Menu
A+ A A-

Pétrole: les monarchies du Golfe commencent à se serrer la ceinture

prix du petrole koweïtKoweït: Confrontées à la baisse des revenus pétroliers, les monarchies arabes du Golfe commencent à réduire les dépenses et à stimuler les revenus hors pétrole, mais des analystes estiment qu'elles devraient agir davantage pour juguler les déficits.
Après plus d'une décennie d'excédents grâce au niveau élevé des prix du brut, le déficit cumulé des six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) devrait atteindre 180 milliards de dollars en 2015 et cette tendance devrait se poursuivre.

Nous pensons que les prix du pétrole vont se maintenir à leur niveau actuel pendant des années, a estimé Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), lors d'une récente visite au Qatar.

Selon elle, les pays du CCG devraient réduire leur dépendance vis-à-vis du pétrole dont ils tirent 90% de leurs revenus.

Déjà, en 2014, ces pays - Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar - n'ont dégagé que 24 milliards de dollars d'excédents contre 182 milliards en 2013, selon le FMI. L'Arabie saoudite, Bahreïn et Oman ont fini 2014 dans le rouge pour la première fois depuis la crise financière de 2009.

Depuis juin 2014, le pétrole a cédé plus de 50% et le FMI prévoit une baisse de 275 milliards de dollars de revenus des pays du CCG en 2015.

Fortes des 2.700 milliards de dollars amassés sur une décennie, ces pétromonarchies devraient, selon le FMI, avoir une approche progressive en matière de réformes et de diversification économique.

L'ampleur du problème est beaucoup plus grande cette fois parce que les subventions et les salaires ont énormément augmenté ces dernières années jusqu'à atteindre 90% des dépenses courantes, estime M. R. Raghu du centre d'études Kuwait Financial Center.

Au sein du CCG, les dépenses en subventions et en salaires notamment ont totalisé 550 milliards de dollars entre 2008 et 2013, selon le FMI.

Ces pays ont également dépensé des dizaines de milliards de dollars depuis le Printemps arabe, en 2011, pour apaiser leurs populations ou aider certains pays voisins.

Le FMI et la Banque mondiale estiment à 60 milliards de dollars le coût des subventions à l'énergie pour la seule année 2014. Ce montant atteint les 175 milliards de dollars si on tient compte d'autres subventions et aides publiques.


- Timides réformes

Les mesures prises pour juguler les déficits sont jugées timides.

Les Emirats ont pris l'initiative de libéraliser en juin les prix des carburants et l'émirat d'Abou Dhabi a augmenté le prix de l'électricité avec à la clé des milliards de dollars d'économies.

Ce pays, à l'économie la plus diversifiée du CCG, a annoncé son intention de consacrer plus de 80 milliards de dollars à développer les secteurs non pétroliers.

Le Koweït a commencé à vendre début 2015 le diesel et le kérosène au prix du marché. Il a réduit de 17% les dépenses publiques et s'apprête à augmenter les prix de l'eau et de l'électricité.

Le Qatar a dit son intention de procéder à des coupes dans les dépenses et à réduire les subventions. Oman et Bahreïn, les moins nantis en pétrole, ont aussi annoncé des intentions similaires.

Cela ne suffit pas et il y a un long chemin à parcourir, estime toutefois Shanta Devarajan, économiste en chef de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Les mesures doivent porter sur les réformes, le chômage et la diversification et il faut beaucoup plus de mesures, déclare M. Devarajan à l'AFP.

Le FMI conseille notamment des mesures sur l'efficacité énergétique et la réduction des masses salariales.

Dans le cas contraire, les pays du Golfe seraient obligés de surseoir à d'importants projets, une probabilité soulignée par l'agence de notation Standard and Poor's.

Selon le FMI, l'Arabie saoudite, Bahreïn et Oman pourraient épuiser leurs réserves financières dans cinq ans et les autres au bout de 20 ans.

Pour le cabinet de consultants koweïtien Al-Shall, les pays du CCG ne font que gagner du temps.

La situation nécessite une véritable chirurgie, une attention sur les dépenses inutiles et la corruption, a écrit le cabinet.

Selon M. R. Raghu, les pétromonarchies doivent se résoudre à l'idée que la période du baril à 100 dollars est révolue et elles doivent vivre avec un baril de 40 à 50 dollars.



(c) AFP

Commenter Pétrole: les monarchies du Golfe commencent à se serrer la ceinture


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    lundi 13 décembre 2021

    Résultante de la hausse du pétrole, L'Arabie saoudite va enr…

    Ryad: L'Arabie saoudite prévoit de dégager au cours du prochain exercice son premier excédent budgétaire depuis près de dix ans, 90 milliards...

    samedi 23 octobre 2021

    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici à 2060

    Ryad: L'Arabie saoudite, premier exportateur de pétrole brut au monde, vise la neutralité carbone d'ici 2060, a annoncé samedi le prince héritier...

    mercredi 13 octobre 2021

    L'Opep revoit en baisse la demande de pétrole pour 2021

    Paris: L'organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a revu en baisse son estimation pour 2021 de la demande pétrolière mondiale, qui...

    Le pétrole aux Emirats arabes unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Emirats arabes unis

    mardi 16 novembre 2021

    Émirats: ADNOC va investir 6 milliards d'euros dans le forag…

    Abou Dhabi: La compagnie pétrolière nationale d'Abou Dhabi (ADNOC) a annoncé mardi un investissement de six milliards de dollars dans le forage...

    mercredi 14 juillet 2021

    Compromis Arabie saoudite / EAU sur l'offre de pétrole

    Dubaï L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis (EAU) sont parvenus à un compromis sur la stratégie de production de l'OPEP+, a-t-on appris...

    jeudi 08 juillet 2021

    La dispute sur le pétrole montre les divergences entre Saoud…

    Dubaï: La querelle entre l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis lors des dernières négociations sur la production de pétrole à l'Opep+...

    Le pétrole au Koweït

    Voir toutes les nouvelles du pétrole au Koweït

    jeudi 21 mai 2020

    Koweït et Arabie saoudite cessent la production de pétrole d…

    Koweït: Le Koweït et l'Arabie saoudite ont décidé d'arrêter en juin l'extraction de pétrole dans une zone neutre partagée, alors que les...

    dimanche 12 avril 2020

    OPEP(+): Accord "historique" sur une baisse de la …

    Londres: Les principaux pays producteurs de pétrole se sont mis d'accord sur une baisse de la production de pétrole de près de...

    jeudi 09 avril 2020

    Pétrole: réduction de 10 à 15 millions de barils par jour en…

    Koweït: Les pays pétroliers, qui tiennent jeudi une réunion destinée à stabiliser le marché, envisagent de réduire la production de 10 à...

    Le pétrole au Qatar

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole au Qatar

    lundi 03 décembre 2018

    Pétrole: le Qatar anonce son départ de l'Opep, cartel dominé…

    Doha: Le Qatar a annoncé lundi qu'il quitterait le mois prochain l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), afin de se concentrer...

    mardi 13 novembre 2018

    Les économies du Golfe se redressent mais restent sujettes à…

    Dubaï: La croissance dans le Golfe se redressera en 2018 après une contraction l'an dernier, mais restera vulnérable en raison de la...

    dimanche 04 novembre 2018

    Pétrole au Qatar: le patron de la compagnie nationale entre …

    Doha: Le Qatar, l'un des principaux producteurs énergétiques au monde, a annoncé dimanche l'entrée au gouvernement du patron de l'entreprise pétrolière nationale...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 19 janvier 2022 à 21:44

    Le pétrole frôle les 90 dollars, avant de consolider

    Cours de clôture: Le baril de Brent de mer du Nord a frôlé mercredi les 90 dollars, porté par son élan ainsi...

    mercredi 19 janvier 2022 à 12:20

    Le pétrole grimpe, dopé par la demande et les risques sur l…

    Londres: Les cours du pétrole continuaient leur envolée mercredi, la forte demande et les risques géopolitiques exerçant une pression à la hausse...

    mercredi 19 janvier 2022 à 10:33

    L'AIE met en garde sur une possible "nouvelle année de …

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a revu en hausse ses prévisions de la demande de pétrole cette année et prévenu que...

    mardi 18 janvier 2022 à 22:39

    Le pétrole s'installe en haute altitude, l'attaque sur Abou …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé mardi proches des sommets de 7 ans atteints plus tôt, une attaque sur...

    mardi 18 janvier 2022 à 13:09

    Le pétrole au plus haut depuis 2014, des risques géopolitiqu…

    Londres: Les cours du pétrole s'envolaient mardi, les risques géopolitiques faisant craindre de nouvelles perturbations d'une offre déjà tendue, hissant les prix...

    mardi 18 janvier 2022 à 11:00

    Goldman Sachs voit le baril de Brent à 100 dollars au T3

    Paris: Goldman Sachs s'attend à ce que le prix du baril de Brent atteigne 100 dollars au second semestre de cette année...

    mardi 18 janvier 2022 à 09:43

    Le pétrole Brent et le WTI au plus haut depuis 2014

    Tokyo: Les prix du Brent et du WTI évoluaient mardi à leur plus haut niveau depuis plus de sept ans, dopés par...

    mardi 18 janvier 2022 à 06:28

    Pétrole: le Brent au plus haut depuis 2014, dopé par des ten…

    Tokyo: Le prix du pétrole de Brent a atteint mardi un plus haut en sept ans, dopé par les perturbations de l'offre...

    lundi 17 janvier 2022 à 15:20

    ⛽️ Forte hausse des prix des carburants en ce début d'année …

    Paris: Les prix des carburants routiers vendus dans les stations-service en France poursuivaient leur hausse la semaine passée. Pour sa part, la moyenne des cours du pétrole...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📈 Les prix du pétrole pourraient atteindre 125$ en 2022 et 150$ en 2023

    Le mercredi 01 décembre 2021 - L'actualité des prix du pétrole

    New York: Le prix du pétrole brut pourrait s'envoler à 125 dollars le baril l'année prochaine et à 150 dollars en 2023 en raison de la capacité limitée de l'OPEP à augmenter sa production, estiment les analystes de JP Morgan dans leur nouveau rapport.

    Lire la suite

    📉 En novembre 2021, le prix du pétrole diminue un peu

    Le vendredi 17 décembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2021, le prix du pétrole en euros se replie (-1,4 % après +13,8 % en octobre).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) baissent légèrement (-0,6 % après +3,3 %) sous l'effet du recul de ceux des matières premières industrielles (-4,7 % après +4,5 %). Les prix des matières premières alimentaires, pour leur part, restent orientés à la hausse (+2,4 % après +2,5 %). Le prix du pétrole se replie En novembre 2021, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) recule (-3,0 % après +12,1 %)...

    Lire la suite

    Puiser dans les réserves stratégiques de pétrole, mesure rare et temporaire

    Le mardi 23 novembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Washington: En butte à l'accélération de l'inflation qui mécontente les Américains, le président Joe Biden a annoncé mardi que les Etats-Unis allaient puiser dans leurs réserves stratégiques de pétrole pour tenter de faire baisser les prix de l'essence à la pompe, une initiative rarement utilisée.Cinquante millions de barils de brut américain vont être déversés sur le marché, accompagnés d'une contribution de la Chine, de l'Inde, du Japon, de la Corée du Sud et du Royaume-Uni. L'Inde a précisé qu'elle participerait à hauteur de 5 millions de barils.

    Lire la suite