (bpj) en 2019 pour atteindre...

    mercredi 01 mai 2019

    Opep: Le but de la réunion de juin est de prolonger le pacte…

    Doha: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), la Russie et d'autres pays producteurs auront pour objectif de prolonger l'accord d'encadrement de...

    samedi 27 avril 2019

    Sanctions contre l'Iran: Moscou n'augmentera pas sa producti…

    Pékin: La Russie n'augmentera pas sa production de pétrole dans l'immédiat, malgré le durcissement des sanctions américaines contre l'Iran, a déclaré samedi...

    vendredi 26 avril 2019

    Ryad 'et d'autres' sont prêts à augmenter leur production de…

    Washington: Le président américain, Donald Trump, a affirmé vendredi que "l'Arabie saoudite et d'autres" pays étaient d'accord pour augmenter leur production de...

    jeudi 25 avril 2019

    L'Irak deviendrait le 3e exportateur de pétrole du monde en …

    Bagdad: L'Irak devrait produire près de six millions de barils par jour (mbj) en 2030, a estimé jeudi l'Agence internationale de l'énergie...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 18 mai 2019 à 03:00

    L'Argentine attribue 18 zones maritimes à l'exploration de g…

    Buenos aires: Le gouvernement argentin a attribué 18 zones maritimes à de grandes entreprises pour qu'elles en explorent les éventuelles ressources pétrolières...

    vendredi 17 mai 2019 à 12:11

    Le pétrole dopé sur la semaine par les tensions géopolitique…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, en nette hausse sur la semaine alors que les tensions géopolitiques...

    vendredi 17 mai 2019 à 05:49

    Le pétrole continue de flamber en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de flamber, vendredi en Asie, en raison de l'escalade entre Washington et Téhéran, alors que l'Iran...

    jeudi 16 mai 2019 à 22:14

    Le pétrole monte, la tension grimpe au Moyen-Orient

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont grimpé jeudi avant une réunion de suivi de l'accord de l'Opep et de ses...

    jeudi 16 mai 2019 à 12:21

    Le pétrole grimpe, situation tendue avant une réunion de sui…

    Londres: Les prix du pétrole montaient jeudi en cours d'échanges européens à l'avant-veille d'une réunion de suivi de l'accord de l'Opep et...

    jeudi 16 mai 2019 à 06:01

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse jeudi en Asie, en raison des tensions aux Moyen-Orient.

    mercredi 15 mai 2019 à 22:14

    Le pétrole monte avec des stocks américains de brut moins él…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé mercredi dans le sillage d'une hausse des stocks américains moins forte que des...

    mercredi 15 mai 2019 à 17:10

    USA: les stocks et les exportations de pétrole brut bondisse…

    New York: Les stocks ainsi que les exportations de pétrole brut ont fortement augmenté la semaine dernière aux Etats-Unis, selon les chiffres...

    mercredi 15 mai 2019 à 15:02

    Le marché du pétrole s'inquiète des tensions dans le Golfe

    Londres: Les prix de l'or noir pourraient flamber en cas d'embrasement de la situation dans le Golfe et de perturbations dans le...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 1 mai 2019 Le secteur pétrolier a flanché du fait d'un net recul des cours du pétrole dans la foulée de la publication d'un bond des stocks américains. BP a perdu 1,25% et Royal Dutch Shell 1,44%.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite