Menu
A+ A A-

Pétroliers, écologistes et éleveurs font cause commune sur les biocarburants

prix-du-petrole New YorkNew York: Aux Etats-Unis, les compagnies pétrolières, des associations environnementales et plusieurs lobbys agricoles sont réunis dans une alliance improbable visant à obtenir l'abaissement du niveau minimum de biocarburant dans l'essence et le diesel, au grand dam des producteurs de maïs et d'éthanol.
L'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) a en effet proposé le 15 novembre que l'ensemble du carburant vendu aux Etats-Unis contienne au moins 9,20% de biocarburant en 2014. Au total cela représenterait 57 milliards de litres de biocarburant.

C'est la première fois depuis la mise en place des premiers quotas en 2005 qu'ils sont révisés à la baisse: pour 2013, l'agence avait fixé un objectif de 9,74%, soit 63 milliards de litres.

L'administration souhaite aussi limiter le volume minimum de biocarburant à base de maïs à incorporer dans l'essence et le diesel à 49 milliards de litres, alors que selon la loi, il devrait être à 55 milliards de litres.

Ces propositions sont soumises à une période de commentaires de deux mois. Et chaque camp affute ses arguments.

La réaction de l'Association nationale des producteurs de maïs (NCGA) a été forte: pour l'organisation, cette mesure peu judicieuse serait dévastatrice pour les familles d'agriculteurs.

L'Union nationale des agriculteurs (NFU) a aussi fait part de sa profonde déception face à cette décision qui fait la part belle à une industrie pétrolière estimant que les biocarburants empiètent sur ses parts de marché. L'administration doit respecter ses engagements visant à lutter contre le changement climatique en exigeant une utilisation plus importante de biocarburant, estime l'organisation.

Mais cet avis est loin d'être partagé, y compris par les défenseurs de l'environnement.

Ainsi pour Sven Teske, spécialiste des énergies renouvelables à Greenpeace International, les biocarburants en soi ne sont pas mauvais, mais l'échelle à laquelle ils se sont développés aux Etats-Unis a plutôt tendance à affecter l'environnement qu'à le protéger. Aussi son organisation ne va pas crier au scandale face à l'abaissement des normes pour les biocarburants.

Mort de l'innovation

Pour l'Union of Concerned Scientists, un influent groupe de réflexion américain sur le climat, le développement d'énergies plus propres ne doit pas non plus se faire en encourageant l'expansion de l'agriculture, en favorisant la déforestation ou au détriment de l'approvisionnement en nourriture.

Parmi les plus fervents soutiens à la proposition de l'EPA figurent d'ailleurs les associations d'éleveurs américains, pour qui la production de biocarburant à base de maïs a accru la demande de la céréale, et donc son prix.

Comme le maïs représente environ 70% de la nourriture donnée aux poulets, et notre poste de dépenses le plus important, la hausse des prix affecte directement les éleveurs et au final les consommateurs, remarque ainsi le Conseil national du poulet (NCC).

La Fédération de l'industrie du pétrole (API) s'est aussi félicitée de cette mesure qui allégerait les obligations liées aux biocarburants.

Pour Jason Bordoff, président du Centre sur les politiques énergétiques mondiales à l'université de Columbia et ancien conseiller du président Barack Obama, la proposition de l'EPA n'est d'ailleurs qu'une conséquence de la réalité de l'infrastructure actuelle du carburant, qui peut difficilement inclure plus de 10% d'éthanol, le biocarburant à base de maïs, sans risquer des coûts cachés. Seule une révolution dans l'industrie des biocarburants de deuxième ou troisième génération pourrait justifier de transformer en profondeur l'infrastructure du carburant, estime-t-il.

En attendant, les producteurs de maïs américain ne sont pas à court terme les plus à plaindre puisqu'au final, ils voient seulement les quotas se stabiliser par rapport à 2012, relève Scott Irwin, spécialiste de l'économie agricole à l'université de l'Illinois. Les plus gros perdants sont, selon lui, les producteurs brésiliens d'éthanol à base de canne à sucre, qui ont énormément investi en espérant que les Etats-Unis augmentent le niveau minimum de biocarburant autre qu'à base de maïs.

L'Association américaine du carburant renouvelable, qui défend les intérêt de ce secteur, redoute d'ailleurs que la proposition de l'EPA conduise à la mort de l'innovation dans le domaine, en dissuadant les potentiels investisseurs.





Commenter Pétroliers, écologistes et éleveurs font cause commune sur les biocarburants



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 18 juin 2024 à 22:30

    Le pétrole poursuit l'élan de la veille et termine en hausse

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse mardi, sur la lancée de la remontée de la veille, les...

    mardi 18 juin 2024 à 17:15

    Le pétrole se reprend, les appréhensions sur la demande s'ap…

    New York: Les cours du pétrole remontent mardi, les analystes misant sur une reprise de la demande à la saison estivale, qui...

    mardi 18 juin 2024 à 12:20

    Le pétrole en petite baisse, appréhensions sur la demande

    Londres: Les cours du pétrole s'affaissaient légèrement mardi, retombant après leur poussée de la veille, de nouveau plombés par des inquiétudes sur...

    mardi 18 juin 2024 à 11:30

    ⛽️ Les prix des carburants continuent de baisser, le diesel …

    Carburants: Les prix des carburants ont continué leur tendance baissière pour la 8ème semaine d'affilée, avec un gazole qui bien qu'en légère hausse, s'affiche...

    lundi 17 juin 2024 à 21:30

    Le pétrole se cabre, les achats spéculatifs reprennent

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont sursauté, lundi, dans un marché pourtant privé de nouvelles d'importance, à cause d'un mouvement...

    lundi 17 juin 2024 à 16:00

    💶 Dévaluation de devise : protection des actions du pétrole …

    Paris: Dans son service d’investissement, Henry Bonner introduit ce mois-ci une nouvelle recommandation à ses abonnés : un producteur de pétrole et de...

    lundi 17 juin 2024 à 13:25

    Le pétrole hésite, entre usines chinoises au ralenti et espo…

    Londres: Les cours du pétrole hésitaient lundi, pris entre les feux d'une production industrielle ralentie en Chine, mauvais signal pour la demande en...

    vendredi 14 juin 2024 à 22:05

    Le pétrole indécis, entre inflation, évolution des taux et s…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont hésité vendredi pour terminer en léger repli, cherchant des signes favorables du côté de...

    vendredi 14 juin 2024 à 14:25

    Le pétrole hésite, entre possibles baisses de taux et stocks…

    Londres: Les prix du pétrole oscillent vendredi, portés par le renforcement des attentes de réductions des taux d'intérêts américains, susceptibles de favoriser...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 14 juin 2024 Les cours du pétrole pourraient enregistrer une hausse hebdomadaire malgré des données mitigées sur la demande, soutenus par des prévisions positives par Goldman Sachs et des nouvelles sur le ralentissement des véhicules électriques, compensant les divergences entre l'OPEP et l'AIE.

    📉 Le pétrole restera volatil en 2024, selon BofA

    Le vendredi 05 janvier 2024

    New York: Les compagnies pétrolières et les raffineurs américains devraient être confrontés à une nouvelle période difficile en 2024, ont écrit les analystes de Bank of America (BofA) dans une note vendredi, qui s'attendent à ce que le baril de Brent atteigne 80 dollars en moyenne cette année.

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite

    🇺🇸 Le pétrole, premier produit d'exportation des États-Unis en 2023 ?

    Le mardi 17 octobre 2023

    New York: Le pétrole est en train de marquer un tournant historique, devenant pour la première fois la principale exportation des États-Unis cette année, illustrant l'influence croissante de la production et des exportations pétrolières américaines sur le marché mondial du pétrole.

    Lire la suite