Menu
A+ A A-

Le pétrole hésite avant les stocks de brut américains

prix-du-petrole LondresLondres: Les prix du pétrole divergeaient mercredi en cours d'échanges européens, le Brent étant toujours pénalisé par la normalisation du secteur pétrolier en Libye tandis que le WTI bénéficiait de la perspective d'une chute des stocks de brut aux États-Unis.
Vers 10H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 108,83 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 11 cents par rapport à la clôture de mardi. Vers 08H10 GMT, le Brent est tombé à 108,41 dollars, son plus bas niveau depuis le 5 juin.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance gagnait 7 cents, à 103,47 dollars.

Les prix du pétrole continuent sur leur trajectoire descendante, soulignent les experts de Commerzbank. Le Brent recule pour sa huitième séance consécutive et s'échange à un plus bas en un mois de moins de 109 dollars le baril.

Les risques sur l'offre qui ont soutenu les prix du pétrole pendant des mois continuent de décroître, expliquent-ils.

D'une part, le conflit en Irak n'a pour l'instant pas affecté les capacités pétrolières du pays, qui produit environ 3,4 millions de barils par jour (mb/j) et en exporte environ 2,5 mb/j.

D'autre part, le secteur pétrolier libyen semble enfin sur la voie de la normalisation, alors que les autorités ont annoncé la semaine dernière la fin de la crise pétrolière près d'un an après les premières perturbations.

Al-Charara, le deuxième plus grand champ pétrolier de l'est de la Libye (d'une capacité de 340.000 barils par jour), est en train de rouvrir (...). Avec la réouverture des deux plus grands terminaux pétroliers dans l'est du pays, la Libye peut augmenter son volume de production de plus de 800.000 barils par jour dans le futur proche, calculent les experts de Commerzbank.

Les perturbations en Libye ont provoqué une forte chute de la production du pays, par moment réduite à moins de 200.000 barils par jour, contre environ 1,5 mb/j en temps normal.

De son côté, le WTI tente de grappiller quelques cents, soutenu par la perspective d'une baisse des stocks de brut aux États-Unis.

Le département américain à l'Énergie (DoE) doit publier mercredi vers 14H30 GMT son rapport hebdomadaire sur le niveau des stocks pétroliers aux États-Unis à la fin de la semaine dernière.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones, les réserves de brut auraient reculé de 2 millions de barils la semaine dernière.

Les stocks d'essence auraient de leur côté diminué de 300.000 barils tandis que les réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) auraient gonflé de 1,3 million de barils.

Une chute des stocks de brut est généralement bien reçue par les investisseurs car perçue comme un signe de vigueur de la demande énergétique chez le premier consommateur mondial d'or noir.







Commenter Le pétrole hésite avant les stocks de brut américains


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 13 novembre 2018 à 22:18

    L'Opep s'inquiète d'un pétrole trop abondant et fait déraper…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, entraînant une...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:50

    Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en oct…

    Caracas: La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:15

    Le prix du baril de brut new-yorkais accuse sa pire chute de…

    NYC/Cours de clôture: Les prix des barils de pétrole brut cotés à New York et Londres ont plongé mardi à la clôture...

    mardi 13 novembre 2018 à 16:22

    Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

    Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

    mardi 13 novembre 2018 à 14:12

    Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

    Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:23

    L'Opep revoit la demande de pétrole en baisse, s'inquiète d…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, alors que...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:20

    Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre …

    Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:02

    Pour le Foll, le "gouvernement doit reculer" sur l…

    Paris: Le maire du Mans Stéphane Le Foll (PS) a appelé le gouvernement à "reculer" sur la taxation des carburants et à...

    mardi 13 novembre 2018 à 09:24

    Au large de l'Angola, un espoir pétrolier nommé Kaombo

    Au large de l'angola: La longue torchère qui s'échappe de sa proue éclaire la nuit à des milles nautiques à la ronde.Depuis...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

    Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite