Menu
A+ A A-

Le pétrole plonge dans le sillage des dernières prévisions de l'AIE

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole restaient sous pression mardi en fin d'échanges européens, lestés par le dernier rapport mensuel de l'Agence internationale de l'Énergie (AIE), pessimiste quant aux perspectives de remontée des prix.
Vers 17H30 GMT (18H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 28,85 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 84 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars perdait 1,54 dollar à 31,34 dollars.

Les cours du Brent et du WTI s'affichaient en baisse pour la quatrième séance consécutive mardi, dans un marché peinant à voir une issue à la surabondance d'offre alors que les attentes un temps suscitées par la possibilité d'une réunion entre pays producteurs ont été définitivement douchées par le dernier rapport de l'AIE, qui a par ailleurs battu en brèche les espoirs d'une remontée des prix du pétrole à court terme.

L'agence basée à Paris, première à publier cette semaine ses conclusions mensuelles avant le département américain de l'Énergie (DoE) et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a confirmé que le monde devrait rester submergé d'or noir face à une demande fragile.

"L'AIE envisage désormais que l'offre pourrait excéder la demande d'environ 1,75 million de barils par jour (mbj) dans la première partie de l'année, contre une estimation de 1,5 mbj publiée le mois dernier. L'AIE pense, comme de nombreux autres prévisionnistes, que l'excès d'offre pourrait augmenter si la production de l'OPEP augmente davantage, une issue probable étant donné que l'Iran est désormais engagé dans un processus de plein retour sur le marché pétrolier" et que "la production irakienne de pétrole a atteint un record à 4,35 mbj en janvier", soulignait Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

"Il évident que le pétrole n'a pas encore atteint son niveau plancher et qu'une chute vers les 25 dollars n'est peut-être pas improbable à moyen terme. Cette accentuation de la chute pourrait être notamment causée par une production plus importante que prévu en provenance de l'Irak et de l'Iran", commentait de son côté Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Le bras énergétique de l'OCDE a ainsi démonté un par un les facteurs d'optimisme qui avaient permis aux cours du pétrole de reprendre un peu de couleurs ces derniers jours, et de repasser au-dessus de la barre des 30 dollars le baril, après leur chute autour de 27 dollars en janvier, un point bas en près de 13 ans.

L'AIE a notamment estimé qu'il valait mieux ne pas compter sur une baisse concertée de l'offre entre les principaux producteurs, membres ou non de l'OPEP, pour voir les prix remonter, jugeant que "la probabilité d'une réduction concertée" de la production était "très faible".

"Les investisseurs ont été découragés par l'absence de toute percée dans les discussions entre certains producteurs de l'OPEP et hors de l'OPEP. Par conséquent, la probabilité de réductions de production coordonnées et la tolérance des investisseurs pariant sur la hausse des cours ont toutes deux décliné", notait M. Razaqzada.

"Il va falloir se tourner ailleurs pour que la surabondance se résorbe, en l'occurrence vers une baisse de la production américaine de pétrole. Nous tablons dessus pour le second semestre", relevaient pour leur part les analystes de Commerzbank.

Sur ce plan, le DoE, dans une publication séparée de son rapport mensuel, a prévu lundi que la production de pétrole de schiste déclinerait pour le huitième mois de suite en mars aux États-Unis, pour tomber à moins de 5 mbj.

De même, M. Razaqzada estimait qu'un nombre grandissant d'acteurs du marché devraient commencer à se sentir plus confiants dans le fait que la production américaine de pétrole est susceptible de décliner fortement sous peu, peut-être vers le milieu de l'année, une perspective confortée par la chute continue du nombre de puits en activité aux États-Unis, qui ont encore perdu 31 unités la semaine passée.

M. Dembik jugeait toutefois qu'il fallait également replacer la baisse des cours ces derniers jours dans un contexte plus général "de chute des marchés (financiers) depuis plusieurs séances qui traduit une crise de confiance importante des investisseurs".

(c) AFP

Commenter Le pétrole plonge dans le sillage des dernières prévisions de l'AIE


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    lundi 18 février 2019 à 12:18

    Les prix du pétrole divergent, proches de leur plus haut en …

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts niveaux depuis novembre, dopés...

    lundi 18 février 2019 à 04:27

    Le pétrole orienté en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, lundi en Asie, toujours portés par l'élan d'optimisme de la semaine passée.

    vendredi 15 février 2019 à 20:52

    Le pétrole au plus haut depuis trois mois, entre efforts de …

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont hissés vendredi à leur sommet depuis novembre alors que la production de l'Organisation...

    vendredi 15 février 2019 à 13:51

    Total va déplacer des activités de Londres à Paris et Genève

    Paris: Le géant pétrolier Total va déplacer certaines de ses activités de Londres vers Paris et Genève, mais a insisté dans un...

    vendredi 15 février 2019 à 12:27

    Le pétrole a dépassé 65 dollars, entre efforts de l'Opep et …

    Londres: Le prix du pétrole de Brent, référence internationale du brut, a dépassé son plus haut de l'année avec les baisses de...

    vendredi 15 février 2019 à 10:12

    Eni: bénéfice net ajusté presque doublé en 2018

    Rome: Le géant pétrolier et gazier italien Eni, porté par la hausse du prix du brut, a annoncé vendredi un bond de...

    vendredi 15 février 2019 à 05:01

    Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper vendredi en Asie, aidés par la réduction de la production de l'Opep, les espoirs...

    jeudi 14 février 2019 à 21:55

    Le pétrole monte, scrutant toujours les négociations sino-am…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse pour la troisième séance de suite jeudi, profitant de l'optimisme des...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 15 février 2019 Le cours du baril de Brent a franchi le seuil des 65 dollars pour culminer à 65,10 dollars, son plus haut depuis presque 3 mois.

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite