Menu
A+ A A-

Total souffre toujours malgré le rebond du raffinage

prix-du-petrole ParisParis: Total, désormais sans son patron charismatique Christophe de Margerie, a vu mercredi ses résultats encore se contracter au troisième trimestre, toujours pénalisés par une production en repli et malgré le rebond du raffinage et les effets encore peu sensibles de la baisse des cours du brut.
De juillet à septembre, le bénéfice net a reculé de 6% à 3,46 milliards de dollars, pour un chiffre d'affaires également en repli de 2% à 60,36 milliards de dollars.

Le résultat net ajusté, mesure très suivie par le marché, et qui exclut des éléments volatils, a baissé de 2% à 3,56 milliards de dollars, s'affichant cependant au dessus des attentes des analystes.

Total a également annoncé le renforcement de son dividende, avec un accompte au titre du troisième trimestre porté à 0,61 euro, contre 0,59 au trimestre précédent.

Les marchés ont plutôt bien reçu ces annonces, avec un cours en hausse de 1,40% à 9H56 peu après l'ouverture de la Bourse de Paris, dans un marché stable (-0,01%).

Nous avons eu une bonne résistance de l'Amont malgré la baisse des prix du brent et une très bonne performance du raffinage-chimie où toutes les usines ont marché alors même que les marges du raffinage étaient bonnes, s'est félicité Patrick de La Chevardière, directeur financier de Total, lors d'une conférence téléphonique.

Les marges de raffinage en Europe ont ainsi quasiment triplé au troisième trimestre pour atteindre 29,9 dollars la tonne contre 10,4 durant la même période de l'année dernière et 10,9 au deuxième trimestre 2014.

En revanche, la production d'hydrocarbures s'affiche toujours en repli à 2,122 millions de barils équivalent pétrole par jour (mbj), soit une baisse de 8% sur la période, qui s'explique essentiellement par l'expiration d'une licence d'exploitation aux Emirats Arabes Unis.

Cependant, le groupe veut croire à un renversement de tendance, la baisse du bénéfice net et du résultat net ajusté étant moins forte ce troisième trimestre que lors du second (respectivement -8% et -12%).

M. de La Chevardière a aussi souligné que par rapport au deuxième trimestre, la production est en hausse de 3%, grâce à l'arrivée à plateau du projet CLOV (Nigeria) en avance sur son planning.

Le groupe compte également sur l'entrée en exploitation comme prévu d'ici la fin de l'année des projets Laggan-Tarnmore (mer du Nord britannique) et Ofon 2 (Nigeria) pour poursuivre le rétablissement de sa production.

Patrick de La Chevardière a estimé qu'elle devrait avoisiner fin 2014 les 2,2 mbj et a confirmé l'objectif de 2,3 mbj pour 2015.

- Impact des cours du brut -

Mais la fin de l'exercice pourrait cependant être pénalisée par la baisse ces dernières semaines des cours du brut.

Si l'effet a été négligeable au troisième trimestre, le prix moyen du pétrole se maintenant à 102 dollars le baril, la conséquence sera plus visible au quatrième trimestre, a prévenu M. de La Chevardière.

Et dans ce contexte, il a rappelé la nouvelle stratégie du groupe de stricte discipline en matière de coûts, que ce soit d'investissement ou de coûts opératoires, qui sera mise en pratique par Patrick Pouyanné, le nouveau directeur général de Total.

Fin septembre, Total a affiché un objectif de réduction progressive de ses coûts, jusqu'à 2 milliards de dollars par an en 2017 et une baisse de ses investissements jusqu'à 25 milliards de dollars en 2017.

Le groupe se mobilise aussi sur ses projets en développement, 15 doivent voir le jour d'ici 2017, dont Yamal LNG, usine géante de liquéfaction de gaz naturel en Russie par Total (20%) et ses partenaires russes Novatek (60%) et chinois CNPN (20%).

Privé de l'accès au dollar pour financer cet investissement de 27 milliards de dollars, après les sanctions américaines contre la Russie dans la crise ukrainienne, Total espère désormais boucler le nouveau financement avec des prêteurs chinois, des prêteurs russes et des agences de crédit export, principalement européennes, selon M. de La Chevardière pour un premier tirage en juin 2015.

Par ailleurs, il a estimé qu'une évolution de la participation de 18,2% de Total dans Novatek reste ouvert(e), alors que le groupe avait stoppé sa montée au capital après le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines abattu par un missile dans le ciel de l'Ukraine en juillet dernier.







Commenter Total souffre toujours malgré le rebond du raffinage



    Communauté prix du baril


    La Compagnie pétrolière française Total

    Totalenergies: plainte pour complicité de crimes de guerre en Ukraine éca…

    mercredi 10 avril 2024

    Paris: Un front judiciaire refermé, au moins temporairement, pour Totalenergies: la justice française a déclaré irrecevable, pour des raisons de procédure, une plainte de deux associations visant le groupe pétrolier pour complicité de crimes de guerre russes en Ukraine.


    -Toute l'actualité de la compagnie pétrolière TotalEnergies

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 12 avril 2024 à 21:50

    Le pétrole à un sommet de plus de cinq mois, le Moyen-Orient…

    New York: Les cours du pétrole sont montés vendredi à un sommet de plus de cinq mois, dopés par la perspective d'une...

    vendredi 12 avril 2024 à 21:40

    Le pétrole à un sommet de plus de cinq mois, le Moyen-Orient…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont montés vendredi à un sommet de plus de cinq mois, dopés par la perspective...

    vendredi 12 avril 2024 à 16:57

    Le pétrole au plus haut depuis octobre, le marché scrute les…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le...

    vendredi 12 avril 2024 à 12:47

    Le pétrole soutenu par le risque géopolitique, le marché scr…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le conflit...

    vendredi 12 avril 2024 à 11:21

    La croissance de la demande de pétrole continue de "s'e…

    Paris: L'appétit du monde pour le pétrole "continue de s'essouffler" sous l'effet de l'électrification du parc automobile et de la fin du...

    jeudi 11 avril 2024 à 16:10

    L'Opep maintient ses prévisions de progression de la demande…

    Vienne: L'appétit pour les transports, notamment aériens, devrait continuer à soutenir la demande mondiale d'or noir en 2024, indique jeudi l'Opep dans...

    jeudi 11 avril 2024 à 15:00

    Le pétrole oscille, entre le risque géopolitique et les stoc…

    New York: Les prix du pétrole hésitaient jeudi, pris entre les feux croisés de facteurs baissiers, comme la hausse des stocks hebdomadaires...

    jeudi 11 avril 2024 à 12:05

    Le pétrole grimpe avec le risque géopolitique malgré les sto…

    Londres: Les prix du pétrole progressaient jeudi, les investisseurs ayant les yeux rivés sur les possibles perturbations de l'approvisionnement en raison de...

    jeudi 11 avril 2024 à 10:35

    ExxonMobil réduit ses activités en France et supprime 677 em…

    Paris: Le géant pétrolier américain ExxonMobil a annoncé jeudi une réduction de ses activités à Port-Jérôme (Normandie), qui "devrait entraîner la suppression...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 28 mars 2024 La banque internationale Standard Chartered estime que le resserrement des marchés pétroliers continuera à alimenter la hausse des prix du pétrole et prévoit que le Brent atteindra une moyenne de 94 dollars le baril au cours du deuxième trimestre 2024.

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    🔎 Le Pic pétrolier approche: comment éviter le chaos d'une pénurie mondiale de pétrole ?

    Le mercredi 08 mars 2023

    Le pic pétrolier est un sujet d'une importance cruciale pour notre avenir énergétique. Il se réfère au moment où la production de pétrole mondiale atteint son sommet avant de décliner de manière irréversible. La question de savoir si nous sommes en train de manquer de pétrole est étroitement liée à ce concept.

    Lire la suite

    🔎 Qu'est-ce que l'OPEP+ et quel est son impact sur les prix du pétrole ?

    Le lundi 20 novembre 2023

    Paris: L'OPEP+, coalition entre les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d'autres producteurs majeurs tels que la Russie, exerce une influence majeure sur les marchés pétroliers mondiaux. Explorons le rôle de l'OPEP+ et analysons son impact significatif sur les fluctuations des prix du pétrole.

    Lire la suite