Menu
A+ A A-

USA: pétrole moins cher et dollar plus fort ralentissent la croissance

prix du petrole WashingtonWashington: Chute des prix pétroliers et renforcement du dollar ont pesé sur la croissance aux Etats-Unis qui a fortement ralenti au dernier trimestre 2015 tandis que les consommateurs se sont montrés plus prudents dans leurs dépenses.
D'octobre à décembre, le Produit intérieur brut (PIB) américain a progressé de 0,7% en rythme annualisé et en données corrigées des variations saisonnières contre 2% au 3e trimestre, selon la première estimation du Commerce vendredi.

Les analystes s'attendaient à un ralentissement mais dans une moindre mesure, leur prévision médiane tablant sur +0,9%. Pour l'ensemble de 2015, la croissance a été de 2,4% comme en 2014.

Les dépenses de consommation qui constituent les deux tiers du PIB américain, ont résisté même si elles ont décéléré pour progresser de 2,2% contre 3% de juillet à septembre. "Le consommateur est seul contre tous", résumait Harm Bandholz, économiste en chef pour les Etats-Unis chez UniCredit.

Car, hormis le marché immobilier, les autres poids lourds du PIB, à savoir les investissements des entreprises et le commerce extérieur, ont fait grise mine.

Pour le deuxième trimestre consécutif, les investissements des entreprises ont été dans le rouge.

L'impact de la chute des prix du pétrole a continué de frapper de plein fouet le secteur extractif dont les dépenses dans les infrastructures industrielles ont dégringolé de 38,7% sur le trimestre.

Sur l'année, ces investissements dans le secteur minier et pétrolier ont chuté de 35%, le plus fort repli depuis 1986.

Quant au commerce extérieur, il a été handicapé par la faible demande internationale et un renforcement du dollar qui renchérit les exportations américaines. Elles ont reculé de 2,5% sur le trimestre.

Le billet est en effet porté par la divergence des politiques monétaires entre la Réserve fédérale (Fed) américaine et les banques centrales européenne et japonaise.

A cela s'ajoute au dernier trimestre un affaiblissement de la progression des dépenses publiques, surtout au niveau des Etats et des collectivités locales.


- FAIBLESSE DURABLE?

"Ce rapport sur le PIB montre des faiblesses du côté des investissements et des exportations qui n'ont guère de raisons de se dissiper", a commenté Jason Schenker, du cabinet d'analyse financière Prestige Economics.

Selon lui, il y a peu de chances que les investissements remontent ni que les exportations s'améliorent alors que la banque centrale se place dans une perspective de remontée des taux et que le billet vert se renforce.

Il voit la médiocre performance du 4e trimestre comme "un coup de semonce annonçant davantage de ralentissement en 2016 et une probable récession en 2017".

Regardant l'avenir, Chris Williamson de Market se montre aussi circonspect estimant que le regain de volatilité sur les marchés financiers et les attentes à la hausse sur les taux d'intérêt en 2016 "pourraient signifier que consommateurs et entreprises vont continuer à se montrer réticents à dépenser".

La Fed a affiché de la prudence mercredi lors de sa réunion de politique monétaire faisant une pause dans la hausse des taux mais elle n'a pas renoncé à poursuivre la normalisation monétaire après sept ans de politique ultra-accommodante.

Ian Shepherdson de Pantheon Macroeconomics est plus optimiste à la lecture du rapport du ministère du Commerce car il s'attendait à pire. "On est un peu soulagés, nous projetions une croissance de seulement 0,2%", explique-t-il rassuré aussi par le fait que la première estimation du gouvernement devrait, selon lui, être révisée à la hausse.

La Maison Blanche a réagi dans un communiqué estimant que la faible croissance à l'étranger continuait de peser sur la production intérieure américaine "ce qui renforce l'importance d'ouvrir de nouveaux marchés à nos exportations et de promouvoir une forte demande intérieure".

L'administration se félicitait en revanche de la solide contribution des investissements immobiliers qui ont progressé de 8,1% sur les trois derniers mois de l'année et de 8,7% sur l'année.

(c) AFP

Commenter USA: pétrole moins cher et dollar plus fort ralentissent la croissance


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 21 février 2019 à 12:31

    Le pétrole en légère hausse avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu jeudi en cours d'échanges européens avant la publication hebdomadaire des réserves américaines, dans un...

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite