Menu
RSS
A+ A A-

Après l'Angleterre, Total va s'attaquer au raffinage en France

prix-du-petrole ParisParis: Les suppressions de postes annoncées à la raffinerie de Total en Angleterre augurent de coupes similaires dans le secteur mal en point du raffinage en France, où le géant pétrolier entend reconvertir certains sites vers des activités énergétiques d'avenir, comme les biocarburants.
Total a annoncé jeudi une réduction de moitié de la capacité de raffinage de son site anglais de Lindsey, qu'il avait en vain tenté de revendre dans le passé, avec à la clé 180 suppressions de postes sur 580.

Mais la bonne nouvelle, c'est que le site est sauvé. La raffinerie de Lindsey sera certes plus petite, mais ce sera une raffinerie plus convertissante et plus rentable, explique à l'AFP le patron de la branche raffinage-chimie du premier raffineur européen, Philippe Sauquet.

Depuis plusieurs mois, à coup d'interviews dans la presse, les dirigeants de Total ont prévenu qu'une réorganisation de leur outil de raffinage en Europe était inévitable, face à la surcapacité chronique du secteur.

La capacité excédentaire est évaluée entre 1,5 à 2 millions de barils par jour (mbj) sur un total d'environ 14 mbj, soit l'équivalent d'une dizaine de raffineries.

Le secteur, dont certains sites tournent à perte, est pris en étau entre une demande intérieure déclinante et une concurrence croissante du Moyen-Orient et de l'Amérique du Nord, où les coûts sont moindres et les normes environnementales moins contraignantes.

La France ne sera pas épargnée, où les cinq raffineries exploitées par le groupe emploient environ 3.800 personnes et perdent 200 millions d'euros par an, dont 150 millions pour le seul site de La Mède (Bouches-du-Rhône), en difficulté comme celui de Donges (Loire-Atlantique).

Le raffinage hexagonal souffre aussi d'une production structurellement inadaptée à la demande: les raffineries produisent trop d'essence et pas assez de gazole, un carburant qui représente plus de 80% des volumes écoulés dans les stations-service du pays.

- Annonces en avril -

Comme par le passé, il pourra y avoir des réductions de postes, mais aucun licenciement, assure M. Sauquet. Pour nous, il est essentiel, si nous réduisons les capacités et le nombre de postes sur certains sites, de le faire en essayant de minimiser l'impact social et en redéveloppant un tissu industriel qui permette de reclasser tout le monde.

Total devrait présenter son plan pour l'Hexagone au mois d'avril. Mais pas question de fermeture de site comme celle de la raffinerie des Flandres, à Dunkerque (Nord), arrêtée en 2010: le groupe envisage plutôt des reconversions industrielles.

On a plutôt en tête le modèle qu'on a fait dans le domaine de la pétrochimie pour Carling où il y a eu des investissements, des réductions de capacités, mais pas de fermeture de site, détaille le dirigeant en rappelant la transformation de cette plateforme pétrochimique en centre européen de production de résines d'hydrocarbures, qui s'accompagne toutefois de la suppression de 210 emplois.

Nous voulons développer de nouvelles activités, bien sûr. On souhaite que ce soit des activités d'avenir dans le domaine énergétique, poursuit-il, citant notamment les biocarburants, seul ou en partenariat. Total produit déjà des biocarburants. A l'avenir, il sera peut-être question d'en faire un peu plus.

La chute de plus de 50% des cours de l'or noir, matière première des raffineries, n'offre qu'un répit temporaire au secteur. Il y a un tout petit effet sur la demande, mais il est limité. La forte concurrence fait que les marges vont s'adapter. Cela ne change absolument pas notre vision stratégique sur le long terme et cela ne remet pas en cause ce que nous proposerons au printemps, insiste Philippe Sauquet.

Le complexe de Gonfreville-l'Orcher (Seine-Maritime) devrait être épargné: il figure parmi les six grandes plateformes intégrées (raffinage-pétrochimie) considérées comme clés par Total, avec Anvers (Belgique), Jubail (Arabie saoudite), Daesan (Corée du Sud), Ras Laffan (Qatar) et Port Arthur (Etats-Unis).

mpa/fka/jpr

TOTAL







La Compagnie pétrolière française Total

Le Français Total s'est officiellement désengagé d'Iran

lundi 20 août 2018

Téhéran: Le géant pétrolier français Total s'est officiellement désengagé de ses projets d'investissements de plusieurs milliards de dollars en Iran, après le rétablissement des sanctions américaines contre ce pays, a annoncé lundi le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar...


-Voir les actualités de la compagnie pétrolière Total

Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 20 août 2018 à 12:12

Le pétrole monte un peu dans un marché inquiet

Londres: Les prix du pétrole montaient légèrement lundi en cours d'échanges européens mais la tendance à la baisse des prix depuis début...

lundi 20 août 2018 à 11:58

Le Français Total s'est officiellement désengagé d'Iran

Téhéran: Le géant pétrolier français Total s'est officiellement désengagé de ses projets d'investissements de plusieurs milliards de dollars en Iran, après le...

lundi 20 août 2018 à 06:36

Le pétrole orienté à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, lundi, après avoir bouclé vendredi une septième semaine d'affilée dans le rouge...

vendredi 17 août 2018 à 21:52

Le pétrole regagne du terrain mais finit la semaine en retra…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole, aidés par deux dossiers commerciaux impliquant les Etats-Unis, la Chine et le Mexique, ont progressé...

vendredi 17 août 2018 à 16:19

Le pétrole regagne du terrain mais reste en repli hebdomadai…

Londres: Les cours du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

vendredi 17 août 2018 à 12:13

Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

Londres: Les prix du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

vendredi 17 août 2018 à 07:57

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère baisse, vendredi en Asie, les investisseurs demeurant prudents quant à la perspective de...

jeudi 16 août 2018 à 22:05

Le pétrole se remet modestement d'une lourde chute

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole sont un peu remontés jeudi, dans un marché peinant à se ressaisir après des pertes...

jeudi 16 août 2018 à 16:08

Le pétrole efface une partie de ses pertes dues aux réserves…

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en cours d'échanges européens dans un marché peinant à se ressaisir après les pertes marquées...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite