Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole creuse ses pertes dans un marché fébrile après la levée des sanctions iraniennes

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole repartaient à la baisse lundi en fin d'échanges européens, dans un marché lesté par la perspective du retour du brut iranien et hésitant visiblement sur le positionnement à adopter.
Vers 17H40 GMT (18H40 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 28,71 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 23 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en février perdait quant à lui 39 cents à 29,03 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après avoir tenté un rebond en début d'échanges européens et un temps oscillé autour de l'équilibre, sont ensuite repartis en petite baisse dans un marché en proie à la volatilité alors que les investisseurs américains étaient absents en raison d'un jour férié aux États-Unis.

Les références européenne et américaine du brut ont déjà fortement creusé leurs pertes en fin de semaine dernière, finissant sous les 30 dollars vendredi et signant ce lundi à l'ouverture des échanges asiatiques de nouveaux plus bas en plus de douze ans, plombées par les attentes d'un afflux imminent de pétrole iranien.

La levée des sanctions occidentales pesant sur l'Iran à la faveur de l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire intervenue samedi a en effet ouvert la voie au plein retour de Téhéran dans un marché croulant déjà sous les excédents.

Le prix de la référence européenne du brut est ainsi tombé à 27,67 dollars le baril, un minimum depuis le 25 novembre 2003, tandis que son homologue new-yorkais a atteint au même moment 28,36 dollars le baril, un plus bas depuis le 30 octobre 2003.

C'est l'Iran que nous avons à blâmer (ce lundi) pour la faiblesse des prix du pétrole, qui ont vu le Brent s'échanger en dessous de 28 dollars le baril au début des échanges, commentait James Hughes, analyste chez GKFX.

Après que les sanctions des États-Unis et de l'Union européenne contre l'Iran ont été levées, Téhéran a ordonné une augmentation de sa production de pétrole de 500.000 barils par jour, ajoutant à l'énorme problème d'excédent qui domine actuellement les marchés mondiaux, ajoutait l'analyste.

Conformément à ce qu'il annonce depuis des mois, l'Iran a décidé dès lundi d'augmenter sa production de pétrole d'un demi-million de barils par jour afin de regagner les parts de marché perdues depuis l'imposition des sanctions en 2012.

De son côté, Christopher Dembik, analyste chez saxo Banque, jugeait que l'élément moteur de la chute des cours restait la cassure à la baisse des 30 dollars le baril.

C'est un aspect qui a beaucoup influencé les prises de position. Le marché pétrolier donne l'impression d'être en chute libre, aucun niveau de cours ne parvenant à stabiliser les prix. La conséquence immédiate est évidente: cela attise la panique et les ventes massives, a souligné l'analyste.

Dans ce contexte, le dernier rapport mensuel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dans lequel le cartel prévoit un début de rééquilibrage du marché pétrolier en 2016, a été de peu de soutien pour les prix.

Selon l'OPEP, la production des pays n'appartenant pas au cartel devrait en effet plonger cette année, pour atteindre 660.000 barils par jour, soit près du double du déclin de 380.000 barils par jour qu'elle avait anticipé en décembre.

Ainsi, Fawad Razaqzada, analyste chez Forex, estimait que l'arrivée de nouveaux barils iraniens sur le marché ne devrait pas encourager l'OPEP à revoir sa stratégie, mais l'encourager au contraire à poursuivre sa guerre des prix.

L'Iran avait aussi prétendu précédemment qu'il allait (ensuite) augmenter sa production (quotidienne) de 500.000 barils en plus pour atteindre une hausse d'un million de barils par jour en six mois une fois les sanctions levées. Pour ce faire, Téhéran pourrait devoir vendre son pétrole moins cher afin d'attirer de nouveaux consommateurs, et cela pourrait marquer le début d'une guerre des prix au sein de l'OPEP, observait l'analyste.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 septembre 2018 à 22:11

Canada: le gouvernement veut relancer un projet d'oléoduc co…

Ottawa: Le gouvernement canadien a ordonné vendredi au régulateur du secteur de l'énergie de revoir l'évaluation environnementale d'un projet d'élargissement d'un oléoduc...

vendredi 21 septembre 2018 à 21:56

Le pétrole termine en hausse à l'approche d'une réunion de l…

NYC/Cours de clôture: Après avoir flirté avec le seuil symbolique des 80 dollars le baril, le pétrole londonien a terminé en modeste...

vendredi 21 septembre 2018 à 17:51

Autriche: un oléoduc utilisé pour produire de l'électricité

Vienne: Un oléoduc traversant les Alpes a été équipé d'une turbine lui permettant de produire de l'électricité pour l'équivalent de 3.000 foyers...

vendredi 21 septembre 2018 à 16:24

Le pétrole remonte, le marché hésite après le tweet de Trump

Londres: Les cours du pétrole rebondissaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché volatil après un tweet de Trum…

Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 07:38

Le pétrole sans direction claire en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions opposées, dans la foulée de critiques du président américain Donald Trump contre...

jeudi 20 septembre 2018 à 21:08

Le pétrole lesté par les critiques de Trump contre l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, affectés entre autres par les critiques du président américain Donald...

jeudi 20 septembre 2018 à 17:37

Pétrole: les américains Chevron et Exxon rejoignent une init…

Paris: Les géants pétroliers américains Chevron et ExxonMobil ont rejoint jeudi une initiative d'entreprises du secteur pour lutter contre le changement climatique.

jeudi 20 septembre 2018 à 16:07

Le pétrole recule, Trump tempête contre l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a repris ses critiques...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite