Menu
RSS
A+ A A-

L'Arabie déterminée à gagner la bataille du marché pétrolier

prix du petrole RyadRyad: Abandonnant son rôle traditionnel de régulation, l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de brut, est engagée avec détermination dans une rude bataille pour le contrôle d'un marché pétrolier particulièrement volatil.
La décision en novembre 2014 de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) --sous la pression de Ryad-- de ne pas réduire l'offre pour soutenir le marché en baisse a provoqué un effondrement des cours, tombés de 110 à 30 dollars le baril.

Le royaume saoudien a perdu ces deux dernières années 250 milliards de dollars et enregistré en 2015 un déficit budgétaire record de 98 milliards de dollars. D'autres pays pétroliers souffrent énormément.

La décision de l'OPEP visait à sortir du marché les producteurs à coût élevé, principalement les acteurs du schiste américain, et à faire pression sur le géant russe (non-OPEP), premier producteur mondial de brut, et sur l'Iran, membre du cartel, pour qu'ils réduisent leur production.

Quatorze mois plus tard, cette stratégie donne l'impression de vaciller: les prix sont trop bas, le marché est inondé et une guerre des prix fait rage.

Les Saoudiens sont bien conscients que s'ils réduisent la production, l'impact ne sera pas fort sur les prix car ils seront remplacés par d'autres producteurs comme l'Iran, l'Irak ou la Russie, explique Jean-François Seznec, spécialiste qui enseigne à la Georgetown University.

Les Saoudiens veulent que les producteurs souffrent suffisamment pour convenir d'une baisse concertée de l'offre, dit-il à l'AFP.

Au cours des dernières décennies, le royaume, deuxième producteur mondial de brut devant les Etats-Unis, a investi des dizaines de milliards de dollars pour porter sa capacité de production à 12,5 millions de barils par jour.

Il est le seul producteur à disposer d'une capacité de réserve, ce qui lui permet de relever ou de réduire la production et d'influencer le marché et les prix.

Le pays --dont le sous-sol recèle 268 milliards de barils de brut et 8.500 milliards de m3 de gaz, respectivement les 2e et 5e réserves mondiales-- produit son pétrole à moins de 10 dollars le baril, selon le cabinet de consultants privé Rystad Energy.


- Défense de la part de marché

L'objectif principal de l'Arabie saoudite est la stabilité du marché pétrolier et la défense de sa part de marché, souligne l'expert koweïtien Kamel al-Harami. Le royaume ne pouvait pas laisser des producteurs à coût élevé le concurrencer sur ses propres marchés.

Outre les bas coûts de production, l'Arabie saoudite et ses voisins du Golfe, membres de l'OPEP, conservent une grande marge de manoeuvre budgétaire pour résister à la chute des prix.

Selon le patron de Total Patrick Pouyanné, les Saoudiens ne veulent pas réduire leur production rapidement. Ce n'est pas évident de vouloir couper sa production lorsque vous avez un coût plus bas que les autres et que, finalement, vous pouvez résister plus longtemps que les autres, a-t-il dit en marge du Forum de Davos.

Cependant, a-t-il ajouté, il y a aussi un élément majeur de géopolitique en 2015, l'accord international avec l'Iran qui modifie la donne au Moyen-Orient.

Ryad a d'autres leviers pour survivre pendant des années à des prix bas, selon le président d'Aramco Khaled Faleh. Nous disposons de technologies qui nous permettent de maintenir notre faible coût, a-t-il déclaré lundi lors d'un symposium économique à Ryad. En outre, l'investissement dans nos capacités de production de pétrole et de gaz n'a pas ralenti.

Dans une étude publiée cette semaine, la firme Jadwa Investment de Ryadsouligne que le royaume est bien outillé pour empêcher toute tentative d'empiéter sur sa part de marché.

Mais la décision saoudienne de garder les robinets ouverts suscite des critiques. Pour M. Harami, Ryadet l'OPEP ont fait un mauvais calcul car le pétrole de schiste a prouvé qu'il résistait mieux que prévu.

La chute des prix du brut a certes conduit à une réduction de la production de schiste et d'autres produits à coûts élevés, mais ne les a pas sortis de la course.

Un diplomate occidental basé à Ryadnote que l'Arabie suit, dans le domaine pétrolier, la même politique, plus offensive, lancée depuis un an par le nouveau roi Salmane. Il défendra ses intérêts sur les plans interne et externe, que cela plaise ou non à l'étranger.

Selon M. Seznec, cette politique devrait commencer à porter à ses fruits: il y aura bientôt un arrangement avec les producteurs non-OPEP qui ne peuvent plus continuer à saigner.

(c) AFP

Le pétrole en Arabie Saoudite


jeudi 23 août 2018

Aramco: Ryad veut toujours mettre en Bourse la compagnie pét…

Ryad: L'Arabie saoudite a annoncé jeudi être toujours engagée à mettre en Bourse le géant pétrolier public Aramco, rejetant les informations selon...

samedi 04 août 2018

Pétrole: Ryad annonce la reprise de ses exportations par le …

Ryad: L'Arabie saoudite a annoncé la reprise samedi de ses exportations de brut par le détroit stratégique de Bab el-Mandeb, suspendues il...

mardi 31 juillet 2018

Doutes croissants sur l'introduction en Bourse du géant pétr…

Ryad: L'Arabie saoudite cherche à lever des milliards de dollars par une introduction en Bourse de son géant pétrolier Aramco, afin de...


-Voir toutes les news du pétrole en Arabie Saoudite

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 septembre 2018 à 22:11

Canada: le gouvernement veut relancer un projet d'oléoduc co…

Ottawa: Le gouvernement canadien a ordonné vendredi au régulateur du secteur de l'énergie de revoir l'évaluation environnementale d'un projet d'élargissement d'un oléoduc...

vendredi 21 septembre 2018 à 21:56

Le pétrole termine en hausse à l'approche d'une réunion de l…

NYC/Cours de clôture: Après avoir flirté avec le seuil symbolique des 80 dollars le baril, le pétrole londonien a terminé en modeste...

vendredi 21 septembre 2018 à 17:51

Autriche: un oléoduc utilisé pour produire de l'électricité

Vienne: Un oléoduc traversant les Alpes a été équipé d'une turbine lui permettant de produire de l'électricité pour l'équivalent de 3.000 foyers...

vendredi 21 septembre 2018 à 16:24

Le pétrole remonte, le marché hésite après le tweet de Trump

Londres: Les cours du pétrole rebondissaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché volatil après un tweet de Trum…

Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 07:38

Le pétrole sans direction claire en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions opposées, dans la foulée de critiques du président américain Donald Trump contre...

jeudi 20 septembre 2018 à 21:08

Le pétrole lesté par les critiques de Trump contre l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, affectés entre autres par les critiques du président américain Donald...

jeudi 20 septembre 2018 à 17:37

Pétrole: les américains Chevron et Exxon rejoignent une init…

Paris: Les géants pétroliers américains Chevron et ExxonMobil ont rejoint jeudi une initiative d'entreprises du secteur pour lutter contre le changement climatique.

jeudi 20 septembre 2018 à 16:07

Le pétrole recule, Trump tempête contre l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a repris ses critiques...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite