Menu
RSS
A+ A A-

USD et indicateurs font plonger le brut sous les 100 dollars à New York

prix-du-petrole 
:

New York - Les prix du pétrole ont dégringolé de près de 10 dollars jeudi à New York à moins de 100 dollars, retombant violemment sous ce seuil pour la première fois depuis près de deux mois face à des indicateurs décevants et à un bond de la monnaie américaine.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en juin a terminé à 99,80 dollars, soit une dégringolade de 9,44 dollars par rapport à la veille (-8,64%).

Les prix continuaient à se replier dans les échanges électroniques d'après clôture, le baril se rapprochant des 98 dollars.

Le baril de pétrole n'avait pas clôturé sous le seuil de 100 dollars depuis le 16 mars, époque à laquelle les soulèvements dans le monde arabe et l'inquiétude sur la crise nucléaire au Japon avaient fait s'envoler les prix.

A Londres, sur l'IntercontinentalExchange, le baril de Brent de la mer du Nord à échéance identique a lâché 10,39 dollars à 110,80 dollars.

"Ca a été un marché incroyable. Tout le monde achetait du pétrole", a raconté Rich Ilczyszyn, de Lind-Waldock. "Maintenant, c'est la course au retrait le plus rapide. Tout le monde se retire en même temps".

Les marchés de matières premières, actifs privilégiés des investisseurs ces derniers temps, ont dans l'ensemble subi de lourdes pertes, accentuées par un net raffermissement du dollar.

L'once d'or est repassée sous les 1500 dollars sur le marché au comptant, tandis que celle d'argent a chuté de 10%.

L'affaiblissement de la monnaie américaine avait profité à l'énergie et aux métaux, actifs tangibles et protection contre l'inflation pour les investisseurs.

Le billet vert s'est nettement repris jeudi, notamment face à l'euro contre lequel le dollar reprenait plus de 2 cents après des commentaires moins agressifs qu'attendu de la part du président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet.

Les investisseurs revoyaient également leurs positions après une nouvelle déception sur un indicateur.

"Les inquiétudes pour l'économie, qui paralysent vraiment le marché, ont été renforcées par une envolée des demandes hebdomadaires d'allocations chômage", a constaté John Kilduff, d'Again Capital.

Les nouvelles inscriptions au chômage ont augmenté fortement aux Etats-Unis pendant la dernière semaine d'avril, avec 474'000 dépôts recensés, soit 10% de plus que la semaine précédente et bien plus que ce qu'attendaient les analystes (400'000).

La veille déjà, les investisseurs s'étaient inquiétés de voir la hausse de l'activité dans les services fortement ralentir et des chiffres de l'emploi privé moins élevés qu'attendu.

"On observe une situation où les entreprises semblent se retenir d'embaucher, sonnées par la spirale haussière des coûts du pétrole, de l'essence et du gazole qui continuent de monter à un niveau désastreux", a noté Phil Flynn, de PFG Best Research.

Le marché était également refroidi par la chute brutale des commandes à l'industrie en Allemagne au mois de mars.

Les cours du pétrole avaient commencé à décrocher mercredi dans la journée après une nouvelle forte augmentation des stocks de brut aux Etats-Unis. Les chiffres de la demande se sont révélés médiocres dans le relevé hebdomadaire du département de l'Energie, avec une baisse de plus de 2,2% par rapport à la semaine précédente de la consommation d'essence.

"Où est la croissance? Où est le consommateur?", s'est interrogé Rich Ilczyszyn.

"Si vous avez hausse après hausse après hausse des stocks, si vous n'avez pas d'interruption dans la production, si le marché est coincé dans une tendance à la hausse, c'est qu'il y a de la spéculation", a estimé l'analyste. La chute n'en a été que plus rapide.



Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 19 juin 2018 à 16:24

Les cours du pétrole sans direction avant l'Opep

Londres: Les prix du pétrole évoluaient sans direction en cours d'échanges européens mardi, à quelques jours d'un sommet de l'Organisation des pays...

mardi 19 juin 2018 à 06:22

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient mardi en Asie, les spéculations sur une hausse ou non des quotas de production lors d'une...

mardi 19 juin 2018 à 06:06

Pétrole: qui sont les plus grands producteurs, les plus gran…

Londres: L'Opep et ses partenaires se réunissent vendredi et samedi pour des rencontres au résultat incertain, alors que l'union de 24 pays...

mardi 19 juin 2018 à 06:04

Les ministres de l'Opep arrivent à Vienne pour une réunion s…

Londres: Les ministres de l'Opep prennent la route de Vienne pour assister à des réunions qui s'annoncent tendues vendredi et samedi, où...

lundi 18 juin 2018 à 21:40

Le pétrole porté par de nouvelles spéculations sur l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont rebondi lundi, portés par de nouvelles spéculations à quelques jours d'une réunion très surveillée...

lundi 18 juin 2018 à 17:16

Combats en Libye: pertes "catastrophiques" dans le…

Tripoli: La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a fait état lundi de "pertes catastrophiques" après la destruction de deux réservoirs dans...

lundi 18 juin 2018 à 16:57

La consommation de carburants baisse de 4,5% en mai (Ufip)

Paris: La consommation de carburants routiers en France a baissé de 4,5% en mai sur un an, avec une chute plus prononcée...

lundi 18 juin 2018 à 16:39

Le repli des prix des carburants se poursuit en France

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-services françaises ont reculé de quelques fractions de centime la semaine dernière, poursuivant le...

lundi 18 juin 2018 à 16:31

Le pétrole monte, l'Opep prend le pas sur la guerre commerci…

Londres: Les cours du pétrole remontaient lundi en cours d'échanges européens à quelques jours d'une réunion de l'Opep et malgré les craintes...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite