Menu
A+ A A-

Le pétrole perd du terrain, l'espoir d'un rééquilibrage prochain du marché s'amenuise

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole se repliaient mardi en cours d'échanges européens, rattrapés par la perspective d'une offre toujours excédentaire et alors que les espoirs d'un accord entre pays producteurs pour réduire les excédents s'amenuisaient.
Vers 11H30 GMT (12H30 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 33,24 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 1 dollar par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars perdait 90 cents à 30,72 dollars.

Les prix du pétrole ont vu leur récent rebond se heurter à un mur et caler au niveau de 35 dollars le baril, alors que les espoirs de toute forme d'action significative pour réduire la production, qu'elle vienne de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ou des pays non membres de l'OPEP, se sont estompés, relevait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

La semaine dernière, les cours avaient nettement progressé à la suite de spéculations sur la possibilité d'un accord entre la Russie et l'OPEP pour imposer une baisse de la production qui permettrait de réduire les excédents d'offre, mais le marché a depuis déchanté.

Ces spéculations avaient été notamment alimentées par des propos jeudi du ministre russe de l'Énergie qui avait indiqué que le cartel pétrolier voulait convoquer une réunion en février non limitée à ses membres et que Moscou était prête à y participer et précisé que l'Arabie saoudite (le plus gros producteur au sein de l'OPEP) avait évoqué dans le passé la possibilité d'une baisse générale de production de 5%.

En outre, le président vénézuélien Nicolas Maduro a assuré samedi que les pays de l'OPEP et les pays producteurs de pétrole non membres de cette organisation sont proches d'un accord visant à stabiliser les prix du pétrole.

Bien qu'il y ait eu un certain optimisme initial à l'égard de l'intention de la Russie de réduire nettement sa production, l'Arabie saoudite est restée défiante à l'idée de toute diminution (de production), alors que l'Iran avait déjà promis de pomper plus de 1,5 million de barils par jour dans le but de récupérer sa part de marché perdue, notait Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

De leur côté, les analystes de Commerzbank précisaient que selon des délégués de l'OPEP, rien n'avait encore été décidé concernant la tenue d'une éventuelle réunion extraordinaire.

Le journal saoudien al-Hayat, propriété de l'État, rapporte en citant des sources au sein du cartel que l'Arabie saoudite veut d'abord savoir quelle quantité de pétrole l'Iran va apporter sur le marché après la levée des sanctions (occidentales). Cela sera clair dans deux mois au plus tôt. Des pourparlers ce mois-ci, comme indiqué la semaine dernière, sont ainsi devenus peu probables, soulignaient les analystes de Commerzbank.

L'affrontement visible des intérêts des différents membres du cartel couplé avec un dollar qui s'apprécie ont aggravé les malheurs du pétrole, entravant par conséquent toute possibilité de reprise des prix, soutenait pour sa part M. Otunuga.

Les cours du pétrole ont en outre souffert lundi de données peu encourageantes en provenance de Chine et des États-Unis, les deux plus gros consommateurs d'énergie au monde, où l'activité manufacturière s'est contractée en janvier, ce qui a ravivé les craintes que la demande puisse décroître, estimait-il.

Dans ce contexte, l'analyste jugeait que les cours du pétrole restaient fondamentalement orientés à la baisse et que la combinaison d'une production à des niveaux records, d'un marché pétrolier fortement saturé et des craintes concernant la demande devrait encourager les investisseurs aux positions vendeuses à faire redescendre les prix jusqu'à 30 dollars le baril.

(c) AFP

Commenter Le pétrole perd du terrain, l'espoir d'un rééquilibrage prochain du marché s'amenuise


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 21 février 2019 à 12:31

    Le pétrole en légère hausse avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu jeudi en cours d'échanges européens avant la publication hebdomadaire des réserves américaines, dans un...

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite