Menu
A+ A A-

Le pétrole grimpe une fois l'accord sur le nucléaire iranien digéré

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole se reprenaient mardi en fin d'échanges européens, une fois l'annonce d'un accord sur le nucléaire iranien et ses conséquences pour le marché du pétrole digérés par les marchés, après avoir débuté la séance européenne sous pression.
Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 58,38 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 53 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance gagnait 72 cents à 52,92 dollars.

La réaction des prix du pétrole après la conclusion de l'accord, en début d'échanges européens, a d'abord été vive, avec une forte baisse des cours, mais les marchés se sont vite calmés une fois l'annonce digérée, même si les cours restaient sous la pression de la surabondance d'offre sur les marchés.

La décision était attendue, notaient plusieurs analystes dont ceux de Saxo Bank et de BNP Paribas, et jusqu'à un certain point déjà intégrée dans les prix.

Le peu de réaction des investisseurs à propos de l'Iran s'explique par le fait qu'ils savent très bien que l'accord va prendre du temps à être mis en place. L'impact sur les cours ne sera perceptible que sur le long terme, soulignait Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Nous ne sommes pas au bout de nos peines en ce qui concerne la levée de sanctions contre le secteur pétrolier en Iran ses exportations, incluant les restrictions financières dans le domaine de l'assurance maritime, notaient les analystes de BNP Paribas.

Ces derniers estimaient que l'assouplissement des sanctions n'était pas synonyme d'une ouverture des vannes à pétrole iraniennes. L'accord devra être ratifié par le Congrès américain dans les prochains 60 jours et même si ce dernier n'a pas à approuver l'accord, il a le pouvoir d'en bloquer un élément central: la suspension des sanctions américaines.

De plus, l'Iran va devoir restreindre significativement son programme nucléaire avant que les sanctions des États-Unis et l'Union européenne (UE) ne soient allégées, tempérait Richard Mallinson, analyste chez Energy Aspects.

Et les obligations de l'Iran à ce niveau sont loin d'être triviales, commentaient les analystes de Fitch.

Nous nous attendons à ce que les sanctions soient levées d'ici six mois dans le meilleur des cas. C'est donc à partir de 2016 que nous devrions assister à un afflux de pétrole iranien sur le marché, notait M. Dembik.

Le ministre du Pétrole Bijan Namdar Zangeneh avait assuré en juin dernier, lors d'une réunion organisée par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), que le pays pourrait produire un million de barils de plus par jour (mbj)dans les six à sept mois qui suivraient la levée des sanctions.

Les observateurs du marché du pétrole ne sont pas aussi optimistes quant aux volumes de brut qui sortiront des puits du pays, car les installations pétrolières vieillissantes pourraient mettre un frein à un redémarrage rapide.

Charles Robertson de Renaissance Capital estimait ainsi que la production iranienne va rebondir de 750.000 barils par jour pour atteindre 4,4 mbj en 2016.

Combiné aux 19 millions de barils de pétrole stockés (en Iran), ceci devrait faire grimper les exportations iraniennes à 2,4 mbj en 2016, contre 1,6 mbj en 2014, a souligné l'analyste.

Dans un marché où l'excédent de pétrole atteint entre 1,5 et 2 mbj, malgré une demande qui se reprend, toute augmentation de l'offre mondiale est accueillie négativement par les marchés, et ce même si la levée des sanctions ne sera pas immédiate. Et le retour de l'Iran sur les marchés devrait freiner toute reprise des prix du pétrole en 2016, selon plusieurs analystes.



(c) AFP


Commenter Le pétrole grimpe une fois l'accord sur le nucléaire iranien digéré


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    lundi 18 février 2019 à 12:18

    Les prix du pétrole divergent, proches de leur plus haut en …

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts niveaux depuis novembre, dopés...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite