Menu
RSS
A+ A A-

Aberdeen frappée de plein fouet par la chute des prix du pétrole

prix du petrole aberdeen (royaumeAberdeen (Royaume-Uni): A Aberdeen, le pétrole est une longue histoire pleine de hauts et de bas: la ville du nord de l'Ecosse est au creux de la vague et serre les dents en priant pour une remontée des cours de l'or noir tout en se préparant à la mort programmée de ses champs pétroliers.
La situation est critique. 65.000 emplois sur 440.000 dans l'industrie et les sous-traitants ont été supprimés. Tout Aberdeen est touché et le pire est à venir, pour certaines compagnies, 2016 est un trou noir, prédit sombrement Jake Molloy, responsable du syndicat RMT des travailleurs offshore.

Selon RMT, 12.000 travailleurs offshore ont été licenciés depuis le début de l'année.

Avant, les gars partaient travailler ailleurs, en Afrique, au Mexique ou au Canada, mais maintenant c'est pire encore ailleurs, souligne M. Molloy, alors que le prix du baril de Brent, le brut produit en mer du Nord qui fait référence internationalement, stagne autour des 50 dollars, contre 115 dollars en juin 2014.

Dans l'austère ville de granit gris du nord-est de l'Ecosse, l'inquiétude règne: hôtels et taxis sont au ralenti, et les licenciements frappent, en particulier les sous-traitants, victimes de la réduction des coûts de l'industrie.

Je savais qu'il y avait des licenciements, mais j'ai été surpris que ce soit moi qu'ils choisissent, je travaillais dur depuis des années, raconte Raymond Lovie, 48 ans, employé par Subsea 7, spécialisé dans la fabrication d'infrastructures sous-marines pour les champs pétroliers.

Victime d'un accident du travail à Pointe Noire (Congo), le pied cassé, il a été remercié dans la foulée, un coup dur alors qu'il vient d'adopter un petit garçon, explique-t-il la gorge serrée dans son petit pavillon.

Le jeune député d'Aberdeen du parti indépendantiste écossais SNP, Callum McCaig, 30 ans, reconnaît une situation difficile mais relativise en soulignant que le taux de chômage est plus bas à Aberdeen qu'ailleurs en Ecosse.

Le SNP, qui vient de tenir congrès à Aberdeen, suit les cours du pétrole attentivement puisque l'Etat écossais indépendant auquel il aspire serait largement financé par cette manne aux revenus fluctuants.

- Le déclassement des plateformes, prochain enjeu en mer du Nord -

Outre son coût social élevé, le bas prix du baril va précipiter la fermeture de puits à l'exploitation devenue trop onéreuse, une opération, appelée déclassement, qui implique le démantèlement des plateformes.

La mer du Nord, où l'activité a démarré dans les années 70 et 80, va ainsi servir de terrain de jeu à la plus grande opération jamais entreprise en la matière.

C'est un processus qui va prendre entre 30 à 40 ans et coûter entre 50 et 60 milliards de livres. Et le déclassement ne va pas renverser la tendance à la baisse de l'emploi si l'industrie continue à rétrécir, souligne auprès de l'AFP Chris Young, auteur d'un rapport sur ce sujet pour la société d'audit et de conseil fiscal KPMG.

Pour lui, le démantèlement des plateformes est un enjeu stratégique et l'industrie doit se lancer dans le processus sans trop attendre.

L'autorité du secteur, liée au gouvernement, est plus prudente, craignant un effet domino car la fermeture de certains puits rend plus onéreuse l'exploitation des autres, ce qui risque à son tour d'entraîner leur fermeture.

D'après une étude de Wood McKenzie, 140 champs pétroliers pourraient toutefois être déclassés d'ici cinq ans, et même si le baril remontait à 70 dollars, 50 champs cesseront leur activité plus tôt que prévu. Parallèlement, les nouveaux forages ne cessent de diminuer --14 nouveaux champs pétroliers seulement en 2014 et sans doute moins en 2015.

Le déclassement est inévitable mais ce n'est pas forcément une mauvaise chose. Cela va donner beaucoup de travail à l'industrie des services, estime Colin Welsh, qui dirige la banque d'investissement Simmon and Co.

L'enjeu pour Aberdeen est de récupérer les emplois créés.

Callum McCaig a ainsi demandé au gouvernement que les allègements fiscaux concédés à l'industrie aient pour contrepartie des emplois réservés aux Ecossais.

Le déclassement est l'occasion d'ouvrir une nouvelle phase pour Aberdeen, de développer des technologies et du savoir faire. Sauf si on emmène les plateformes en Corée du Sud pour y être démantelées comme je l'entends dire. Ce serait très bien pour la Corée mais pas pour Aberdeen!, souligne-t-il.

fb/eg/jr/ggy

SUBSEA 7



(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 20 août 2018 à 22:07

Le pétrole monte, profitant d'un apaisement des tensions géo…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont avancé lundi, profitant d'un apaisement des tensions entre Pékin et Washington et d'une accalmie...

lundi 20 août 2018 à 16:05

Le pétrole monte mais le marché reste prudent

Londres: Les cours du pétrole montaient légèrement lundi en cours d'échanges européens mais la tendance à la baisse des prix depuis début...

lundi 20 août 2018 à 15:52

Les prix des carburants en ordre dispersé

Paris: Les prix des carburants routiers vendus dans les stations-service françaises ont évolué en ordre dispersé la semaine dernière, le gazole progressant...

lundi 20 août 2018 à 12:12

Le pétrole monte un peu dans un marché inquiet

Londres: Les prix du pétrole montaient légèrement lundi en cours d'échanges européens mais la tendance à la baisse des prix depuis début...

lundi 20 août 2018 à 11:58

Sanctions américaines: le géant pétrolier Total s'est offici…

Téhéran: Le géant pétrolier français Total s'est officiellement désengagé de ses projets d'investissements de plusieurs milliards de dollars en Iran, une conséquence...

lundi 20 août 2018 à 06:36

Le pétrole orienté à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, lundi, après avoir bouclé vendredi une septième semaine d'affilée dans le rouge...

vendredi 17 août 2018 à 21:52

Le pétrole regagne du terrain mais finit la semaine en retra…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole, aidés par deux dossiers commerciaux impliquant les Etats-Unis, la Chine et le Mexique, ont progressé...

vendredi 17 août 2018 à 16:19

Le pétrole regagne du terrain mais reste en repli hebdomadai…

Londres: Les cours du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

vendredi 17 août 2018 à 12:13

Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

Londres: Les prix du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite