Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole s'essouffle, partagé entre craintes sur les excédents et affaiblissement du dollar

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole reperdaient du terrain jeudi en fin d'échanges européens, les investisseurs se montrant prudents après le sursaut de la veille, partagés entre des données confirmant le poids des excédents d'une part et une dépréciation du dollar d'autre part.
Vers 17H20 GMT (18H20 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 34,68 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 36 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance lâchait 15 cents à 32,13 dollars.

Les marchés pétroliers ont été volatils jeudi alors que les investisseurs ont violemment baladé les prix entre gains et pertes. Il y a une orientation baissière résiduelle sur les marchés pétroliers en raison de l'offre excédentaire démontrée par l'augmentation des stocks américains hebdomadaires (de brut), estimait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Les chiffres publiés mercredi par le département américain de l'Énergie (DoE) ont en effet montré une progression bien plus forte que prévu des réserves commerciales de brut aux États-Unis, qui dépassent désormais les 500 millions de barils, au plus haut depuis 1930.

Mais M. Lawler notait également que le fait qu'un possible plus haut ait été atteint sur le dollar, en nette perte de vitesse depuis mercredi, pourrait signifier que les plus bas du pétrole sont de l'histoire ancienne.

La monnaie américaine, qui a atteint vers 13H30 GMT 1,1239 dollar pour un euro, son niveau le plus faible face à la monnaie unique depuis fin octobre, souffre en effet d'un regain d'inquiétude sur la vigueur de la reprise économique américaine après des indicateurs décevants et des propos prudents d'un responsable de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Or, tout affaiblissement du dollar bénéficie aux acheteurs munis d'autres devises puisque les échanges sont libellés en billets verts.

Si le rapport sur l'emploi (américain) de vendredi déçoit sérieusement les attentes, alors le dollar pourrait accentuer davantage son déclin, entraînant potentiellement de nouveaux gains pour le pétrole, soulignait Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

L'analyste jugeait néanmoins que le scénario le plus probable était que les cours allaient poursuivre leur consolidation de la sorte avant qu'arrive un moment où soit le dollar commence à se renforcer à nouveau, soit les fondamentaux de l'offre et de la demande s'améliorent significativement pour le pétrole.

En outre, les spéculations concernant une éventuelle réunion des pays producteurs pour limiter les excédents semblaient perdre en vigueur parmi les investisseurs, faute d'avancées concrètes.

Les experts de Commerzbank ont fait état de rumeurs émanant du Venezuela selon lesquelles six pays producteurs, dont la Russie, l'Irak et l'Iran, s'étaient mis d'accord pour une réunion extraordinaire, alors que le ministre vénézuélien du Pétrole Eulogio del Pino est en tournée dans ces pays pour tenter de convaincre ses partenaires d'agir de concert face à l'effondrement des cours.

Mais l'Arabie saoudite n'est pas un des six pays prévoyant de participer à la réunion, ce qui rend passablement sans intérêt une telle réunion, ajoutaient-ils.

L'Iran, qui a fait savoir mercredi qu'il soutenait les efforts entrepris par le Venezuela en vue d'une réunion extraordinaire des pays exportateurs de pétrole, a néanmoins récemment indiqué qu'une telle réunion ne serait utile que si elle débouchait sur un accord pour baisser la production, même si lui-même n'est pas disposé à participer à une telle réduction. Nous restons donc sceptiques sur les chances d'un accord, concluaient les experts de Commerzbank.

(c) AFP


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 20 septembre 2018 à 17:37

Pétrole: les américains Chevron et Exxon rejoignent une init…

Paris: Les géants pétroliers américains Chevron et ExxonMobil ont rejoint jeudi une initiative d'entreprises du secteur pour lutter contre le changement climatique.

jeudi 20 septembre 2018 à 16:07

Le pétrole recule, Trump tempête contre l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a repris ses critiques...

jeudi 20 septembre 2018 à 14:06

Trump exige de l'Opep une réduction immédiate des prix du pé…

Washington: Le président américain Donald Trump a exhorté jeudi l'Organisation des pays exportateurs de pétrole à faire baisser "maintenant" les prix du...

jeudi 20 septembre 2018 à 14:03

Dossier Eni/Shell de corruption au Nigeria: deux premières c…

Milan: Une juge de Milan a prononcé jeudi les deux premières condamnations dans un dossier de corruption présumée au Nigeria impliquant les...

jeudi 20 septembre 2018 à 12:16

Le pétrole monte un peu, le marché reprend son souffle

Londres: Les prix du pétrole montaient très légèrement jeudi en cours d'échanges européens après deux séances de hausse marquée dans un marché...

jeudi 20 septembre 2018 à 10:52

Le Premier ministre Français "assume" la hausse de…

Paris: Le Premier ministre Edouard Philippe a dit jeudi "assumer" la hausse des taxes sur les carburants prévue en 2019, jugeant nécessaire...

jeudi 20 septembre 2018 à 05:41

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper en Asie jeudi, portés par un net repli des stocks de brut aux Etats-Unis...

mercredi 19 septembre 2018 à 21:35

Le pétrole profite d'une nouvelle baisse des stocks de brut …

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse mercredi, portés par l'annonce d'un repli des stocks de brut aux...

mercredi 19 septembre 2018 à 17:49

USA: les stocks de pétrole brut baissent un peu moins que pr…

New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont reculé un peu moins que prévu la semaine dernière, selon les chiffres...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite