Menu
A+ A A-

Le pétrole: l'autre terrain de crise entre l'Arabie et l'Iran

prix du petrole LondresLondres: L'Arabie saoudite fourbit ses armes avant le retour de l'Iran sur le marché pétrolier, bien décidée à ne céder aucun terrain à un rival avec qui les tensions s'exacerbent, au moment où les cours du pétrole atteignent de nouveaux planchers.
Même si l'escalade des tensions entre Ryad et Téhéran, après l'exécution samedi d'un dignitaire religieux chiite, a brièvement bénéficié aux cours du pétrole, faisant craindre un temps pour l'approvisionnement mondial en brut, les investisseurs se sont rapidement ravisés.

"Les tensions actuelles entre l'Arabie saoudite et l'Iran pourraient ajouter une importante prime de risque géopolitique mais seulement si l'inimitié entre les deux rivaux pétroliers s'intensifie davantage jusqu'à perturber l'approvisionnement dans la région", a déclaré à l'AFP Abhishek Deshpande, analyste chez Natixis.

Or, selon ce dernier, Téhéran et Ryad, qui contribuent respectivement à hauteur de 2,8 et 10,4 millions de barils par jour (mbj) à l'offre mondiale de brut, prendront particulièrement garde à ne pas perturber ces flux d'or noir dont leurs revenus dépendent largement.

Ainsi, la plupart des analystes estimaient que la crise irano-saoudienne risquait au contraire d'ajouter une pression supplémentaire à des prix du pétrole déjà au plus bas, en compromettant davantage tout espoir d'accord sur des réductions de production au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont Ryad et Téhéran sont deux membres éminents.

Le Brent, le baril de pétrole échangé à Londres, est d'ailleurs passé mercredi sous la barre des 35 dollars pour la première fois en onze ans et demi tandis que le WTI, qui se négocie à New York, a franchi ce seuil à la baisse mi-décembre, ce qui constituait une première depuis la mi-février 2009.

Selon David Hufton, analyste chez PVM, "la rupture complète des relations entre l'Iran et l'Arabie saoudite réduit les chances de toute coopération sur la production à zéro et fait de la bataille féroce pour les parts de marché une certitude".


- Guerre des prix sans merci

La guerre tarifaire est déjà déclarée du côté de Ryad qui, non content d'avoir imposé aux autres membres de l'OPEP un maintien de la production du cartel à son niveau actuel, vient de baisser les prix de son pétrole à destination de l'Europe pour mieux couper l'herbe sous le pied à la concurrence tant russe qu'iranienne.

Le Vieux Continent constituait en effet le marché traditionnel de Téhéran avant l'imposition en 2012 de sanctions internationales à la République islamique pour son programme nucléaire, et reste un débouché privilégié pour Moscou, l'autre bête noire de Ryad, dont la production a atteint un record en 2015, à 10,73 mbj en moyenne.

"L'Arabie saoudite fera tout ce qu'il faut pour protéger ses parts de marché et a décidé de poursuivre une politique (consistant à) ne pas réduire sa production lors de la dernière réunion de l'OPEP (en décembre). L'Iran et la Russie resteront ses principales cibles", a poursuivi M. Deshpande.

"Il est logique que l'Arabie saoudite cherche à laisser le moins d'espace possible au retour du pétrole iranien. La décision de modifier sa politique de prix était certainement en partie actée depuis plusieurs mois puisque l'accroissement des exportations iraniennes était prévisible en ce début d'année", a observé de son côté Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Certains analystes jugeaient toutefois que le bond des exportations iraniennes anticipé pour cette année, sous l'effet de la levée des sanctions occidentales, pourrait être compromis et relevaient une certaine inflexion dans le discours jusqu'alors particulièrement offensif de Téhéran à ce sujet.

Alors que l'Iran n'a eu de cesse de répéter, au cours des derniers mois, qu'il n'accepterait aucunement de voir sa production bridée, en dépit de la chute des cours du brut, il semble désormais davantage disposé à accepter une augmentation progressive de celle-ci pour limiter la pression sur les prix, comme l'a laissé entendre récemment le président de la National Iranian Oil Compagny (NIOC).

"Que ce soit vraiment parce que l'Iran ne veut pas d'une +guerre des prix+ comme il le prétend ou qu'il reconnaisse de la sorte que la croissance de sa production sera plus lente qu'anticipé précédemment, c'est à chacun de trancher", notait M. Hufton.

Téhéran avait prédit jusqu'alors une augmentation de sa production de 500.000 barils par jour dès la levée des sanctions puis d'un million de barils par jour par la suite.

(c) AFP

Commenter Le pétrole: l'autre terrain de crise entre l'Arabie et l'Iran


    Le pétrole en Iran

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

    lundi 05 novembre 2018

    Sanctions américaines: Chine, Inde et Japon autorisés à ache…

    Washington: Les Etats-Unis ont autorisé huit pays, parmi lesquels la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, à continuer...

    dimanche 04 novembre 2018

    Sanctions contre l'Iran: le marché pétrolier sur le qui-vive…

    Londres: Avec ses sanctions contre les importateurs de pétrole iranien, Washington pourrait faire basculer un marché à l'équilibre précaire et provoquer une...

    vendredi 02 novembre 2018

    Pétrole iranien : la Turquie parmi les pays bénéficiant d'un…

    Ankara: La Turquie fait partie des pays bénéficiant d'une dérogation des Etats-Unis lui permettant de continuer à importer du pétrole iranien en...

    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    mardi 13 novembre 2018

    Les économies du Golfe se redressent mais restent sujettes à…

    Dubaï: La croissance dans le Golfe se redressera en 2018 après une contraction l'an dernier, mais restera vulnérable en raison de la...

    lundi 12 novembre 2018

    Ryad réclame une baisse de production de pétrole d'un millio…

    Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Arabie saoudite a estimé lundi indispensable de réduire la production mondiale de pétrole d'un million de barils...

    lundi 12 novembre 2018

    La production mondiale de pétrole doit être réduite d'un mil…

    Abou Dhabi (Emirats arabes unis): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a déclaré lundi qu'une analyse technique montrait la nécessité de...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 18 novembre 2018 à 17:54

    Bulgarie: blocage des routes contre la hausse du prix des ca…

    Sofia: Des milliers de Bulgares ont bloqué dimanche les principaux axes routiers et les postes-frontière entre la Bulgarie et la Turquie et...

    dimanche 18 novembre 2018 à 16:36

    Sulzer: le prix du pétrole n'inquiète pas le CEO, Vekselberg…

    Zurich: Le directeur général (CEO) de Sulzer, Greg Poux-Guillaume, affirme que malgré les récentes turbulences autour du prix du pétrole, son groupe...

    dimanche 18 novembre 2018 à 14:45

    Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal", mai…

    Paris: Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal" mais son "devoir" est de transformer l'économie pour la rendre moins dépendante du pétrole, a...

    samedi 17 novembre 2018 à 19:40

    Burkina: appel à une grève générale contre la hausse de l'es…

    Ouagadougou: Des syndicats et organisations de la société civile burkinabè ont appelé samedi à une grève générale et une journée de protestation...

    vendredi 16 novembre 2018 à 21:52

    Le pétrole chute pour la sixième semaine de suite

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé vendredi, n'empêchant toutefois pas une sixième chute hebdomadaire de suite...

    vendredi 16 novembre 2018 à 16:14

    Le pétrole monte sans effacer ses pertes sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:45

    Bagdad et les Kurdes vont reprendre l'exportation en Turquie…

    Kirkouk (irak): Le gouvernement fédéral et le Kurdistan irakiens se sont mis d'accord pour reprendre l'exportation vers la Turquie du pétrole de...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:37

    Allemagne : les interdictions de diesel relèvent de l'"…

    Berlin: Les interdictions de circulation en Allemagne de véhicules diesel trop polluants, en particulier sur l'autoroute, relèvent de "l'autodestruction" de la prospérité...

    vendredi 16 novembre 2018 à 12:32

    Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite