Menu
A+ A A-

Marché hésitant; les interrogations sur la demande persistent

prix-du-petroleLondres : Les prix du pétrole hésitaient mardi en fin d'échanges européens, poursuivant leur repli à Londres mais rebondissant légèrement à New York, dans un marché toujours travaillé par les craintes d'une érosion de la demande, mais favorisé par un net affaiblissement du dollar.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, s'échangeait à 120,86 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 75 cents par rapport à la clôture de lundi.

Il avait reculé jusqu'à 119,03 dollars à l'ouverture du marché new-yorkais, tombant sous le seuil des 120 dollars pour la première fois depuis deux semaines.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai gagnait à l'inverse 44 cents à 107,56 dollars.

"Les inquiétudes sur l'économie dominent le marché. Le regain de craintes sur les dettes souveraines en zone euro, le relèvement en Chine des réserves obligatoires des banques et, enfin, l'avertissement de Standard & Poor's, tout cela pèse sur le pétrole", soulignait Andrey Kryuchenkov, du courtier VTB.

L'agence d'évaluation financière Standard & Poor's a abaissé lundi à "négative", contre "stable" auparavant, la perspective d'évolution de sa note sur la dette des Etats-Unis, accélérant la baisse des cours du baril.

Un peu plus tôt lundi, l'Arabie Saoudite avait indiqué avoir diminué sa production, un mouvement expliqué par les analystes par une faible demande.

A la suite de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), le ministre saoudien du Pétrole avait par ailleurs estimé que le marché était "abondamment" approvisionné.

"La demande reste la préoccupation principale des investisseurs", qui redoutent une érosion face à un niveau de prix élevés, précisait M. Kryuchenkov.

Un net affaiblissement de la monnaie américaine, qui a encore perdu du terrain face à un euro revigoré, a cependant permis au marché du pétrole de limiter ses pertes sur la place londonienne et de revenir dans le vert à New York.

Une dépréciation du billet vert rend plus attractifs les achats de brut libellés en dollars.

Par ailleurs "les investisseurs restent réticents à opérer des prises de bénéfices malgré des cours élevés", notamment en raison des incertitudes persistantes dans le monde arabe, a estimé Filip Petersson, analyste de la banque suédoise SEB.

Alors que les combats entre insurgés et forces loyalistes du colonel Kadhafi se poursuivent en Libye, la perte du brut libyen, dont la qualité, légère et pauvre en soufre, est très prisée des raffineurs, "est définitivement un problème, et l'Opep a été plus ou moins incapable de le résoudre", a jugé Filip Petersson.

Les investisseurs surveillaient par ailleurs la situation au Nigeria, premier producteur de brut africain, où la victoire du Goodluck Jonathan, chef d'Etat sortant, à l'élection présidentielle organisée dimanche a été accueillie par des émeutes meurtrières dans le Nord du pays.

Cependant, "il est peu probable que le pétrole monte beaucoup plus", ont jugé les analystes de Commerzbank.

Selon eux, "la guerre civile en Libye et la poursuite des troubles dans les autres pays arabes vont probablement empêcher la prime de risque intégrée dans les cours de chuter fortement, mais il faudra probablement des nouveaux facteurs pour les faire remonter".

jq

(AWP/19 avril 2011 18h30)

Commenter Marché hésitant; les interrogations sur la demande persistent


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    lundi 18 février 2019 à 12:18

    Les prix du pétrole divergent, proches de leur plus haut en …

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts niveaux depuis novembre, dopés...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite