Menu
A+ A A-

La chute des prix du pétrole, une aubaine dangereuse pour Washington

prix du petrole New YorkNew York: La baisse du prix du pétrole a l'allure d'une aubaine pour les Etats-Unis, qui y ont contribué et voient maintenant souffrir des pays jugés par eux inamicaux, mais un effondrement profond et durable représente un risque de déstabilisation inquiétant.
A l'échelle du pays entier, les Etats-Unis, bien que le pétrole de schiste les ait remis au rang des plus grands producteurs de la planète, restent importateurs nets de pétrole et leur balance commerciale bénéficie donc de l'énergie bon marché.

Et à l'échelle du consommateur, il ne fait aucun doute que les prix bas du pétrole sont bons pour les Etats-Unis - douloureux pour certains (ndlr: les entreprises et Etats les plus liés au secteur), mais bons pour l'économie américaine et les consommateurs américains qui font des économies en essence et en chauffage, résume Bruce Everett, ancien cadre d'ExxonMobil et enseignant aux universités américaines Tufts et Georgetown.

Mais ce bénéfice financier s'accompagne-t-il d'avantages stratégiques ?

Dans la mesure où vous n'aimez pas beaucoup les (pays) producteurs de pétrole, c'est un avantage, note George Perry, de la Brookings Institution.

Washington entretient des relations plutôt fraîches avec plusieurs grands pays producteurs qui, faute d'économie réellement diversifiée, subissent de plein fouet la baisse de revenus apportés par le pétrole. Parmi eux, la Russie, le Venezuela, et surtout l'Iran, qui vient d'obtenir la levée des sanctions économiques occidentales en échange de son renoncement au programme nucléaire militaire qu'il était accusé de développer.

Pour ce qui est des rapports avec Moscou, la Russie est sous pression, avec la baisse du pétrole et son déclin économique général, et on peut faire valoir que cela l'a encouragée à être plus ferme sur la scène internationale, (...) en Ukraine ou en Syrie par exemple, pour détourner l'attention de sa population de ses difficultés économiques, estime Jan Kalicki, au Wilson Center.

Si le climat économique était moins négatif, est-ce que la Russie serait plus ou moins récalcitrante sur la scène internationale?, s'interroge-t-il toutefois.


- Convergence d'intérêts

En ce qui concerne l'Iran, Anthony Cordesman, au Centre d'Etudes stratégiques et internationales (CSIS), a calculé que même un baril à 40 dollars, plus rémunérateur qu'actuellement, ne rapporterait à l'Iran qu'une cinquantaine de milliards de dollars par an au mieux: Rien qui s'apparente à des retombées massives pour un pays qui comptera (en 2017) 83 ou 84 millions d'habitants et dont le Produit intérieur brut tournera autour de 1.400 à 1.600 milliards de dollars. Même avec la fin des sanctions, le résultat sera probablement une nouvelle aggravation de la lutte de pouvoir interne pour l'argent et les besoins civils contre militaires, a-t-il déclaré.

On peut faire valoir que des recettes pétrolières moins élevées qu'attendu vont peser sur la capacité de l'Iran à importer du matériel militaire, à soutenir la Syrie ou à jouer un rôle militaire dans le Golfe, mais le problème c'est que cela va également nuire aux pays arabes qui sont alliés aux Etats-Unis, comme l'Arabie saoudite et les autres pétromonarchies du Golfe, a également souligné M. Cordesman à l'AFP.

Plus généralement, au Moyen-Orient et dans le monde arabe, y compris chez les alliés des Américains comme l'Arabie saoudite, en proie à un déficit budgétaire record, il n'est pas clair du tout que la stabilité s'améliore si les mêmes facteurs qui tendent à alimenter l'extrémisme islamiste, liés au chômage des jeunes, à l'économie et à la modernisation, souffrent de la chute des revenus tirés du pétrole, remarque Antony Cordesman.

Plus globalement, Jan Kalicki souligne que l'effondrement actuel des prix du pétrole finit par représenter un risque pour l'économie des Etats-Unis eux-mêmes et pour celle de certains de leurs plus proches alliés comme le Canada et le Mexique, également producteurs de pétrole.

Ce qu'on voit, c'est que les (pays) producteurs consomment plus et que les consommateurs produisent plus, si bien qu'il y a une convergence d'intérêts entre les différents pays actifs sur le marché du pétrole, ce qui n'était pas le cas par le passé, a-t-il noté. Cela rend selon lui le niveau actuel des cours problématique pour l'économie internationale et pour les pays qui ne posent pas de problème sur le plan international.

(c) AFP

Commenter La chute des prix du pétrole, une aubaine dangereuse pour Washington


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 15 février 2019 à 20:52

    Le pétrole au plus haut depuis trois mois, entre efforts de …

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont hissés vendredi à leur sommet depuis novembre alors que la production de l'Organisation...

    vendredi 15 février 2019 à 13:51

    Total va déplacer des activités de Londres à Paris et Genève

    Paris: Le géant pétrolier Total va déplacer certaines de ses activités de Londres vers Paris et Genève, mais a insisté dans un...

    vendredi 15 février 2019 à 12:27

    Le pétrole a dépassé 65 dollars, entre efforts de l'Opep et …

    Londres: Le prix du pétrole de Brent, référence internationale du brut, a dépassé son plus haut de l'année avec les baisses de...

    vendredi 15 février 2019 à 10:12

    Eni: bénéfice net ajusté presque doublé en 2018

    Rome: Le géant pétrolier et gazier italien Eni, porté par la hausse du prix du brut, a annoncé vendredi un bond de...

    vendredi 15 février 2019 à 05:01

    Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper vendredi en Asie, aidés par la réduction de la production de l'Opep, les espoirs...

    jeudi 14 février 2019 à 21:55

    Le pétrole monte, scrutant toujours les négociations sino-am…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse pour la troisième séance de suite jeudi, profitant de l'optimisme des...

    jeudi 14 février 2019 à 20:05

    Total devient la première grande compagnie pétrolière à inve…

    Paris: Le groupe français Total est le premier grand groupe pétrolier international à investir sur le marché de la vente au détail...

    jeudi 14 février 2019 à 12:17

    Le pétrole profite des négociations sino-américaines et effo…

    Londres: Les prix du pétrole continuaient leur hausse jeudi alors que les négociations se poursuivent entre Pékin et Washington et que l'accord...

    jeudi 14 février 2019 à 01:37

    Le pétrole termine en hausse à New York

    New york: Les cours du brut ont terminé en hausse mercredi sur le Nymex, portés par les coupes dans les exportations et...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 15 février 2019 Le cours du baril de Brent a franchi le seuil des 65 dollars pour culminer à 65,10 dollars, son plus haut depuis presque 3 mois.

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite