Menu
A+ A A-

Pétrole: l'Opep opte pour le statu quo

prix du petrole vienneVienne: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a maintenu, comme attendu, son plafond de production collectif à 30 millions de barils par jour (mb/j) malgré la surabondance d'or noir sur les marchés.
Le cartel a décidé de maintenir son plafond et demande aux pays membres de s'y conformer. En se mettant d'accord sur cette décision, les pays membres ont confirmé leur engagement pour un marché du pétrole stable et équilibré, a annoncé l'Opep.

La décision du cartel était largement attendue car lors de sa dernière réunion en novembre l'Opep avait laissé son plafond de production inchangé, dans l'objectif de contenir la production des pays hors-Opep et de stimuler la demande.

Et le ralentissement de la production de pétrole non-conventionnel, comme le pétrole de schiste aux États-Unis et le pétrole de sable bitumineux au Canada, a été vu comme une victoire pour l'organisation.

Du côté de la demande, Mohammed Bin Saleh Al Sada, Ministre de l'Energie du Qatar, qui a présidé la réunion a noté que les pays membres étaient rassurés par la situation économique mondiale.

La tendance générale est positive (...) et la demande devrait donc augmenter. Nous voyons une bonne tendance du côté de l'offre et de la demande, a-t-il dit.

La demande s'est notablement améliorée grâce à la baisse des prix, notamment grâce aux importations de pays comme l'Inde et la Chine qui ont profité de la baisse des cours pour remplir leurs réserves stratégiques et commerciales.

Surabondance d'offre

Mais l'offre dépasse toujours largement la demande et les cours demeurent sous pression. Plusieurs pays dont les finances souffrent de la baisse des revenus pétroliers souhaitent voir les cours augmenter.

Le ministre du Pétrole du Koweït, Ali Saleh Al-Omair, s'est dit très content de la décision du cartel, pourtant il avait indiqué la veille que si les prix n'augmentaient pas à 77 dollars le baril, le budget de son pays sera bientôt déficitaire.

D'autres pays, comme l'Angola, ont besoin d'un baril à 80 dollars, et à la sortie de la réunion le ministre du pétrole angolais José Maria Vasconcelos de Botelho a lancé à la presse qu'il n'y avait pas eu de grosses discussions.

Il est vrai que lors des quatre dernières années nous avons bénéficié d'un prix du baril à 100 dollars, mais l'Opep doit faire face à une nouvelle réalité, a constaté le secrétaire général de l'Opep, Abdallah El-Badri à la conférence de presse après la réunion.

Le cartel produit actuellement 31,21 mbj de brut, bien au dessus de son objectif de production. Mais le président de la réunion a souligné à la presse que ce plafond était un objectif annuel, une moyenne. L'Opep est d'accord qu'il est important d'adhérer aux objectifs, a-t-il souligné.

Retour de l'Iran

Les membres du cartel devaient également discuter du retour de la production iranienne sur les marchés du pétrole.

Si les sanctions internationales contre l'Iran sont levées en juin, le pays pourrait produire un million de barils de pétrole par jour supplémentaires dans les six mois qui suivent, selon le ministre iranien du Pétrole.

A sa sortie de la réunion le ministre du Pétrole iranien, Bijan Namdar Zangeneh, a déclaré que le pays n'avait pas besoin d'un accord (avec l'Opep,NDLR).

Nous reviendrons sur le marché lorsque les sanctions seront levées, a-t-il dit.

Abdallah El-Badri, a indiqué lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion qu'il était trop tôt pour discuter du retour de l'offre iranienne.

L'Iran a le potentiel, la main d'oeuvre, le pays peut produire. Lorsque le temps viendra nous étudierons leur demande, a-t-il ajouté.



(c) AFP

Commenter Pétrole: l'Opep opte pour le statu quo


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite