Menu
RSS
A+ A A-

Rosneft: le bénéfice net trimestriel chute de 14% malgré la hausse des ventes

prix-du-petrole moscoumoscou: Le géant russe du pétrole Rosneft a publié mercredi un bénéfice net en recul de 14% sur un an au premier trimestre, pénalisé par la chute du rouble en dépit d'un bond de son chiffre d'affaires.
La baisse du bénéfice net, qui s'est élevé à 88 milliards de roubles (1,8 milliard d'euros), s'explique par un effet de changes négatif lié à la réévaluation de ses emprunts en devises, a indiqué dans un communiqué le groupe contrôlé par l'Etat.

La monnaie russe a perdu environ 15% de sa valeur depuis le début de l'année, en raison du ralentissement de la croissance économique en Russie mais aussi des fuites massives de capitaux causées par les sanctions occidentales liées à la crise ukrainienne.

Le chiffre d'affaires s'est envolé de 69%, à 1.375 milliards de roubles (27,8 milliards d'euros), et l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a plus que doublé (+103%) à 289 milliards de roubles (5,8 milliards d'euros).

Cette croissance s'explique essentiellement par l'augmentation de nos ventes de pétrole et de produits pétroliers, ainsi que l'optimisation de nos canaux de ventes, qui ont totalement compensé la baisse des prix sur le marché, a souligné le groupe.

Sa production de pétrole est restée quasi stable au premier trimestre (+0,5% sur un an), à 4,2 millions de barils par jour, mais celle de gaz a plus que doublé (+121%), à 13,2 milliards de mètres cubes, du jamais vu pour le groupe qui a fait du gaz une de ses priorités. La production de ses raffineries est en hausse de 57%.

Au total, sa production d'hydrocarbures a donc augmenté de 5% à 5 millions de barils équivalent pétrole par jour.

Rosneft est devenu début 2013 le premier producteur de pétrole coté en Bourse dans le monde avec le rachat de son concurrent TNK-BP, valorisé 55 milliards de dollars.

Nous continuons de nous concentrer sur l'accélération du programme d'amélioration de notre efficacité et sur l'amélioration de notre gestion des sous-traitants, a indiqué le directeur général, Igor Setchine, cité dans le communiqué.

Les analystes de Deutsche Bank ont souligné que les dépenses d'exploitation avaient été réduites de 25% et relevé le niveau très élevé des flux de trésorerie, qui ont triplé à 2,5 milliards d'euros.

Cela s'explique cependant par de faibles investissements, qui ont déjà entraîné une baisse de la production de certaines unités, ont-ils tempéré.

Rosneft, confronté au déclin de production de certains gisements hérités de la période soviétique, tente de développer de nouvelles ressources encore inexploitées.

Igor Setchine a ainsi cité comme priorité la préparation du lancement de la production des champs d'hydrocarbures dans l'Arctique, dans la mer de Kara.

Le patron de Rosneft, un proche du président Vladimir Poutine, est visé depuis lundi par des sanctions américaines liées à la crise ukrainienne.

Dans un entretien au quotidien Izvestia mercredi, il a qualifié cette décision d'insignifiante et l'a expliquée comme une manière pour les Etats-Unis de s'attaquer aux ambitions de Rosneft en Asie.

Alors que la Russie exporte la plus grande partie de son énergie vers l'Europe, Rosneft a conclu l'an dernier un contrat géant avec la Chine et met l'accent sur le développement de gisements en Sibérie ou dans l'Extrême Orient.

Je prends les mesures prises par Washington comme une reconnaissance de l'efficacité de notre travail, a indiqué M. Setchine.

Nous pouvons assurer nos actionnaires et partenaires, y compris américains, que cette efficacité ne va pas diminuer et que notre coopération, loin de souffrir, va se développer de manière dynamique, a-t-il ajouté.

Rosneft est lié notamment au britannique BP, qui détient 20% de son capital. Il est par ailleurs lié via un partenariat stratégique avec le géant américain ExxonMobil, qui a gagné accès à certains gisements dans l'Arctique russe en échange d'une part d'un méga-projet dans l'Alaska.

Mardi, Vladimir Poutine a cependant averti que les nouvelles sanctions américaines et européennes pourraient affecter les entreprises énergétiques occidentales en Russie.

gmo/lpt/cj

BP

EXXONMOBIL







Le pétrole en Russie


jeudi 19 juillet 2018

Moscou et Pékin refusent un arrêt des exportations de pétrol…

Nations unies: Les Etats-Unis ont échoué à obtenir jeudi de l'ONU l'arrêt de toute nouvelle exportation de pétrole cette année vers la Corée...

lundi 16 juillet 2018

Poutine tend la main à Trump dans le domaine du pétrole et d…

Helsinki: Le président russe, Vladimir Poutine, a tendu la main à son homologue américain, Donald Trump, dans le domaine du pétrole et...

jeudi 21 juin 2018

Opep : la Russie et l'Arabie saoudite s'accordent sans l'Ira…

Vienne: La Russie et l'Arabie saoudite proposeront une augmentation de la production de l'Opep et de ses partenaires d'un million de barils...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Russie

Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 20 août 2018 à 12:12

Le pétrole monte un peu dans un marché inquiet

Londres: Les prix du pétrole montaient légèrement lundi en cours d'échanges européens mais la tendance à la baisse des prix depuis début...

lundi 20 août 2018 à 11:58

Sanctions américaines: le géant pétrolier Total s'est offici…

Téhéran: Le géant pétrolier français Total s'est officiellement désengagé de ses projets d'investissements de plusieurs milliards de dollars en Iran, une conséquence...

lundi 20 août 2018 à 06:36

Le pétrole orienté à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, lundi, après avoir bouclé vendredi une septième semaine d'affilée dans le rouge...

vendredi 17 août 2018 à 21:52

Le pétrole regagne du terrain mais finit la semaine en retra…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole, aidés par deux dossiers commerciaux impliquant les Etats-Unis, la Chine et le Mexique, ont progressé...

vendredi 17 août 2018 à 16:19

Le pétrole regagne du terrain mais reste en repli hebdomadai…

Londres: Les cours du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

vendredi 17 août 2018 à 12:13

Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

Londres: Les prix du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

vendredi 17 août 2018 à 07:57

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère baisse, vendredi en Asie, les investisseurs demeurant prudents quant à la perspective de...

jeudi 16 août 2018 à 22:05

Le pétrole se remet modestement d'une lourde chute

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole sont un peu remontés jeudi, dans un marché peinant à se ressaisir après des pertes...

jeudi 16 août 2018 à 16:08

Le pétrole efface une partie de ses pertes dues aux réserves…

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en cours d'échanges européens dans un marché peinant à se ressaisir après les pertes marquées...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite