Menu
A+ A A-

Le pétrole finit en baisse, déprimé par les excédents malgré les tensions géopolitiques

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont fini en baisse lundi à New York, l'inquiétude suscitée par le regain de tensions entre l'Arabie Saoudite et l'Iran ne suffisant pas à compenser la déprime provoquée par les excédents mondiaux de production.
Le cours du baril de"light sweet crude" (WTI) pour livraison en février a perdu 28 cents à 36,76 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance a perdu juste 6 cents à 37,22 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).
En début de séance, "les marché du pétrole ont été soutenus par la hausse des tensions entre l'Arabie Saoudite et l'Iran, après que l'Arabie saoudite a exécuté un dignitaire chiite influent samedi sous l'accusation de terrorisme, déclenchant des manifestations puis une rupture des relations diplomatiques", a expliqué Tim Evans, chez Citi.

"L'inquiétude c'est que les tensions anciennes pourraient se réveiller jusqu'à déboucher sur une forme de confrontation militaire directe, menaçant la production et le transport de pétrole dans la région", a-t-il expliqué.

"D'un autre côté, on peut dire que les tensions rendent encore un peu plus difficile la possibilité d'un accord à l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) pour réduire volontairement l'offre" et soutenir les cours, a ajouté M. Evans. L'Iran et l'Arabie saoudite font tous les deux partie de ce cartel.

Pour John Kilduff, chez Again Capital, "les excédents du marché représentent une force immuable, et rien d'autre qu'une guerre pourrait y mettre fin".

"Il faut que moins de pétrole arrive sur le marché, quels que soient les moyens d'y parvenir, et soit ils réduisent leur production volontairement, soit quelqu'un le fait pour eux non volontairement" via un conflit, a ajouté M. Kilduff.

La plupart des analystes doutaient qu'un rebond des cours du brut soit justifié pour l'heure, dans la mesure où la production du Golfe, qui compte pour près de 30% de l'offre mondiale de pétrole, n'était pas menacée dans l'immédiat.

"De faibles liquidités au démarrage de la nouvelle année ont probablement exacerbé la réaction des marchés pétroliers à (cette) dispute politique qui est peu susceptible de perturber la production", commentait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Par ailleurs, le marché est également en proie à des inquiétudes pour la demande, après l'annonce d'une nouvelle contraction de l'activité manufacturière en décembre en Chine, premier importateur mondial de pétrole.

Cette statistique a entraîné une dégringolade des Bourses chinoises, qui ont fini par être arrêtées prématurément, et plombé ensuite les marchés d'actions européens et américains.

Enfin, le marché s'inquiète de voir le terminal de Cushing (Oklahoma, sud des Etats-Unis), qui sert de référence au WTI, se remplir toujours plus.

Après que le Mississippi est sorti de son lit à la suite des intempéries de la fin décembre, il y a 215.000 barils par jour de brut bloqués à Cushing, dans l'impossiblité d'être transportés dans le sud de l'Illinois (nord), a expliqué Matt Smith, chez ClipperData.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 13 novembre 2018 à 16:22

Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

mardi 13 novembre 2018 à 14:12

Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

mardi 13 novembre 2018 à 12:23

L'Opep revoit la demande de pétrole en baisse, s'inquiète d…

Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, alors que...

mardi 13 novembre 2018 à 12:20

Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre …

Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne...

mardi 13 novembre 2018 à 12:02

Pour le Foll, le "gouvernement doit reculer" sur l…

Paris: Le maire du Mans Stéphane Le Foll (PS) a appelé le gouvernement à "reculer" sur la taxation des carburants et à...

mardi 13 novembre 2018 à 09:24

Au large de l'Angola, un espoir pétrolier nommé Kaombo

Au large de l'angola: La longue torchère qui s'échappe de sa proue éclaire la nuit à des milles nautiques à la ronde.Depuis...

mardi 13 novembre 2018 à 07:27

Les économies du Golfe se redressent mais restent sujettes à…

Dubaï: La croissance dans le Golfe se redressera en 2018 après une contraction l'an dernier, mais restera vulnérable en raison de la...

mardi 13 novembre 2018 à 04:11

Le pétrole chute en Asie

Singapour: Les cours du pétrole dégringolaient mardi en Asie après des déclarations du président Donald Trump réclamant des cours plus bas au...

lundi 12 novembre 2018 à 22:55

Le pétrole en petite baisse, partagé entre Ryad et Washingto…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en petite baisse lundi, applaudissant d'abord la volonté saoudienne de réduire sa production...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

Lire la suite

Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

Lire la suite

Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

Lire la suite