Menu
RSS
A+ A A-

Le gel de la production de pétrole au niveau de janvier, pas suffisant pour un sursaut des prix

prix du petrole ParisParis: Le gel de la production de pétrole de l'Arabie saoudite et de la Russie au niveau de janvier n'aura que peu d'impact sur les marchés du brut, assommés par la surabondance de l'offre, et où seule une baisse significative de la production pourrait inverser la tendance et rassurer l'économie mondiale.
Les deux plus gros pays producteurs de brut, associés au Qatar et au Venezuela, ont dit qu'ils gèleraient leur production à ses niveaux de janvier, à condition que les autres producteurs leur emboîtent le pas.

Mais cet accord a peu de chances d'entraîner un rebond des prix, selon plusieurs experts interrogés par l'AFP, d'autant que l'Arabie saoudite et l'Iran, un autre gros pays producteurs, sont à couteaux tirés et s'affrontent indirectement au Yemen et en Syrie.

Pour faire remonter les prix, les marchés n'ont pas besoin d'un gel, il leur faut une baisse, et une baisse significative, estime Francis Perrin, président de Stratégies et politiques énergétiques.

Si les cours du brut se sont d'abord redressés à cette annonce avec des hausses entre 40 et 50 cents des principaux indices pétroliers, ils sont ensuite repassés sous leur seuil de clôture de la veille, car sur du plus long terme, cela ne change pas vraiment la donne, on aura toujours cet excès d'offre, note Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Après que l'ensemble des pays producteurs ont largement pompé dans une course effrénée aux parts de marché depuis plus d'un an, ce gel ne change rien aux fondamentaux du marché parce que, parmi les quatre pays, il n'y en a aucun dont on attendait encore une augmentation substantielle de production, ajoute Jean-Marie Chevalier, professeur émérite à l'université Paris-Dauphine et expert du secteur.

Une annonce symbolique donc, selon M. Perrin, mais qui augure peut-être d'actions plus importantes dans les mois qui viennent et qui pourraient, elles, avoir un impact réel sur le marché.

C'est un signe fort, commente Michaël Lafarge, associé du cabinet EY, expert pétrole et gaz. Des pays se sont réunis dans un processus international pour atténuer les fluctuations des cours, ajoute-t-il.

Le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Nouaïmi, a ainsi indiqué qu'il s'agissait du début d'un processus et que d'autres mesures pourraient être envisagées si nécessaire, alors que l'OPEP estime l'excédent d'offre à 2 millions de barils par jour (mbj) en 2015.

On peut espérer que cela crée une dynamique et que d'autres pays producteurs, membres de l'OPEP ou non, disent: +nous aussi on va apporter notre contribution+, avance M. Perrin.

Parmi eux, certains, comme l'Algérie, le Nigeria, l'Angola, souffrent des prix bas du pétrole qui pèsent sur leur budget.

- Iran

Un accord de l'OPEP sur la baisse de la production ferait aussi les affaires des Etats-Unis, devenus arbitre du marché du pétrole grâce au boom des hydrocarbures de schiste. Ce serait une bouffée d'air frais, non seulement pour le secteur pétrolier (...), mais aussi pour les banques américaines qui ont beaucoup prêté au secteur pétrolier, estime M. Dembik.

L'économie mondiale, ajoute-t-il, pourrait également en tirer des bénéfices même au-delà des matières premières, dont les prix ont chuté dans la foulée du pétrole, et notamment en Europe où on s'inquiète de plus en plus du risque de déflation.

Mais si la dynamique (lancée par cet accord) consiste à faire que d'autres pays gèlent leur (niveau de) production, on ne sera pas plus avancés, nuance Francis Perrin.

D'autant que d'autres producteurs, notamment l'Irak et l'Iran, ont affiché ces derniers mois leur ferme volonté d'augmenter leur production.

Dans la foulée de cette annonce, le ministre vénézuélien du Pétrole Eulogio del Pino, doit d'ailleurs rencontrer mercredi à Téhéran ses homologues iranien et irakien.

Pour convaincre de rejoindre le mouvement ? Je doute très clairement que ce soit la volonté de l'Iran, avance Christopher Dembik, alors que le pays, grand rival du royaume saoudien, vient justement de voir levées les sanctions internationales l'empêchant d'exporter son brut.

