Le pétrole incertain alors que la probabilité d'un accord sur la production faiblit

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole hésitaient sur la marche à suivre vendredi en fin d'échanges européens, dans un marché instable s'accrochant à l'espoir de voir un accord sur des réductions de production se concrétiser entre les pays producteurs.
Vers 17H30 GMT (18H30 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 34,37 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 48 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance prenait 16 cents à 33,38 dollars.

La marche en avant du Brent et du WTI, après trois séances consécutives de nette hausse sur fond d'espoirs d'une possible réduction de l'offre, semblait s'essouffler à l'approche du seuil symbolique des 36 dollars.

Étant donné que le rebond a été alimenté presque exclusivement par les perspectives hypothétiques d'un accord entre la Russie et l'OPEP, je doute que les acheteurs soient capables de maintenir leur position, surtout étant donné que le Brent s'approche du précédent niveau plancher des 36 dollars qui pourrait ainsi se transformer en plafond, commentait Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.

Mais si jamais la référence européenne du brut parvenait à clôturer au-dessus de ce seuil, cela serait de bon augure, présageant de nouveaux gains en début de semaine prochaine, prévenait M. Razaqzada.

Après une chute au plus bas depuis 2003, en premier lieu à cause d'une offre pléthorique, le marché s'est repris cette semaine après des déclarations russes laissant entendre que Moscou et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) comptaient évoquer une réduction de 5% de leur production.

Mais ce fort rebond des cours, malgré le haut niveau d'incertitude entourant la question de savoir si l'offre sera finalement réduite, est sans aucun doute dû en partie au fait que les prix ont souffert auparavant de chutes extrêmement prononcées, tempéraient les experts de Commerzbank, insistant sur l'instabilité très élevée du marché.

Si les espoirs du marché étaient déçus et si tout cela ne se révélait être qu'un jeu, les cours rechuteraient inévitablement, prévenaient-ils ainsi.

De nombreux analystes jugeaient en effet la perspective d'une entente entre Moscou et le cartel sur des réductions de production hautement improbable, d'autant que le vice-Premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch a estimé vendredi qu'il revenait aux compagnies pétrolières et non à l'État de décider d'une éventuelle baisse de la production d'or noir de la Russie.

(c) AFP

Commenter Le pétrole incertain alors que la probabilité d'un accord sur la production faiblit