Menu
A+ A A-

L'Opep ne peut plus soutenir les cours du pétrole

Prix du pétrole Emirats Arabes Unis abou dhabiabou dhabi: L'Opep ne peut enrayer la dégringolade des cours du brut qui pèse sur les budgets fragiles de la Russie et du Venezuela, car il y a trop de pétrole et une réduction de l'offre aurait peu d'effet, ont constaté plusieurs de ses membres mardi en pointant du doigt la production américaine.
On ne peut plus continuer à protéger un certain (niveau des prix), a déclaré le ministre de l'Énergie des Émirats arabes unis, Suhaïl Mazroui, en parlant de l'Opep.

Nous avons connu une surproduction, venant essentiellement du pétrole de schiste, et cela doit être corrigé, a-t-il souligné, devant le Gulf Intelligence UAE Energy Forum, à Abou Dhabi.

Selon des analystes, certains pays riches de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), comme les Émirats arabes unis, sont prêts à accepter un prix bas pour pousser les producteurs de pétrole de schiste, en premier lieu les États-Unis, hors du marché.

Le cartel a décidé fin novembre à Vienne de maintenir à 30 millions de barils par jour (mbj) son plafond de production, contribuant à l'effondrement des cours qui pourrait placer les producteurs d'hydrocarbures de schiste américains dans une situation où ils risquent de produire à perte.

- Pas de sommet de l'Opep -

Le ministre koweïtien du Pétrole, Ali al-Omaïr, a lui aussi attribué la dégringolade des cours à une surproduction d'environ 1,8 mbj combinée au ralentissement de l'économie mondiale.

On s'attend à ce que cela continue jusqu'à ce que la surproduction soit absorbée par le marché et que l'économie mondiale se reprenne. Selon les prévisions, cela n'arrivera pas avant la deuxième moitié de l'année, a-t-il déclaré.

Mardi, les prix de réference du brut sur les marchés européens et américain sont tombés à leur plus bas niveau depuis mars 2009, à 46,39 dollars le baril pour le Brent de la mer du Nord et à 44,20 dollars pour le light sweet crude (WTI).

Le ministre koweïtien a pourtant écarté la tenue d'une réunion d'urgence de l'Opep. Il a souligné que même si l'organisation procédait à une réduction de production de 500.000 voire d'un million de barils par jour, cela ne calmerait pas le marché car elle ne ne serait même pas égale à la surproduction qui existe actuellement sur le marché.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a lui aussi affirmé mardi qu'il n'y aurait pas de sommet des membres de l'Opep dans les prochaines semaines. Même si cette stratégie ne fait pas que des heureux au sein même du cartel.

- Venezuela et Russie fragilisés -

Le Venezuela et l'Iran souffrent de la chute des prix du brut, alors que l'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep, se refuse à baisser la production du cartel pour soutenir les prix, lasse de supporter la majeure partie des coupes.

Le président iranien Hassan Rohani a assuré mardi que l'économie de son pays pouvait surmonter la chute des cours, et a prévenu les partisans d'une baisse des prix qu'ils souffriront plus que l'Iran.

Côté vénézuélien, M. Maduro est quant à lui arrivé à Alger dans la nuit de lundi à mardi pour une visite d'Etat centrée sur la chute des prix du pétrole, après être allé plaider sa cause en Arabie saoudite.

Les finances de son pays souffrent de la chute des cours du pétrole et l'agence de notation financière Moody's a annoncé avoir abaissé de deux crans à Caa3 la note de la dette du Venezuela, estimant que le risque de faillite de cet important producteur de pétrole avait nettement augmenté.

L'agence de notation financière Fitch a évalué que le Venezuela avait besoin d'un baril à environ 115 dollars pour équilibrer son budget.

D'autres pays, hors Opep, comme la Russie souffrent également du plongeon de près de 60% subi par les cours depuis la mi-juin.

Le pétrole assure, avec le gaz, plus de la moitié des revenus de l'État russe, et la chute des cours combinée à des sanctions économiques sans précédent contre Moscou a plongé le pays dans la crise.

Le rouble a perdu environ 16% depuis le début de l'année face au dollar, après une chute de 41% en 2014.

Fin décembre, le ministre des Finances Anton Silouanov avait prévenu qu'avec un baril de pétrole à 60 dollars, l'économie russe pourrait subir une contraction de 5% de son produit intérieur brut en 2015 (après +0,6% estimé en 2014) et l'État enregistrer un déficit budgétaire de 3% du PIB après plusieurs années proche de l'équilibre.

La décision de l'Opep a enseigné une leçon aux marchés: (une baisse de production de) l'Arabie saoudite et l'ensemble du cartel ne doit plus être considérés comme acquise. Le développement de projets pétroliers à n'importe quel prix devra être surveillé de plus près maintenant que l'Arabie saoudite ne joue plus le rôle de stabilisateur des prix, commentaient les analystes d'Energie Aspect.

burs-ak/oh/mh/feb/spi/abb/cv/pn







Commenter L'Opep ne peut plus soutenir les cours du pétrole


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 14 novembre 2018 à 12:26

    Le pétrole en légère hausse, la surabondance de l'offre inqu…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens mais les investisseurs se focalisaient sur le déséquilibre du marché...

    mercredi 14 novembre 2018 à 11:42

    Pétrole: l'AIE voit la progression des stocks d'un bon oeil …

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a confirmé mercredi ses prévisions de croissance de la demande de pétrole et jugé favorablement la...

    mercredi 14 novembre 2018 à 11:30

    Prix des carburants: hausse de taxe maintenue, mais des mesu…

    Paris: Elargissement du chèque énergie, super prime à la conversion pour les ménages modestes, le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé mercredi...

    mercredi 14 novembre 2018 à 04:30

    Le pétrole poursuit sa chute en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de dégringoler en Asie mercredi du fait des inquiétudes sur un trop plein d'offre sur le...

    mardi 13 novembre 2018 à 22:18

    L'Opep s'inquiète d'un pétrole trop abondant et fait déraper…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, entraînant une...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:50

    Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en oct…

    Caracas: La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:15

    Le prix du baril de brut new-yorkais accuse sa pire chute de…

    NYC/Cours de clôture: Les prix des barils de pétrole brut cotés à New York et Londres ont plongé mardi à la clôture...

    mardi 13 novembre 2018 à 16:22

    Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

    Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

    mardi 13 novembre 2018 à 14:12

    Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

    Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

    Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite