Menu
A+ A A-

L'Opep se dirige vers le statu quo, malgré une demande déclinante

prix-du-petrole vienneVienne: Malgré une demande déclinante pour son brut, l'Opep devrait laisser inchangé son plafond de production lors de sa réunion mercredi à Vienne, au cours de laquelle elle devrait également désigner un nouveau secrétaire général.
Plusieurs ministres des pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ont récemment laissé entendre que le plafond collectif de production, fixé à 30 millions de barils par jour (mbj) depuis fin 2011, serait reconduit.

Je ne m'attends pas à ce que cela change car la production répond jusqu'à présent aux besoins des consommateurs, a ainsi déclaré le ministre koweïtien du Pétrole, Mustafa al-Shamali, mi-novembre.

Le cartel fondé en 1960, qui compte actuellement douze États du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Amérique latine, pompe environ un tiers de la production mondiale de brut.

Les prix du pétrole sont toujours dans la fourchette qui satisfait la plupart des membres donc il n'y a pas beaucoup de raison de réduire la production, explique à l'AFP Thomas Pugh, économiste du cabinet Capital Economics.

Cette année, les prix du Brent ont oscillé dans une fourchette comprise entre 100 et 120 dollars le baril, descendant seulement brièvement sous la barre des 100 dollars au printemps.

Si vous faites la moyenne entre le WTI et le Brent, nous sommes à peu près au niveau des 100 dollars que l'Arabie Saoudite considère comme un prix juste, renchérit Harry Tchilinguirian, stratégiste chez BNP Paribas, auprès de l'AFP.

L'accord intérimaire sur le programme nucléaire iranien conclu le week-end dernier ne devrait pas non plus être un facteur suffisant pour changer le plafond de production, étant donné le maintien de l'embargo sur les exportations pétrolières de l'Iran.

Et ce d'autant plus que les problèmes d'offre persistent chez un autre membre du cartel, la Libye, où divers mouvements de protestations ont fait chuter la production de brut à 250.000 barils par jour contre 1,5 mbj en temps normal.

Une demande déclinante pour le brut de l'Opep

Pourtant, une baisse de la production pourrait être nécessaire étant donné la moindre demande de brut de l'Opep l'année prochaine, juge Carsten Fritsch, analyste de Commerzbank, dans un entretien à l'AFP.

En effet, malgré un appétit mondial en légère hausse, la demande pour le pétrole en provenance de l'Opep devrait passer de 30 mbj en 2013 à 29,10 mbj l'année prochaine, selon les prévisions de l'Agence internationale de l'Énergie (AIE).

L'Opep elle-même prévoit un déclin de la demande pour son brut jusqu'en 2017, principalement à cause de l'importante hausse de l'offre de pétrole hors-Opep.

Pour M. Fritsch, le plus grand défi pour le cartel est ainsi la rapide augmentation de la production de pétrole de schiste aux États-Unis, qui a fait bondir la production du pays de 50% en cinq ans.

Pourtant, lors de sa dernière réunion en mai, l'Opep est apparue assez sereine face à l'augmentation massive de la production américaine.

D'ailleurs, l'AIE a averti le mois dernier que cette révolution ne durerait pas et que les États-Unis, appelés selon elle à devenir premier producteur mondial de brut devant l'Arabie Saoudite d'ici deux ans, ne resterait qu'une dizaine d'années sur la première marche du podium.

Entre temps, l'Opep va simplement investir moins dans ses capacités de production pour le futur et produira évidemment un peu moins afin de soutenir les prix, estime M. Tchilinguirian.

Le cartel a pompé en octobre un volume inférieur à son plafond pour le deuxième mois consécutif, à 29,89 mbj, selon l'AIE.

Un nouveau secrétaire général ?

Cette 164é réunion doit également permettre aux membres de l'Opep de se mettre d'accord sur un nouveau secrétaire général, dont la nomination a été repoussée d'un an faute d'accord entre l'Arabie Saoudite, l'Iran et l'Irak, qui défendent chacun un candidat.

L'actuel secrétaire général, le Libyen Abdallah El-Badri, a enchaîné deux mandats de trois ans depuis le 1er janvier 2007 avant d'être reconduit pour une année supplémentaire en décembre dernier.

Le secrétaire général de l'Opep a essentiellement une fonction de représentation, mais il est également chargé de préparer les réunions et de favoriser les rapprochements entre les vues souvent divergentes des États.






Commenter L'Opep se dirige vers le statu quo, malgré une demande déclinante


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 13 décembre 2019 à 20:59

    Le pétrole profite d'un accord préliminaire entre Pékin et W…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en hausse vendredi après l'annonce d'une avancée de taille dans la guerre commerciale...

    vendredi 13 décembre 2019 à 18:16

    Le pétrole profite d'un accord préliminaire entre Pékin et W…

    Londres: Les prix du pétrole progressaient en cours de séance européenne après l'annonce d'une avancée de taille dans la guerre commerciale sino-américaine...

    vendredi 13 décembre 2019 à 12:39

    Le pétrole en hausse, optimiste sur un accord commercial sin…

    Londres: Les prix du pétrole évoluaient à des plus hauts depuis septembre, vendredi en cours d'échanges européens, portés par les perspectives d'un...

    vendredi 13 décembre 2019 à 12:27

    La production pétrolière est normale en France

    Paris: La production pétrolière en France n'est pas à l'arrêt et les raffineries fonctionnent normalement malgré le mouvement social contre la réforme...

    jeudi 12 décembre 2019 à 22:00

    Le pétrole soutenu par un possible accord commercial sino-am…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en hausse jeudi, portés par des informations selon lesquelles la Chine et les...

    jeudi 12 décembre 2019 à 17:32

    Le pétrole soutenu par un tweet de Trump optimiste sur la gu…

    Londres: Les prix du pétrole accentuaient leur hausse jeudi en cours d'échanges européens, encouragés par un tweet de Donald Trump estimant que...

    jeudi 12 décembre 2019 à 12:29

    Le pétrole se reprend au lendemain des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole progressaient jeudi en cours d'échanges européens, rassurés par la perspective d'un marché "équilibré" pour 2020 après avoir...

    jeudi 12 décembre 2019 à 11:57

    Aramco atteint une valorisation de 2000 milliards de dollars

    Ryad: Le prix de l'action du géant pétrolier saoudien Aramco a bondi jeudi à la Bourse de Ryad au deuxième jour de...

    jeudi 12 décembre 2019 à 10:33

    Pétrole: le marché pourrait être excédentaire début 2020 (AI…

    Paris: L'offre de pétrole sur les marchés mondiaux pourrait être excédentaire début 2020 malgré les baisses de production supplémentaires décidées par les...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 4 décembre 2019 Les stocks commerciaux de pétrole des États-Unis ont baissé d'environ -4,9 millions de barils, selon des données publiées par l'EIA.
    Les analystes tablaient, eux, sur une baisse plus modeste, de l'ordre de -1,7 million de barils.

    Les stocks de pétrole s'établissent ainsi à 447,1 millions de barils.

    En octobre 2019, le prix du pétrole se replie

    Le lundi 25 novembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2019, le prix du pétrole en euros se replie (-5,4 % après +7,6 % en septembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) diminuent également (−1,0 % après +0,4 %) sous l’effet notamment des matières premières industrielles (−2,8 % après +1,8 %). Le prix du pétrole se redresse En octobre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se replie (-5,4 % après +7,6 %), à 54 € en moyenne par baril.En dollars, la baisse des prix est moins ample (-5,0 % après +6,4 %)...

    Lire la suite

    En septembre 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le mardi 22 octobre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 % en août). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,4 % après −6,4 %) à l’instar des matières premières industrielles (+1,8 % après −10,8 %). Le prix du pétrole se redresse En septembre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 %), à 57,1 € en moyenne par baril, après les attaques visant deux sites pétroliers saoudiens.La hausse est moins marquée...

    Lire la suite

    Un nouveau choc pétrolier est-il envisageable ?

    Le samedi 21 septembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    New York: La soudaine flambée des prix du baril de pétrole cette semaine a fait vaguement resurgir le spectre de la pénurie d'or noir. La probabilité d'un nouveau choc pétrolier forçant les automobilistes à faire la queue aux stations-essence reste toutefois ténue, selon plusieurs analystes.

    Lire la suite