Menu
RSS
A+ A A-

Le rééquilibrage du marché pétrolier pourrait tarder, notamment à cause de l'Iran

prix-du-petrole ParisParis: La résorption de la surabondance de pétrole sur le marché pourrait prendre plus de temps que prévu, du fait notamment de l'accord sur le nucléaire iranien qui laisse présager une nouvelle hausse de la production, a estimé mercredi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).
Le rééquilibrage du marché du pétrole, dont les prix se sont effondrés au second semestre 2014, pourrait n'en être qu'à ses débuts, avertit l'organisation dans son rapport mensuel d'avril sur le pétrole.

L'agence basée à Paris souligne que la visibilité sur les perspectives du marché, loin de s'améliorer, a eu tendance à se réduire au cours des dernières semaines, du fait d'un environnement en constante évolution.

Principal fait nouveau depuis son précédent rapport, l'accord-cadre sur le nucléaire iranien signé le 2 avril change sensiblement la donne, car il ouvre la voie à une levée de l'embargo américain et européen sur les exportations d'hydrocarbures du pays.

L'une des nombreuses questions en suspens sur le marché aujourd'hui est à quelle vitesse la production et les exportations de l'Iran monteront en puissance si un accord définitif est signé?, note l'organisation.

L'Iran, qui a produit 2,8 millions de barils par jour (mb/j) au mois de mars, est capable en théorie de produire pas moins de 3,4 mb/j à 3,6 mb/j dès quelques mois après la levée des sanctions, estime-elle.

Le pays, membre de l'OPEP, a par ailleurs accumulé d'importants stocks, estimés à au moins 30 millions de barils, qui pourraient arriver sur le marché encore plus rapidement.

Dans le même temps, la perspective du retour de l'Iran pourrait déjà avoir encouragé d'autres producteurs à relever leur offre pour prendre des positions sur le marché avant cette échéance, ajoute l'AIE.

Or ces évolutions interviennent dans une situation où l'offre est déjà surabondante. L'AIE estime ainsi qu'au premier trimestre 2015, elle s'est établie à 94,5 millions de barils par jour, alors que la demande atteignait en moyenne 93 mb/j.

Au début du mois, l'agence américaine pour l'énergie (EIA) calculait qu'une levée des sanctions la conduirait à réduire de 5 à 15 dollars sa prévision du prix du pétrole en 2016. L'agence voit actuellement le baril de Brent à 75 dollars l'an prochain, et le WTI, à 70 dollars.

Autres facteurs qui maintiennent les cours sous pression: le niveau élevé du dollar, qui rend le brut libellé en dollars plus cher pour les détenteurs d'autres devises, et le niveau record des stocks aux Etats-Unis, observe l'AIE.

Les cours du pétrole brut ont perdu environ 50% de leur valeur depuis juin 2014, malgré un léger rebond depuis le début de l'année.

Le baril de WTI échangé à New York s'échangeait mercredi autour de 54 dollars, tandis que le Brent à Londres évoluait au-dessus de 60 dollars.

- Production nord-américaine freinée -

A plus court terme, l'AIE, a toutefois revu en baisse sa prévision de la production des pays non-Opep pour 2015, du fait des perspectives moins positives pour la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis et de sable bitumineux au Canada (freinée par la chute des cours), ainsi qu'en raison du conflit au Yémen, qui a divisé par deux la production du pays.

Elle prévoit désormais que la production hors-Opep croîtra de 630.000 barils par jour, contre une hausse de 750.000 estimée le mois dernier, à 57,4 mb/j.

L'Opep a de son côté un plafond officiel de production de 30 mb/j. En mars, elle a cependant atteint 31,02 mb/j, l'Arabie saoudite ayant porté sa production à des niveaux records tandis que celle de l'Irak et de la Libye a fortement rebondi.

Du côté de la demande, l'AIE, qui défend les intérêts des pays consommateurs, a légèrement relevé sa prévision pour 2015.

La consommation de pétrole dans le monde devrait augmenter de 1,1 million de barils par jour (mb/j) cette année pour atteindre environ 93,6 millions de mb/j, portée par des températures froides au premier trimestre et un environnement économique en nette amélioration, prévoit l'AIE.

Le mois précédent, l'organisation avait dit tabler sur une croissance de 990.000 barils par jour, à 93,5 mb/j.

Des poches inattendues de forte demande ont émergé, observe-t-elle. Mais, plus qu'une réponse au faible niveau des prix du pétrole, le rebond de la demande pourrait être lié à des achats d'opportunité ou à des fins de stockage, et pourrait donc s'avérer de courte durée.



(c) AFP




Le pétrole en Iran

-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

lundi 05 novembre 2018

Sanctions américaines: Chine, Inde et Japon autorisés à ache…

Washington: Les Etats-Unis ont autorisé huit pays, parmi lesquels la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, à continuer...

dimanche 04 novembre 2018

Sanctions contre l'Iran: le marché pétrolier sur le qui-vive…

Londres: Avec ses sanctions contre les importateurs de pétrole iranien, Washington pourrait faire basculer un marché à l'équilibre précaire et provoquer une...

vendredi 02 novembre 2018

Pétrole iranien : la Turquie parmi les pays bénéficiant d'un…

Ankara: La Turquie fait partie des pays bénéficiant d'une dérogation des Etats-Unis lui permettant de continuer à importer du pétrole iranien en...

Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 13 novembre 2018 à 16:22

Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

mardi 13 novembre 2018 à 14:12

Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

mardi 13 novembre 2018 à 12:23

L'Opep revoit la demande de pétrole en baisse, s'inquiète d…

Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, alors que...

mardi 13 novembre 2018 à 12:20

Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre …

Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne...

mardi 13 novembre 2018 à 12:02

Pour le Foll, le "gouvernement doit reculer" sur l…

Paris: Le maire du Mans Stéphane Le Foll (PS) a appelé le gouvernement à "reculer" sur la taxation des carburants et à...

mardi 13 novembre 2018 à 09:24

Au large de l'Angola, un espoir pétrolier nommé Kaombo

Au large de l'angola: La longue torchère qui s'échappe de sa proue éclaire la nuit à des milles nautiques à la ronde.Depuis...

mardi 13 novembre 2018 à 07:27

Les économies du Golfe se redressent mais restent sujettes à…

Dubaï: La croissance dans le Golfe se redressera en 2018 après une contraction l'an dernier, mais restera vulnérable en raison de la...

mardi 13 novembre 2018 à 04:11

Le pétrole chute en Asie

Singapour: Les cours du pétrole dégringolaient mardi en Asie après des déclarations du président Donald Trump réclamant des cours plus bas au...

lundi 12 novembre 2018 à 22:55

Le pétrole en petite baisse, partagé entre Ryad et Washingto…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en petite baisse lundi, applaudissant d'abord la volonté saoudienne de réduire sa production...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

Lire la suite

Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

Lire la suite

Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

Lire la suite