Menu
A+ A A-

Le pétrole poursuit sa chute après les prévisions de l'AIE sur la demande

prix-du-petrole LondresLondres: Les prix du pétrole décrochaient en cours d'échanges européens, alors que l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a revu à la baisse ses prévisions de croissance de la demande de pétrole pour 2015.
Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 62,95 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 73 cents par rapport à la clôture de jeudi. La référence européenne du brut est tombée vers 09H20 GMT à un nouveau plus bas depuis juillet 2009, à 62,75 dollars.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance perdait 91 cents à 59,04 dollars. Vers 09H20 GMT le cours du WTI a plongé à son plus bas niveau depuis mai 2009, à 58,80 dollars.

Les prix du pétrole continuent de dominer les marchés après la baisse des prévisions de la demande de l'AIE pour la quatrième fois en cinq mois, commentait Alastair McCaig, analyste chez IG.

Le WTI a dévissé vendredi après la sortie du rapport mensuel de l'AIE qui prévoit une croissance de la demande plus timide en 2015 qu'escomptée, alors que les stocks de brut et de produits pétroliers augmentent.

La croissance de la demande devrait se raffermir en 2015, par rapport à 2014, mais cette accélération semble désormais plus modeste qu'anticipé précédemment, au vu du rythme de plus en plus hésitant de la reprise économique mondiale, expliquait l'AIE.

La consommation de pétrole devrait croître de 900.000 barils par jour l'an prochain pour atteindre 93,3 millions de barils par jour (mbj), contre une anticipation précédente de 93,6 mbj, a détaillé l'agence basée à Paris dans son rapport mensuel de décembre.

À cela s'ajoute la suppression des subventions publiques aux produits pétroliers dans certains pays et le renchérissement du dollar, qui rend plus chers leurs achats en devise locale, et une faible progression des salaires dans les pays développés de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Dans certains pays émergents, comme l'Inde ou l'Indonésie, l'effet d'une augmentation de la demande créée par la chute des cours du pétrole est différé car ces pays en profitent pour réévaluer leurs subventions sur les produits pétroliers pour renflouer leurs budgets.

Il va falloir un certain temps à l'offre pour réagir à la baisse des prix et se rééquilibrer, commentaient les analystes de Commerzbank.

Selon l'AIE, les prix bas du pétrole n'auront pas d'effet à court terme sur la production, qui nécessite un certain temps d'adaptation et reste soutenue aux États-Unis et dans les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), malgré un repli en novembre par rapport au mois précédent.

L'équilibre entre l'offre et la demande mondiale indique que les stocks de pétrole pourraient augmenter de 297 millions de barils pendant le premier semestre 2015, a noté l'AIE dans son rapport. Ceci pourrait tester les limites de la capacité à stocker de l'OCDE, commentait l'agence.

L'année 2015 pourrait même marquer le retour du stockage de pétrole en mer sur des bateaux, comme lors de la crise en 2008, notait d'ailleurs Abhishek Deshpande, analyste chez Natixis.

Il n'y a tout simplement pas de fin à la dégringolade des prix du pétrole, commentaient les analystes de Commerzbank. Les cours du pétrole ont perdu 45% depuis le mois de juin et pourraient continuer leur spirale descendante, d'après des analystes, lestés par l'afflux de nouvelles négatives.

Pour le Brent, maintenant que le palier des 65 dollars a été franchi, il va être beaucoup plus difficile pour les investisseurs de prédire le plancher du cours, d'autant plus que toutes les informations concernant le pétrole sont un nouveau camouflet pour la matière première, notait Connor Campbell, analyste chez Spreadex.







Commenter Le pétrole poursuit sa chute après les prévisions de l'AIE sur la demande


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 13 novembre 2018 à 22:18

    L'Opep s'inquiète d'un pétrole trop abondant et fait déraper…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, entraînant une...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:50

    Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en oct…

    Caracas: La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:15

    Le prix du baril de brut new-yorkais accuse sa pire chute de…

    NYC/Cours de clôture: Les prix des barils de pétrole brut cotés à New York et Londres ont plongé mardi à la clôture...

    mardi 13 novembre 2018 à 16:22

    Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

    Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

    mardi 13 novembre 2018 à 14:12

    Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

    Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:23

    L'Opep revoit la demande de pétrole en baisse, s'inquiète d…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, alors que...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:20

    Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre …

    Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:02

    Pour le Foll, le "gouvernement doit reculer" sur l…

    Paris: Le maire du Mans Stéphane Le Foll (PS) a appelé le gouvernement à "reculer" sur la taxation des carburants et à...

    mardi 13 novembre 2018 à 09:24

    Au large de l'Angola, un espoir pétrolier nommé Kaombo

    Au large de l'angola: La longue torchère qui s'échappe de sa proue éclaire la nuit à des milles nautiques à la ronde.Depuis...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

    Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite