Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole finit en hausse à l'issue d'une semaine de rebond

prix du petrole New YorkNew York: Le pétrole a enregistré vendredi une quatrième séance de hausse d'affilée, les investisseurs s'accrochant à l'idée d'un accord entre Moscou et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) sur une diminution de l'offre.
Le cours du baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars a encore pris 40 cents à 33,62 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), après avoir gagné près de trois dollars lors des trois précédentes séances.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance a avancé de 85 cents à 34,74 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), soit une avancée hebdomadaire de quelque 2,5 dollars.
Le marché pétrolier marque ainsi sa deuxième semaine de hausse d'affilée après une fin 2015 et un début 2016 catastrophiques, qui l'ont vu tomber au plus bas depuis 2003.

Il n'y a pas raison manifeste à la hausse de vendredi, a estimé Mike Lynch, de Strategic Energy and Economic Research. Les rumeurs sur des négociations entre la Russie et l'OPEP, afin de réduire leur production, poussent les investisseurs à se dire qu'il est temps de revenir sur le marché après une période de chute.

En baisse depuis plus d'un an et demi face au niveau élevé de la production, que ce soit aux Etats-Unis, dans l'OPEP ou en Russie, le marché pétrolier a été dominé cette semaine par ces spéculations, que Moscou a attisées jeudi en évoquant explicitement une réunion en février avec l'OPEP ainsi qu'une baisse de 5% de la production.

Vendredi, malgré un bref passage dans le rouge, le marché a dans l'ensemble gardé sa bonne disposition, malgré d'apparents démentis sur une réunion le mois prochain, a noté Matt Smith, de ClipperData. Alexander Novak, le ministre Russe de l'Energie, a déclaré que son pays avait été contacté par le Venezuela à propos d'une réunion de ce type, mais que tout se résumait à cela, tandis que de hauts responsables de l'OPEP ont fait peu de cas de cette idée.


- Chevron dans le rouge

"Même s'il y a quelques démentis sur une réunion, le marché garde l'impression que les discussions se poursuivent et c'est une lueur d'espoir suffisante pour donner un coup de pouce", a jugé Phil Flynn, de Price Future Group.

"Ce coup de pouce est accentué par le fait que les compagnies baissent de plus en plus leurs investissements", ce qui laisse présager d'un recul de la production, a-t-il rapporté, évoquant des annonces en ce sens des trois plus gros producteurs américain de pétrole de schiste.

A ce titre, le marché a digéré vendredi l'annonce d'une nouvelle baisse du nombre de puits actifs aux Etats-Unis, à 498 unités cette semaine contre plus de 1.200 un an plus tôt.

Autre symbole des effets du plongeon des prix de l'or noir, la major pétrolière américaine Chevron a essuyé sa première perte trimestrielle en treize ans et promis de durcir sa cure d'austérité pour limiter la casse.

Le marché a aussi résisté à des rumeurs selon lesquelles l'Iran, qui appartient à l'Opep et s'apprête à faire son retour sur le marché mondial à la suite de l'accord sur son programme nucléaire, avait prévenu qu'il ne participerait pas à une baisse organisée de production.
"Les mauvaises nouvelles ont déjà été intégrées par le marché, en particulier la hausse des exportations iraniennes, donc c'est de l'histoire ancienne" M. Lynch.
De plus, pour certains observateurs, le marché est en mesure de rebondir sur d'autres éléments que la perspective d'une réduction de l'offre.

"La grande nouvelle du jour, c'est le fait que le Japon a mis en place des taux d'intérêt négatifs", a jugé M. Flynn. "Si l'on continue à voir les banques centrales soutenir l'économie, cela donnera une nouvelle raison de croire à une amélioration de la demande de pétrole."

Toutefois, ces mesures risquent aussi de peser indirectement sur le marché pétrolier car elles vont plomber le yen face au dollar et donc rendre plus coûteux l'or noir, dont le commerce est libellé en monnaie américaine.

"Ce sont les Bourses qui sont actuellement les plus corrélées avec les cours du brut, donc ces mesures vont peut-être être favorables", a commenté Tim Evans, de Citi, soulignant que les places mondiales étaient en nette hausse. "Mais la force du dollar risque de freiner toute réaction favorable sur le marché pétrolier."

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 12 novembre 2018 à 22:55

Le pétrole en petite baisse, partagé entre Ryad et Washingto…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en petite baisse lundi, applaudissant d'abord la volonté saoudienne de réduire sa production...

lundi 12 novembre 2018 à 17:29

Les prix des carburants baissent fortement en France

Paris: Les prix des carburants automobiles vendus dans les stations-service françaises ont tous fortement baissé la semaine dernière, dans le sillage des...

lundi 12 novembre 2018 à 16:27

Prix des carburants: réunion à Matignon avant une mobilisati…

Paris: Une partie du gouvernement s'est réunie lundi à Matignon pour finaliser les mesures d'"accompagnement" de la hausse des prix et des...

lundi 12 novembre 2018 à 16:19

Le pétrole remonte, l'Arabie saoudite promet des baisses de …

Londres: Les cours du pétrole remontaient lundi alors que l'Arabie saoudite a affirmé qu'elle réduirait sa production dès décembre et a défendu...

lundi 12 novembre 2018 à 15:57

Nigeria: l'agence anti-corruption veut extrader une ex-minis…

Abuja: Le patron de l'agence anti-corruption du Nigeria a annoncé lundi son intention de faire extrader l'ex-ministre du Pétrole, estimant trop lente...

lundi 12 novembre 2018 à 12:32

Ryad réclame une baisse de production de pétrole d'un millio…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Arabie saoudite a estimé lundi indispensable de réduire la production mondiale de pétrole d'un million de barils...

lundi 12 novembre 2018 à 12:27

Le pétrole dopé par les promesses de l'Arabie saoudite

Londres: Les prix du pétrole remontaient lundi en cours d'échanges européens après leur plongeon de la semaine dernière, soutenus par les promesses...

lundi 12 novembre 2018 à 11:09

Prix des carburants: "inquiétude" du gouvernement …

Paris: Le gouvernement "craint" pour "la sécurité des personnes" lors des mobilisations du 17 novembre contre la hausse du prix des carburants...

lundi 12 novembre 2018 à 10:37

La production mondiale de pétrole doit être réduite d'un mil…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a déclaré lundi qu'une analyse technique montrait la nécessité de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

Lire la suite

Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

Lire la suite

Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

Lire la suite