Les Saoudiens ont augmenté leur production et maintenant que les Iraniens veulent augmenter la leur, ils annoncent un gel, le duel est absolument clair, estime Pierre Terzian, directeur de Petrostratégies.

(c) AFP

La Production de pétrole dans le monde


jeudi 20 septembre 2018

Trump exige de l'Opep une réduction immédiate des prix du pé…

Washington: Le président américain Donald Trump a exhorté jeudi l'Organisation des pays exportateurs de pétrole à faire baisser "maintenant" les prix du...

mardi 18 septembre 2018

Norvège: production de pétrole quasi stable en août

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, est restée quasiment stable en août, en ligne avec...

mercredi 12 septembre 2018

Opep: hausse de la production de pétrole en août malgré un d…

Paris: La production de brut des pays de l'Opep a augmenté le mois dernier malgré un fort déclin de la production de...

vendredi 07 septembre 2018

Libye: Eni prévoit une baisse de sa production si les troubl…

Cernobbio (italie): Le groupe italien Eni pourrait voir sa production en Libye diminuer si les tensions se poursuivent, a souligné vendredi sa...

mercredi 29 août 2018

Maduro signe des accords pour augmenter la production de pét…

Caracas: Le président vénézuélien Nicolas Maduro a signé mardi sept accords avec des sociétés pétrolières internationales dans le but d'augmenter la production...

jeudi 16 août 2018

Norvège: la production pétrolière augmente moins qu'attendu …

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a augmenté en juillet, sans toutefois combler les attentes...

lundi 13 août 2018

Pétrole: la production de l'Opep a légèrement augmenté en ju…

Paris: La production de brut des pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a légèrement augmenté en juillet, tirée par...

mardi 17 juillet 2018

Libye: arrêt des exportations depuis un terminal pétrolier

Tripoli: La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé mardi l'arrêt des exportations de brut depuis le terminal de Zaouia en...

jeudi 12 juillet 2018

Pétrole: les tensions sur l'offre mondiale vont encore peser…

Paris: Les problèmes de production qui affectent plusieurs importants pourvoyeurs d'or noir dans le monde vont continuer de peser sur le marché...


-Voir toutes les actualités de la production de pétrole

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 septembre 2018 à 07:38

Le pétrole sans direction claire en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions opposées, dans la foulée de critiques du président américain Donald Trump contre...

jeudi 20 septembre 2018 à 21:08

Le pétrole lesté par les critiques de Trump contre l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, affectés entre autres par les critiques du président américain Donald...

jeudi 20 septembre 2018 à 17:37

Pétrole: les américains Chevron et Exxon rejoignent une init…

Paris: Les géants pétroliers américains Chevron et ExxonMobil ont rejoint jeudi une initiative d'entreprises du secteur pour lutter contre le changement climatique.

jeudi 20 septembre 2018 à 16:07

Le pétrole recule, Trump tempête contre l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a repris ses critiques...

jeudi 20 septembre 2018 à 14:06

Trump exige de l'Opep une réduction immédiate des prix du pé…

Washington: Le président américain Donald Trump a exhorté jeudi l'Organisation des pays exportateurs de pétrole à faire baisser "maintenant" les prix du...

jeudi 20 septembre 2018 à 14:03

Dossier Eni/Shell de corruption au Nigeria: deux premières c…

Milan: Une juge de Milan a prononcé jeudi les deux premières condamnations dans un dossier de corruption présumée au Nigeria impliquant les...

jeudi 20 septembre 2018 à 12:16

Le pétrole monte un peu, le marché reprend son souffle

Londres: Les prix du pétrole montaient très légèrement jeudi en cours d'échanges européens après deux séances de hausse marquée dans un marché...

jeudi 20 septembre 2018 à 10:52

Le Premier ministre Français "assume" la hausse de…

Paris: Le Premier ministre Edouard Philippe a dit jeudi "assumer" la hausse des taxes sur les carburants prévue en 2019, jugeant nécessaire...

jeudi 20 septembre 2018 à 05:41

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper en Asie jeudi, portés par un net repli des stocks de brut aux Etats-Unis...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite