Menu
A+ A A-

L'Opep ne peut plus protéger le prix du baril

prix-du-petrole abou dhabi (emirats arabes unis)Abou dhabi (emirats arabes unis) : L'Opep ne peut plus protéger le prix du baril de pétrole, en dégringolade depuis juin, a constaté mardi le ministre de l'Energie des Emirats arabes unis, Suhaïl Mazroui.
Selon des analystes, certains pays riches de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) comme les Emirats arabes unis, sont prêts à accepter un prix bas pour pousser les producteurs de pétrole de schiste, en premier lieu les Etats-Unis, hors du marché.

On ne peut plus continuer à protéger un certain (niveau des prix), a déclaré le ministre, lors d'un forum sur l'industrie pétrolière à Abou Dhabi, en parlant de l'Opep.

Le cartel a décidé fin novembre à Vienne de maintenir à 30 mbj son plafond de production, contribuant à l'effondrement des cours qui pourrait placer les producteurs d'hydrocarbures de schiste américains dans une situation où ils risquent de produire à perte.

- Pétrole de schiste en cause

Nous avons connu une surproduction, venant essentiellement du pétrole de schiste, et cela doit être corrigé, a-t-il souligné, devant le Gulf Intelligence UAE Energy Forum.

Cette stratégie ne fait pas que des heureux au sein même de l'Opep. Le président iranien Hassan Rohani a assuré mardi que l'économie de son pays pouvait surmonter la chute des cours, et a prévenu les partisans d'une baisse des cours qu'ils souffriront plus que l'Iran.

Ceux qui ont planifié la baisse des prix du pétrole contre certains pays devraient savoir qu'ils le regretteront, a déclaré M. Rohani lors d'un discours à Bouchehr, sur la côte du Golfe.

Les prix du pétrole continuaient de chuter mardi en cours d'échanges européens, après notamment les propos du ministre émirati.

Vers 11H40 GMT (12H40 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 47,03 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,67 dollar par rapport à la clôture de lundi. Vers 08H00 GMT, il est même tombé à un nouveau plus bas depuis mars 2009, à 46,54 dollars.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance perdait 1,40 dollar à 44,66 dollars. Vers 11H10 GMT, la référence du brut américaine est descendue à 44,20 dollars, son plus bas niveau depuis mars 2009.

Alors que les prix du WTI tombent sous les 45 dollars, et avec le Brent qui s'en approche, on dirait toujours qu'il n'y a pas de fin en vue à la chute des prix du pétrole, a commenté Ole Hansen, analyste chez Saxo Banque.

Ce très fort replis pose problème à plusieurs pays, dont le Venezuela. Le président Vénézuélien Nicolas Maduro est arrivé dans la nuit de lundi à mardi à Alger pour une visite d'Etat centrée sur la chute des prix du pétrole, après être allé plaider sa cause dimanche en Arabie saoudite.

Au cours de sa visite, M. Maduro doit s'entretenir avec son homologue Abdelaziz Bouteflika pour tenter de mettre sur pied une concertation entre les deux pays sur les prix du pétrole.

- Appel aux pays non membres de l'OPEP

M. Mazroui a indiqué que son pays était inquiet du déséquilibre entre l'offre et la demande sur le marché pétrolier, affirmant cependant qu'il ne pouvait en être le seul responsable.

Il faisait allusion à l'augmentation de la production des pays non membres du cartel alors que la production de pétrole et de gaz liquide de schiste américaine a explosé ces dernières années, imposant une nouvelle donne au marché mondial. Avec 9 millions de barils par jour (mbj), les Etats-Unis se retrouvent maintenant concurrents directs de l'Arabie saoudite et de la Russie pour la place de premier producteur mondial d'hydrocarbures.

Le ministre émirati a souhaité une rationalisation de la production des pays non membres de l'Opep, en insistant sur le fait que le niveau actuel des prix ne pouvait être maintenu.

Nous disons au marché et aux autres producteurs d'être rationnels, de suivre l'Opep et d'agir pour une croissance du marché, a-t-il déclaré.

Le ministre émirati a souligné que si l'Opep venait à réduire sa production, d'autres producteurs prendraient sa place sur le marché et qu'une telle mesure n'aurait pas d'effet sur les prix.

Le pétrole de schiste ajoute près de 4 millions de barils par jour sur le marché en provenance des Etats-Unis et on prévoit 4 millions de barils supplémentaires en 2020, a déclaré M. Mazroui. Mais cette production ne pourrait pas être assurée aux prix actuels.




Commenter L'Opep ne peut plus protéger le prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 19 novembre 2018 à 09:47

    Nouveaux rassemblements de "gilets jaunes", des dé…

    Paris: Plusieurs rassemblements de "gilets jaunes", qui souhaitent pérenniser leur mouvement contre la hausse des taxes contre les carburants, perturbaient à nouveau...

    lundi 19 novembre 2018 à 04:24

    Le pétrole en hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient en hausse lundi en Asie, portés par les espoirs que l'Opep et ses partenaires vont agir...

    dimanche 18 novembre 2018 à 17:54

    Bulgarie: blocage des routes contre la hausse du prix des ca…

    Sofia: Des milliers de Bulgares ont bloqué dimanche les principaux axes routiers et les postes-frontière entre la Bulgarie et la Turquie et...

    dimanche 18 novembre 2018 à 16:36

    Sulzer: le prix du pétrole n'inquiète pas le CEO, Vekselberg…

    Zurich: Le directeur général (CEO) de Sulzer, Greg Poux-Guillaume, affirme que malgré les récentes turbulences autour du prix du pétrole, son groupe...

    dimanche 18 novembre 2018 à 14:45

    Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal", mai…

    Paris: Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal" mais son "devoir" est de transformer l'économie pour la rendre moins dépendante du pétrole, a...

    samedi 17 novembre 2018 à 19:40

    Burkina: appel à une grève générale contre la hausse de l'es…

    Ouagadougou: Des syndicats et organisations de la société civile burkinabè ont appelé samedi à une grève générale et une journée de protestation...

    vendredi 16 novembre 2018 à 21:52

    Le pétrole chute pour la sixième semaine de suite

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé vendredi, n'empêchant toutefois pas une sixième chute hebdomadaire de suite...

    vendredi 16 novembre 2018 à 16:14

    Le pétrole monte sans effacer ses pertes sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:45

    Bagdad et les Kurdes vont reprendre l'exportation en Turquie…

    Kirkouk (irak): Le gouvernement fédéral et le Kurdistan irakiens se sont mis d'accord pour reprendre l'exportation vers la Turquie du pétrole de...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite