Menu
A+ A A-

Hésitant, le marché surveille le Moyen-Orient

prix-du-petroleLondres : Les prix du pétrole hésitaient jeudi en fin d'échanges européens, oscillant autour de l'équilibre à Londres et évoluant en petite hausse à New York, dans un marché volatil, toujours attentif aux violences en Libye et aux tensions dans le monde arabe.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai s'échangeait à 115,61 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 6 cent par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance, grimpait de 12 cents à 105,87 dollars.

Les opérateurs faisaient montre de prudence, après des indicateurs américains divergents: ainsi, les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont reculé de manière inattendue en février, alors que les demandes hebdomadaires d'allocations chômage ont de nouveau diminué.

Mais "l'agitation à travers le Moyen-Orient, sur fond de demande mondiale exceptionnellement forte, continue de soutenir les prix du pétrole", relevaient les analystes de Barclays Capital.

En Libye, la coalition internationale poursuivait ses frappes aériennes jeudi, au sixième jour de son intervention, après plusieurs raids à Tripoli, affirmant avoir neutralisé l'aviation des forces du colonel Kadhafi.

"Il devient de plus en plus évident que cela prendra très longtemps, probablement de longs mois, avant que le pétrole libyen commence à revenir sur le marché", rappelait Filip Petersson, de la banque SEB.

Avant les troubles, la Libye produisait environ 1,6 million de barils de pétrole par jour (mbj), dont elle exportait 1,3 mbj, en grande partie vers l'Europe. Les exportations du pays sont actuellement quasi interrompues.

Dans le même temps, "le soutien qu'apportent au marché les crises en Afrique du nord et au Moyen-Orient ne devrait pas se démentir: la situation en Syrie et au Yémen, en particulier, ne cesse de se détériorer", ajoutait M. Petersson.

Le Parlement yéménite a approuvé mercredi l'instauration de l'état d'urgence, un vote rejeté par l'opposition qui demande le départ immédiat du président Ali Abdallah Saleh.

En Syrie, la répression d'importantes manifestations contre le régime a fait au moins 100 morts mercredi, selon des militants des droits de l'Homme.

Dans un contexte de contestation dans plusieurs pays de la péninsule arabique (Yémen, Bahreïn), "la détérioration des relations entre l'Arabie saoudite et les Etats-Unis rebat les cartes, car remédier à des prix pétroliers élevés susceptibles de pénaliser la croissance américaine ne sera plus nécessairement une priorité pour le royaume saoudien", notait Barclays Capital.

Mais, tempère M. Petersson, "d'autres forces puissantes agissent sur le marché" et peuvent peser sur les prix, "comme la poursuite de la crise nucléaire au Japon et la montée des préoccupations sur la crise des dettes souveraines dans l'Union européenne".

Ces inquiétudes sur la solidité financière de Etats les plus endettés de la zone euro étaient ravivées par la grave crise politique que traverse le Portugal, où la démission mercredi du Premier ministre José Socrates risque de précipiter un recours du pays à une aide internationale.

ds

(AWP/24 mars 2011 18h35)

Commenter Hésitant, le marché surveille le Moyen-Orient


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite