Menu
A+ A A-

Le pétrole tombe sous 50 dollars le baril à New York pour la première fois depuis 2009

prix-du-petrole New YorkNew York: Après six mois de chute, les cours du pétrole sont tombés lundi pour la première fois depuis presque six ans sous la barre des 50 dollars le baril à New York, dans un marché toujours inquiet de la surabondance d'offre et les doutes de la demande mondiale.
Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en février est descendu jusqu'à 49,95 dollars vers 16H30 GMT, un niveau qu'il n'avait pas atteint depuis le 1er mai 2009, date à laquelle il avait baissé jusqu'à 48,01 dollars.

Les cours se sont ensuite un peu redressés, à 50,37 dollars vers 17H00 GMT, mais étaient toujours en baisse par rapport à leur clôture de vendredi.

Maintenant que le marché est de retour après la période des fêtes, les investisseurs assimilent plusieurs éléments, dont l'engagement de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), en premier lieu l'Arabie saoudite, à maintenir leur production à de très hauts niveaux, a expliqué Bart Melek, de Head of Commodiety Strategy TD Services.

Nous observons aussi une forte production en Russie, et rien ne laisse attendre une baisse conséquente de l'offre de pétrole de schiste aux Etats-Unis, a-t-il ajouté.

En effet, en Russie, la production de pétrole a atteint un record en décembre, selon des analystes. Nous nous attendons à ce que la production de (pétrole et gaz) russe atteigne 10,9 millions de barils par jour en 2014, en hausse de 0,5% par rapport à 2013, avaient noté avant l'ouverture les analystes de JBC Energy.

A cette pression liée à l'excès d'offre, s'ajoutent les inquiétudes sur la demande mondiale, alors que pendant les fêtes, des chiffres peu encourageants sont venus d'Europe et de Chine, notamment de très médiocres indicateurs manufacturiers, a souligné John Kilduff, d'Again Capital.

- Jusqu'à 40 dollars

Non seulement le marché du pétrole doit composer avec une offre surabondante, mais il doit aussi subir une chute de l'euro, remarque Phil Flynn. Les inquiétudes sur une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro (...) font tomber l'euro à son plus bas niveau depuis mars 2006.

La baisse de la monnaie européenne renforce le dollar, ce qui rend le marché du pétrole moins intéressant pour les investisseurs car les échanges y sont libellés en monnaie américaine.

Les marchés craignent l'issue d'un scrutin législatif anticipé le 25 janvier en Grèce. Favorite, la gauche radicale a prévenu qu'elle mettrait fin à l'austérité défendue par l'Allemagne, en cas de victoire, rappelle Phil Flynn.

Enfin, sur le plan de la demande, on n'attend pas vraiment d'amélioration au niveau mondial, commente Bart Melek.

Déjà peu optimiste, le marché a été refroidi pendant les fêtes (par) des chiffres peu encourageants venus d'Europe et de Chine, notamment de très médiocres indicateurs manufacturiers, renchérit John Kilduff, d'Again Capital.

Selon un indicateur officiel publié le jour de l'An, l'activité manufacturière en Chine, deuxième consommateur mondial de pétrole, a ralenti le mois dernier, à son plus faible rythme de croissance de 2014, en raison de la faiblesse de la demande.

Pour la même période, la zone euro n'a elle enregistré qu'une faible croissance de son activité, et la situation est notamment préoccupante en Allemagne qui ne joue plus son rôle de moteur économique et en France, où l'activité continue de se contracter.

Pour les experts, cette conjonction d'éléments permet difficilement de prévoir à quel niveau les prix du pétrole arrêteront leur chute, et beaucoup d'entre eux jugent que le marché est en quête d'un plancher.

Les opérateurs ont pour le moment une seule borne explicitement en tête, à savoir la zone basse des 40 dollars le baril qui a été délimitée par l'Opep il y a plusieurs semaines, juge Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Selon un indicateur officiel publié le jour de l'An, l'activité manufacturière en Chine a ralenti le mois dernier, à son plus faible rythme de croissance de 2014, en raison de la faiblesse de la demande, confirmant la conjoncture maussade dans la deuxième économie mondiale.

La Chine est le deuxième consommateur mondial d'or noir.



Commenter Le pétrole tombe sous 50 dollars le baril à New York pour la première fois depuis 2009


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite