Menu
A+ A A-

Le pétrole baisse, lesté par un regain de pessimisme concernant l'offre mondiale

prix-du-petrole LondresLondres: Les prix du pétrole se trouvaient sous pression mardi en cours d'échanges européens, l'optimisme ayant pour le moment délaissé les marchés car les facteurs qui ont soutenus les cours en février se dissipent.
Vers 11H15 GMT (12H15 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 57,75 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 78 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance perdait 35 cents à 49,65 dollars.

Les cours du Brent, la référence européenne du brut se sont de nouveau retrouvés sous pression, s'échangeant mardi à leur plus bas niveau en presque un mois, à 57,61 dollars le baril.

Beaucoup d'analystes avaient prévenu ces dernières semaines de la faiblesse des fondations sur lesquelles s'était construit le rebond des prix de l'or noir en février, comme les violences en Libye et des achats à bon compte, car les fondamentaux du marché n'ont pas radicalement changé.

Les cours avaient perdu entre mi-juin et mi-janvier près de 60% de leur valeur, lesté par une hausse de la production aux États-Unis, impulsée par le boom du pétrole de schiste, et le maintien par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de ses objectifs de production à 30 millions de barils par jour (mbj).

La plupart des facteurs ayant supporté le Brent commencent à s'estomper, notaient les analystes de Energy Aspect.

L'offre impactée par les intempéries - comme en Irak ou au Koweït où les chargements de brut ont été retardés à cause d'une mauvaise météo en février - fait son retour sur les marchés.

Selon la banque d'affaires Goldman Sachs, la météo peu clémente, les violences et les sanctions ont retiré 885.000 barils par jours (bj) du marché en janvier/février par rapport au mois de décembre.

Et pour Goldman Sachs les combats qui se poursuivent en Libye et qui affectent les installations pétrolières du pays ne devraient plus beaucoup offrir de soutien aux prix du pétrole, car les volumes de production sont si bas, que le risque d'une nouvelle baisse est limité.

Du côté de la demande, les analystes d'Energy Aspect constataient que la période de maintenance des raffineries aux États-Unis, Europe, Russie et Asie, qui va atteindre son pic bientôt, devraient lester les cours du brut.

La capacité de raffinage (au niveau mondial, NDLR) mise hors-service pour maintenance va atteindre 5,7 millions de barils par jours en avril et 5 millions de mbj en mai, estimait-on chez Energy Aspect.

Un facteur qui pourrait particulièrement affecter la demande de brut venant de Chine, deuxième plus gros consommateur de pétrole au monde après les États-Unis.

Les données statistiques préliminaires publiées par l'administration chinoise ont fait état d'une hausse de 11% des importations de brut en Chine en février par rapport à la même période l'année dernière, à 6,6 mbj.

Mais les achats de brut en Asie ont déjà commencé à baisser significativement, et le nombre de VLCC (Very Large Crude Carriers - la plus grosse catégorie de tankers pouvant transporter entre 1,9 et 2,2 millions de barils) est tombé à son plus bas niveau en cinq mois, précisait Energy Aspect.

cv/acd/pb

INTERCONTINENTALEXCHANGE GROUP

GOLDMAN SACHS GROUP







Commenter Le pétrole baisse, lesté par un regain de pessimisme concernant l'offre mondiale



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 21 mai 2024 à 11:55

    Le pétrole glisse, ignorant le risque géopolitique au Moyen-…

    Londres: Les prix du pétrole baissaient mardi, les investisseurs s'accommodant du risque géopolitique et se concentrant sur l'absence de ruptures d'approvisionnement, les...

    mardi 21 mai 2024 à 11:08

    Nouvelle plainte à Paris contre TotalEnergies

    Paris: Trois ONG et huit personnes issues du monde entier ont déposé plainte mardi à Paris contre le géant pétrolier français TotalEnergies...

    lundi 20 mai 2024 à 21:10

    Le pétrole recule, la demande inquiète, pas l'offre

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé lundi, passant outre le décès accidentel du président iranien pour se concentrer davantage...

    lundi 20 mai 2024 à 12:25

    Le pétrole fléchit, les investisseurs scrutent le Moyen-Orie…

    Londres: Les prix du pétrole ont inversé leur tendance lundi, fléchissant légèrement, les investisseurs restant attentifs et prudents face aux développements au...

    samedi 18 mai 2024 à 15:00

    💶 Pétrole : maintien des financements, grâce aux rendements

    Analyse: Selon l’Agence internationale de l’énergie, les scénarios d’élimination du pétrole et du gaz (et la neutralité en émissions de carbone) requiert bien...

    vendredi 17 mai 2024 à 22:31

    Pétrole: les feux près des sables bitumineux du Canada font …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini en hausse vendredi, après une journée en dents de scie, poussés notamment par...

    vendredi 17 mai 2024 à 13:10

    Le pétrole hésite, pris dans de forts vents contraires

    Londres: Les cours du pétrole hésitaient vendredi, pris entre d'un côté une baisse de l'inflation américaine et des incendies menaçant l'offre canadienne...

    vendredi 17 mai 2024 à 10:50

    Totalénergies encourage ses actionnaires à soutenir Patrick …

    Paris: Le géant pétrolier Totalénergies encourage ses actionnaires à voter lors de l'assemblée générale, "afin de soutenir" la stratégie du groupe "face...

    jeudi 16 mai 2024 à 22:00

    Le pétrole en hausse après la diminution des stocks et des i…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont avancé jeudi, soutenus par le repli des stocks américains de brut, l'espoir d'un rebond...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 13 mai 2024 JPMorgan, l'une des plus grandes banques américaines, est le premier soutien financier mondial des énergies fossiles, avec un investissement d'environ 41 milliards de dollars l'année dernière, représentant une augmentation de 5,4 %.

    Comment investir dans le pétrole ?

    Le jeudi 01 décembre 2022

    Le pétrole est la matière première par excellence de ces 150 dernières années... Cet or noir qui a permis l'incroyable évolution moderne que nous connaissons dans nos vies de tous les jours autant dans l'industrie que dans le transport, pour ne citer qu’eux. Essentiel à notre niveau de vie, rare car limité, donc cher, le pétrole n’en demeure pas moins la ressource primordiale vers la transition énergétique nouvellement entamée.Ne vous y trompez pas : le baril n’a pas fini de surprendre dans les années à venir, tant dans ses niveaux de prix...

    Lire la suite

    🇺🇸 Le pétrole, premier produit d'exportation des États-Unis en 2023 ?

    Le mardi 17 octobre 2023

    New York: Le pétrole est en train de marquer un tournant historique, devenant pour la première fois la principale exportation des États-Unis cette année, illustrant l'influence croissante de la production et des exportations pétrolières américaines sur le marché mondial du pétrole.

    Lire la suite

    📈 En janvier 2024, le prix du pétrole rebondit

    Le vendredi 16 février 2024

    En janvier 2024, le prix du pétrole en euros rebondit (+3,1 % sur un mois après ‑7,3 % en décembre 2023).

    Lire la suite