Menu
A+ A A-

Le brut se replie, les inquiétudes sur la demande continuent de peser

prix-du-petroleLondres : Les prix du pétrole se repliaient lundi en cours d'échanges européens, dans un marché où pesaient toujours les inquiétudes sur la solidité de la demande, alors que l'Opep a fait part de son inquiétude face à des prix élevés tout en rassurant sur l'approvisionnement du marché.

Vers 10H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, s'échangeait à 122,45 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,00 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai lâchait 1,27 dollar à 108,39 dollars.

Les cours du baril pâtissaient des craintes persistantes d'une érosion de la consommation pétrolière mondiale en raison de niveaux de prix trop élevés, alors que s'apaisaient quelque peu les inquiétudes sur le front de l'offre, encourageant les investisseurs à opérer quelques prises de bénéfices.

Les prix du pétrole ont été jugés "inquiétants" lundi par le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) Abdallah El Badri, lors d'une réunion énergétique au Koweït.

"Nous sommes inquiets du fait que (les prix élevés) pourraient avoir un impact négatif sur la croissance économique", avait déjà estimé dimanche le directeur de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) Nobuo Tanaka.

M. Badri a par ailleurs estimé que le marché était "suffisamment" approvisionné et qu'il n'y avait pas lieu d'augmenter la production.

"Il n'y a pas de véritable pénurie sur le marché du pétrole" et en l'absence de nouvelle aggravation de la situation dans le monde arabe, "les prix du pétrole ne devraient pas continuer leur progression", ont confirmé les experts de Commerzbank.

De son côté, l'Arabie saoudite, premier exportateur de brut dans le monde et chef de file de l'Opep, a assuré dimanche être "prête à satisfaire toute demande de la part des clients", tout en reconnaissant avoir abaissé sa production de 800'000 barils par jour en mars par rapport à février.

"C'est la plus forte baisse sur un mois de la production saoudienne depuis 1989. L'Arabie saoudite insiste que la chute de la demande, en raison des catastrophes au Japon (3e consommateur de brut dans le monde, ndlr) est plus forte que la chute de l'offre due au conflit libyen", commentait Olivier Jakob, du cabinet suisse Petromatrix.

Par ailleurs, le déroulement, dimanche, du premier tour de l'élection présidentielle au Nigeria, premier pays producteur du continent africain où les périodes électorales sont souvent entachées de violences, était de nature à rassurer les opérateurs.

Le président nigérian sortant Goodluck Jonathan prenait largement la tête dimanche de la course à la présidentielle, vainqueur dans au moins 20 des 36 Etats, et pourrait l'emporter dès le premier tour.

"Il n'y a pas eu de menace spécifique pour les installations pétrolières ce week-end. Goodluck Jonathan est natif de la région pétrolière du Sud du pays, et s'il y a des manifestations hostiles face aux résultats, ce sera probablement dans le Nord, région dépourvue de pétrole", notait M. Jakob.

"Cela ne justifie pas qu'on ajoute une prime de risque aux cours du pétrole", a-t-il estimé.

De fait, des affrontements ont éclaté lundi matin à Kano, principale ville du nord du Nigeria, entre des manifestants et des soldats.

rp

(AWP/18 avril 2011 13h00)

Commenter Le brut se replie, les inquiétudes sur la demande continuent de peser


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 19 novembre 2018 à 19:24

    Pétrole: Washington sanctionne un Sud-Africain pour ses lien…

    Washington: Le Trésor américain a annoncé lundi avoir placé sur sa liste noire un ressortissant sud-africain d'origine russe accusé d'avoir aidé la...

    lundi 19 novembre 2018 à 17:08

    Les prix des carburants ont continué à baisser la semaine de…

    Paris: Les prix des carburants automobiles vendus dans les stations-service françaises ont continué à baisser la semaine dernière, d'environ 2 centimes, dans...

    lundi 19 novembre 2018 à 16:19

    Le pétrole baisse, pénalisé par un possible surplus d'offre

    Londres: Les cours du pétrole baissaient nettement lundi en cours d'échanges européens, pénalisés par les craintes d'un surplus d'offre.

    lundi 19 novembre 2018 à 16:09

    Iran: un ex-ministre à tête de la société nationale pétroliè…

    Téhéran: L'ancien ministre iranien de l'Économie Massoud Karbassian, limogé en août par le Parlement, a été nommé à la tête de la...

    lundi 19 novembre 2018 à 14:21

    Brésil: un "Chicago Boy" à la tête de Petrobras so…

    Rio de janeiro: Le futur ministre de l'Economie du Brésil, Paulo Guedes, a annoncé lundi la nomination à la tête de Petrobras...

    lundi 19 novembre 2018 à 13:28

    "Le peuple en a marre": des "gilets jaunes…

    Lespinasse (France): "Le peuple en a marre": quelque 80 "gilets jaunes" bloquaient lundi un dépôt pétrolier au nord de Toulouse, déterminés à...

    lundi 19 novembre 2018 à 12:14

    Le pétrole en légère hausse mais sous pression

    Londres: Les prix du pétrole progressaient légèrement lundi en cours d'échanges européens, mais restaient sous pression tandis que les inquiétudes sur un...

    lundi 19 novembre 2018 à 10:50

    Huile de palme exclue des biocarburants: Griveaux dénonce un…

    Paris: Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a dénoncé lundi l'amendement "totalement contre-productif" d'un député MoDem excluant l'huile de palme de la...

    lundi 19 novembre 2018 à 09:47

    Nouveaux rassemblements de "gilets jaunes", des dé…

    Paris: Plusieurs rassemblements de "gilets jaunes", qui souhaitent pérenniser leur mouvement contre la hausse des taxes contre les carburants, perturbaient à nouveau...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite