Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole creuse fortement ses pertes avant les stocks américains de brut

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole s'enfonçaient dans le rouge mercredi en cours d'échanges européens, atteignant de nouveaux plus bas en onze ans et demi à Londres, dans un marché déprimé par l'excès d'offre et affecté par les tensions au Moyen-Orient.
Vers 12H00 GMT (13H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 35,05 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,37 dollar par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 98 cents à 34,99 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après avoir ouvert en hausse dans les échanges asiatiques, ont fortement chuté au début des échanges européens, rattrapés par le pessimisme persistant d'investisseurs qui ne voient pas d'issue à la surabondance d'offre dont pâtissent les cours depuis un an et demi, et alors que le retour du brut iranien sur le marché est imminent.

Le cours du Brent a même atteint vers 10H30 GMT 34,83 dollars, soit un plus bas depuis le 1er juillet 2004.

"L'impulsion donnée par les tensions géopolitiques perd du terrain tandis que la prise de conscience que l'Iran fera tout ce qu'il voudra en ce qui concerne son retour sur le marché pétrolier, probablement contre la volonté des Saoudiens, le renforcement du dollar et la perspective de statistiques sur les stocks américains de brut en hausse en raison du temps doux, ajoutent aux craintes d'une surabondance globale d'offre", soulignait Michael van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

Les prix du brut n'ont en effet que brièvement bénéficié de l'escalade des tensions entre Ryad et Téhéran à la suite de l'exécution samedi d'un dignitaire religieux chiite, la plupart des analystes jugeant au final peu probable que celles-ci perturbent l'approvisionnement mondial en pétrole.

Plusieurs analystes estimaient même au contraire que la crise entre Ryad et Téhéran pourrait en fait renforcer ou du moins prolonger l'état de surproduction actuel dans la mesure où ni l'Arabie saoudite ni l'Iran ne semblent prêts à céder le moindre terrain à leur rival.

"La majorité des acteurs du marché voient les tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran comme négatives pour le prix du pétrole car elles rendent improbables que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) s'entende sur toute action concertée pour réduire l'excédent d'offre", soulignaient ainsi les analystes de Commerzbank.

En outre, le dollar, bénéficiant d'un contexte d'incertitudes économiques mondiales ainsi que des craintes suscitées par l'annonce d'un essai de bombe nucléaire en Corée du Nord, était fortement prisé en raison de son statut de valeur refuge aux yeux de nombreux investisseurs, mais aussi du fait de la récente hausse des taux d'intérêt de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Or, tout renforcement du dollar pèse à l'inverse sur les cours du brut, libellés en billets verts et donc rendus plus onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

Enfin, les investisseurs redoutaient de mauvaises nouvelles du côté des stocks américains de brut, dont les chiffres officiels sont attendus à 15H30 GMT.

Même si, selon David Hufton, analyste chez PVM, l'association professionnelle American Petroleum Institute (API) a fait état mardi soir, dans ses propres estimations, d'une baisse des réserves américaines de brut de 5,6 millions de baril, cette bonne nouvelle semblait largement contrebalancée par la forte augmentation des stocks de produits distillés et d'essence.

"Les réserves au terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma, centre-sud, un chiffre qui sert de référence au WTI, le pétrole échangé à New York, NDLR) ont augmenté de 1,4 million de barils, les réserves d'essence de 7,1 millions de barils et les stocks de produits distillés de 5,6 millions de barils", selon les estimations de l'API, notait l'analyste.

Selon la prévision médiane des analystes interrogés par l'agence Bloomberg, les stocks de brut se seraient en revanche étoffés de 500.000 barils, tandis que ceux d'essence auraient monté de 1,8 million de barils, et ceux de produits distillés (dont le diesel et le fioul de chauffage) devraient avoir monté de 2 millions de barils.

(c) AFP



Commenter Le pétrole creuse fortement ses pertes avant les stocks américains de brut

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 23 février 2018 à 21:26

Le pétrole progresse, influencé par la baisse des stocks amé…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé en hausse vendredi, toujours influencés par...

vendredi 23 février 2018 à 16:05

Le pétrole temporise après avoir grimpé avec les stocks amér…

Londres: Les cours du pétrole bougeaient peu vendredi en cours d'échanges européens, temporisant après avoir grimpé en raison de stocks américains plus...

vendredi 23 février 2018 à 12:26

Le pétrole en léger repli après les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu vendredi en cours d'échanges européens après avoir bondi la veille à la suite de...

vendredi 23 février 2018 à 10:41

Parapétrolier: Schlumberger et Subsea 7 projettent une coent…

Oslo: Le leader mondial du secteur parapétrolier, le franco-américain Schlumberger, et son concurrent Subsea 7 ont dévoilé vendredi leur intention de former...

vendredi 23 février 2018 à 06:37

Le pétrole à la baisse en Asie

hong kong: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, après les gains enregistrés la veille grâce à...

jeudi 22 février 2018 à 21:39

Le pétrole soutenu par les exportations et les stocks améric…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont progressé jeudi à la clôture, soutenus par...

jeudi 22 février 2018 à 17:35

USA: baisse surprise des stocks de pétrole brut au 16/02

New York: Les stocks de pétrole brut ont reculé aux Etats-Unis la semaine dernière selon des chiffres publiés jeudi par l'Agence américaine...

jeudi 22 février 2018 à 16:29

Le pétrole remonte un peu, le marché hésite avant les stocks…

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en cours d'échanges européens dans un marché hésitant alors que les Etats-Unis publieront jeudi leurs...

jeudi 22 février 2018 à 12:47

Le pétrole recule légèrement avant les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu jeudi en cours d'échanges européens dans un marché prudent alors que les Etats-Unis publieront...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite