Menu
A+ A A-

Le pétrole finit en hausse, hésitant après les stocks aux USA

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont monté mercredi à New York, le marché semblant particulièrement perplexe après la publication de chiffres hebdomadaires sur l'offre américaine, plutôt défavorables mais moins catastrophiques que certains investisseurs le prévoyaient.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars a pris 85 cents à 32,30 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance a gagné 1,30 dollar à 33,10 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Les cours, déjà erratiques depuis la fin de semaine précédente, ont enregistré une séance très incertaine, puisqu'ils ont ouvert dans le rouge, se sont orientés en nette hausse après la publication de chiffres du département américain de l'Energie (DoE) sur l'état des réserves et de la production aux Etats-Unis, avant de ralentir en fin de séance.

"Le marché a très envie de se trouver un plancher", a souligné Bob Yawger, de Mizuho Securities, remarquant que les cours avaient multiplié les rebonds, depuis qu'une hausse spectaculaire a interrompu vendredi une longue période de chute.

Cela expliquait en partie la réaction positive du marché après les chiffres du DoE, pourtant peu engageants a priori puisqu'ils témoignent d'un bond de plus de huit millions de barils des réserves de brut, à un niveau sans précédent depuis plus de 85 ans, dans un contexte d'offre déjà largement excessive.

"Ce rapport n'était pas aussi négatif que l'avaient été les estimations de l'American Petroleum Institute (API) sur les stocks de brut", a souligné M. Yawger.

Cette fédération professionnelle américaine, qui publie toujours ses estimations la veille de celles du DoE, avait en effet tablé sur une hausse de plus de 11 millions de barils, mettant le marché dans une mauvaise disposition à l'ouverture.

Parmi les autres chiffres favorables du DoE, le terminal de Cushing, référence du WTI, "a vu ses réserves de brut décliner pour la première fois depuis trois mois", et les stocks de produits distillés, comme le fioul de chauffage, "ont plus baissé que ce qu'avait annoncé l'API", a énuméré M. Yawger.

Néanmoins, "la semaine prochaine, le DoE pourrait annoncer des réserves de brut au-dessus de 500 millions de barils, ce qui serait très intimidant", a mis en garde M. Yawger. "Cela risque d'interrompre tout rebond d'ici le milieu de la semaine prochaine."


- Démenti russe

Surtout, même si le DoE a fait état mercredi d'une légère baisse de la production américaine, elle reste élevée, car la résistance des compagnies empêche toujours le bas niveau des cours de se traduire par un franc déclin de l'offre.

Toutefois, "aujourd'hui, le secteur du pétrole a été effrayé par des annonces de Continental Resources - deuxième producteur de pétrole dans le Dakota du Nord et l'un des plus rentables - qui a dit avoir besoin de cours supérieurs à 37 dollars pour gagner de l'argent", a rapporté Matt Smith, de ClipperData. "Ces craintes ont aussi été alimentées par le fait que Continental a reconnu qu'il réduirait sa production de 10% cette année."

Le marché est plombé depuis la mi-2014 par le niveau élevé de l'offre, que ce soit aux Etats-Unis, dans l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ou en Russie, et a glissé encore plus avant depuis le début 2016.

A ce titre, "le marché semble aussi résister face des déclarations officielles russes selon lesquelles +il n'y a aucune discussion particulière sur une coopération+ avec l'OPEP pour le moment", a remarqué Tim Evans, de Citi.

Le marché avait beaucoup profité mardi de rumeurs sur un rapprochement entre le cartel et Moscou pour discuter de baisses de production afin de stabiliser les prix.

"Nous avons tendance à reprendre à notre compte ce que dit une source de l'OPEP: +Quelque chose se prépare mais cela risque de ne pas être rapide+", a ajouté M. Evans.

Sur le plan de l'équilibre du marché, "le problème, c'est peut-être le niveau sans précédent de la production russe et le retour du pétrole iranien", à la suite de la levée de sanctions contre le programme nucléaire de Téhéran, a-t-il précisé. "Mais politiquement, c'est le fait que l'Arabie saoudite et ses alliés insistent au sein du cartel pour plutôt défendre leurs parts de marché."

(c) AFP

Commenter Le pétrole finit en hausse, hésitant après les stocks aux USA


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 12 décembre 2018 à 21:48

    Le pétrole finit en baisse, le niveau des stocks américains …

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé mercredi à la clôture, dans le sillage d'un rapport américain montrant une baisse...

    mercredi 12 décembre 2018 à 17:11

    USA: les stocks de pétrole brut reculent moins qu'anticipé

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont reculé moins fortement qu'anticipé par les analystes, selon les chiffres publiés mercredi...

    mercredi 12 décembre 2018 à 16:31

    La baisse du pétrole éclaircit le ciel des transporteurs (Ia…

    Genève: L'Association internationale du transport aérien (Iata) prévoit en 2019 des bénéfices nets au niveau mondial en hausse de 9,91%, soutenus par...

    mercredi 12 décembre 2018 à 16:11

    Le pétrole solide avant les chiffres du gouvernement américa…

    Londres: Les cours du pétrole progressaient mercredi en cours d'échanges européens en attendant les chiffres du gouvernement américain sur les stocks du...

    mercredi 12 décembre 2018 à 14:32

    La production de pétrole de l'Opep recule, tirée à la baisse…

    Paris: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a un peu réduit sa production de brut en novembre, en raison notamment du...

    mercredi 12 décembre 2018 à 13:50

    Les pays du Golfe doivent s'habituer à un pétrole à bas prix

    Dubaï: Les pays arabes du Golfe, qui dépendent fortement du pétrole, doivent s'attendre à des prix bas à long terme et à...

    mercredi 12 décembre 2018 à 12:46

    Réunion d'évaluation des producteurs de pétrole en avril (Em…

    Dubaï: Les pays pétroliers ayant décidé de réduire leur production doivent se réunir en avril pour évaluer l'impact de cette réduction sur...

    mercredi 12 décembre 2018 à 12:20

    Le pétrole progresse en attendant les chiffres officiels sur…

    Londres: Les prix du pétrole progressaient mercredi en cours d'échanges européens, après des chiffres sur la baisse des stocks des États-Unis et...

    mercredi 12 décembre 2018 à 10:55

    Total va verser une prime exceptionnelle de 1.500 euros à se…

    Paris: Le groupe Total va verser une prime exceptionnelle de 1.500 euros à tous ses salariés en France et proposer une augmentation...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit

    Le mardi 20 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit. Le prix du pétrole décélère En octobre 2018, la hausse du prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros est moins vive qu'en septembre (+4,3 % après +7,8 % en septembre), à 70,6 € en moyenne par baril de Brent. Le ralentissement est un peu plus marqué en dollars (+2,7 % après +8,8 %), l'euro s'étant déprécié au mois d'octobre. La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 81 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - octobre 2018

    Lire la suite

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite