Menu
A+ A A-

Le pétrole finit en hausse à l'issue d'une semaine de rebond

prix du petrole New YorkNew York: Le pétrole a enregistré vendredi une quatrième séance de hausse d'affilée, les investisseurs s'accrochant à l'idée d'un accord entre Moscou et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) sur une diminution de l'offre.
Le cours du baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars a encore pris 40 cents à 33,62 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), après avoir gagné près de trois dollars lors des trois précédentes séances.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance a avancé de 85 cents à 34,74 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), soit une avancée hebdomadaire de quelque 2,5 dollars.
Le marché pétrolier marque ainsi sa deuxième semaine de hausse d'affilée après une fin 2015 et un début 2016 catastrophiques, qui l'ont vu tomber au plus bas depuis 2003.

Il n'y a pas raison manifeste à la hausse de vendredi, a estimé Mike Lynch, de Strategic Energy and Economic Research. Les rumeurs sur des négociations entre la Russie et l'OPEP, afin de réduire leur production, poussent les investisseurs à se dire qu'il est temps de revenir sur le marché après une période de chute.

En baisse depuis plus d'un an et demi face au niveau élevé de la production, que ce soit aux Etats-Unis, dans l'OPEP ou en Russie, le marché pétrolier a été dominé cette semaine par ces spéculations, que Moscou a attisées jeudi en évoquant explicitement une réunion en février avec l'OPEP ainsi qu'une baisse de 5% de la production.

Vendredi, malgré un bref passage dans le rouge, le marché a dans l'ensemble gardé sa bonne disposition, malgré d'apparents démentis sur une réunion le mois prochain, a noté Matt Smith, de ClipperData. Alexander Novak, le ministre Russe de l'Energie, a déclaré que son pays avait été contacté par le Venezuela à propos d'une réunion de ce type, mais que tout se résumait à cela, tandis que de hauts responsables de l'OPEP ont fait peu de cas de cette idée.


- Chevron dans le rouge

"Même s'il y a quelques démentis sur une réunion, le marché garde l'impression que les discussions se poursuivent et c'est une lueur d'espoir suffisante pour donner un coup de pouce", a jugé Phil Flynn, de Price Future Group.

"Ce coup de pouce est accentué par le fait que les compagnies baissent de plus en plus leurs investissements", ce qui laisse présager d'un recul de la production, a-t-il rapporté, évoquant des annonces en ce sens des trois plus gros producteurs américain de pétrole de schiste.

A ce titre, le marché a digéré vendredi l'annonce d'une nouvelle baisse du nombre de puits actifs aux Etats-Unis, à 498 unités cette semaine contre plus de 1.200 un an plus tôt.

Autre symbole des effets du plongeon des prix de l'or noir, la major pétrolière américaine Chevron a essuyé sa première perte trimestrielle en treize ans et promis de durcir sa cure d'austérité pour limiter la casse.

Le marché a aussi résisté à des rumeurs selon lesquelles l'Iran, qui appartient à l'Opep et s'apprête à faire son retour sur le marché mondial à la suite de l'accord sur son programme nucléaire, avait prévenu qu'il ne participerait pas à une baisse organisée de production.
"Les mauvaises nouvelles ont déjà été intégrées par le marché, en particulier la hausse des exportations iraniennes, donc c'est de l'histoire ancienne" M. Lynch.
De plus, pour certains observateurs, le marché est en mesure de rebondir sur d'autres éléments que la perspective d'une réduction de l'offre.

"La grande nouvelle du jour, c'est le fait que le Japon a mis en place des taux d'intérêt négatifs", a jugé M. Flynn. "Si l'on continue à voir les banques centrales soutenir l'économie, cela donnera une nouvelle raison de croire à une amélioration de la demande de pétrole."

Toutefois, ces mesures risquent aussi de peser indirectement sur le marché pétrolier car elles vont plomber le yen face au dollar et donc rendre plus coûteux l'or noir, dont le commerce est libellé en monnaie américaine.

"Ce sont les Bourses qui sont actuellement les plus corrélées avec les cours du brut, donc ces mesures vont peut-être être favorables", a commenté Tim Evans, de Citi, soulignant que les places mondiales étaient en nette hausse. "Mais la force du dollar risque de freiner toute réaction favorable sur le marché pétrolier."

(c) AFP

Commenter Le pétrole finit en hausse à l'issue d'une semaine de rebond


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    lundi 18 février 2019 à 12:18

    Les prix du pétrole divergent, proches de leur plus haut en …

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts niveaux depuis novembre, dopés...

    lundi 18 février 2019 à 04:27

    Le pétrole orienté en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, lundi en Asie, toujours portés par l'élan d'optimisme de la semaine passée.

    vendredi 15 février 2019 à 20:52

    Le pétrole au plus haut depuis trois mois, entre efforts de …

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont hissés vendredi à leur sommet depuis novembre alors que la production de l'Organisation...

    vendredi 15 février 2019 à 13:51

    Total va déplacer des activités de Londres à Paris et Genève

    Paris: Le géant pétrolier Total va déplacer certaines de ses activités de Londres vers Paris et Genève, mais a insisté dans un...

    vendredi 15 février 2019 à 12:27

    Le pétrole a dépassé 65 dollars, entre efforts de l'Opep et …

    Londres: Le prix du pétrole de Brent, référence internationale du brut, a dépassé son plus haut de l'année avec les baisses de...

    vendredi 15 février 2019 à 10:12

    Eni: bénéfice net ajusté presque doublé en 2018

    Rome: Le géant pétrolier et gazier italien Eni, porté par la hausse du prix du brut, a annoncé vendredi un bond de...

    vendredi 15 février 2019 à 05:01

    Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper vendredi en Asie, aidés par la réduction de la production de l'Opep, les espoirs...

    jeudi 14 février 2019 à 21:55

    Le pétrole monte, scrutant toujours les négociations sino-am…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse pour la troisième séance de suite jeudi, profitant de l'optimisme des...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 15 février 2019 Le cours du baril de Brent a franchi le seuil des 65 dollars pour culminer à 65,10 dollars, son plus haut depuis presque 3 mois.

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite